Actualités

La Four­mi­lière (mars-avril 2020)

La Four­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­lière est télé­­­­­­­­­char­­­­­­­­­geable en bas de page.

Télé­­­­­­­­­char­­­­­­­­­ger la revue Contrastes « CORONAVIRUS : SUBIR LE MONDE OU LE RÉINVENTER »  (Mars-Avril 2020).

Plus jamais comme avant

Notre quoti­­­­­­­­­­­­­­­­­dien est boule­­­­­­­­­­­­­­­­­versé. Par la tris­­­­­­­­­­­­­­­­­tesse de connaître des proches touchés par la mala­­­­­­­­­­­­­­­­­die ou par la mort. Par l’an­­­­­­­­­­­­­­­­­goisse de devoir soi-même faire face à la mala­­­­­­­­­­­­­­­­­die. Par l’éloi­­­­­­­­­­­­­­­­­gne­­­­­­­­­­­­­­­­­ment forcé de nos familles, de nos amis, de nos collègues. Par la perte de reve­­­­­­­­­­­­­­­­­nus déjà réelle ou annon­­­­­­­­­­­­­­­­­cée. Par l’étroi­­­­­­­­­­­­­­­­­tesse de notre espace de vie entre quatre murs. Par la diffi­­­­­­­­­­­­­­­­­culté de devoir vivre 24h sur 24 avec un.e conjoint.e et/ou des enfants sans pouvoir chan­­­­­­­­­­­­­­­­­ger d’air. Ou au contraire par la soli­­­­­­­­­­­­­­­­­tude encore plus pesante en cette période d’an­­­­­­­­­­­­­­­­­goisse.

Heureu­­­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, nous nous surpre­­­­­­­­­­­­­­­­­nons à ressen­­­­­­­­­­­­­­­­­tir de la joie de voir toutes les formes de soli­­­­­­­­­­­­­­­­­da­­­­­­­­­­­­­­­­­rité qui se mettent en place, que ce soit entre voisins ou pour se mettre au service du person­­­­­­­­­­­­­­­­­nel soignant. Et nous nous surpre­­­­­­­­­­­­­­­­­nons à rire grâce au légen­­­­­­­­­­­­­­­­­daire sens de l’hu­­­­­­­­­­­­­­­­­mour des Belges, si précieux dans ces moments-ci.

Le travail des Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­­­laires est lui aussi boule­­­­­­­­­­­­­­­­­versé. Ce qui fait notre ADN : la vie des groupes, les rencontres formelles et infor­­­­­­­­­­­­­­­­­melles, les débats de société animés et si enri­­­­­­­­­­­­­­­­­chis­­­­­­­­­­­­­­­­­sants… tout cela est momen­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­né­­­­­­­­­­­­­­­­­ment à l’ar­­­­­­­­­­­­­­­­­rêt. (Voir en pages 15 et 16 la rubrique Vous ne l’avez PAS fait !). Mais nous ne nous tour­­­­­­­­­­­­­­­­­nons pas les pouces. En régions, nous nous inven­­­­­­­­­­­­­­­­­tons d’autres manières de rester en contact, de faire travailler nos méninges, de prépa­­­­­­­­­­­­­­­­­rer l’Après-Corona.
Rapi­­­­­­­­­­­­­­­­­de­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, des initia­­­­­­­­­­­­­­­­­tives de soli­­­­­­­­­­­­­­­­­da­­­­­­­­­­­­­­­­­rité se sont mises en place pour soute­­­­­­­­­­­­­­­­­nir les personnes qui souffrent le plus de cette situa­­­­­­­­­­­­­­­­­tion : les mal-logés, les migrants, les travailleurs précai­­­­­­­­­­­­­­­­­res…

Au niveau commu­­­­­­­­­­­­­­­­­nau­­­­­­­­­­­­­­­­­taire, nous avons réalisé pour la première fois en « 100% télé­­­­­­­­­­­­­­­­­tra­­­­­­­­­­­­­­­­­vail » les numé­­­­­­­­­­­­­­­­­ros de Contrastes et Four­­­­­­­­­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­­­­­­­­­lière. Nous clôtu­­­­­­­­­­­­­­­­­rons les comptes, pour­­­­­­­­­­­­­­­­­sui­­­­­­­­­­­­­­­­­vons la recherche parti­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­­­­tive sur les peurs, prépa­­­­­­­­­­­­­­­­­rons le renou­­­­­­­­­­­­­­­­­vel­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­ment des fonc­­­­­­­­­­­­­­­­­tions commu­­­­­­­­­­­­­­­­­nau­­­­­­­­­­­­­­­­­taires, répon­­­­­­­­­­­­­­­­­dons à toutes les solli­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­tions pour signer des prises de posi­­­­­­­­­­­­­­­­­tions avec d’autres orga­­­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­tions (voir Contrastes). Notre campagne de sensi­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­tion sur les hôpi­­­­­­­­­­­­­­­­­taux (eh oui, ça ne s’in­­­­­­­­­­­­­­­­­vente pas !) qui devait démar­­­­­­­­­­­­­­­­­rer en mai, a été suspen­­­­­­­­­­­­­­­­­due pour des raisons logis­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques et surtout pour pouvoir ajus­­­­­­­­­­­­­­­­­ter le tir en fonc­­­­­­­­­­­­­­­­­tion de l’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­tua­­­­­­­­­­­­­­­­­lité qui nous saute au visage : oui, un refi­­­­­­­­­­­­­­­­­nan­­­­­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­­­­­ment des soins de santé et de l’en­­­­­­­­­­­­­­­­­semble de la sécu­­­­­­­­­­­­­­­­­rité sociale sera plus que jamais indis­­­­­­­­­­­­­­­­­pen­­­­­­­­­­­­­­­­­sable.

Et puis, c’est notre avenir commun qui sera boule­­­­­­­­­­­­­­­­­versé dans les prochaines semaines, dans les prochains mois, dans les prochaines années. Nous ne sommes pas devins. Chacun d’entre nous commence à se faire son opinion de ce que pour­­­­­­­­­­­­­­­­­rait être l’Après. Toutes les hypo­­­­­­­­­­­­­­­­­thèses sont sur la table : du « Busi­­­­­­­­­­­­­­­­­ness as usual » à l’ef­­­­­­­­­­­­­­­­­fon­­­­­­­­­­­­­­­­­dre­­­­­­­­­­­­­­­­­ment en passant par la révo­­­­­­­­­­­­­­­­­lu­­­­­­­­­­­­­­­­­tion rouge-verte, plus rouge pour certains, plus verte pour d’autres. A la foudroyante rapi­­­­­­­­­­­­­­­­­dité avec
laquelle notre système écono­­­­­­­­­­­­­­­­­mique s’écroule, il faudra une réponse tout aussi rapide pour ne pas que la page soit tour­­­­­­­­­­­­­­­­­née comme si rien ne s’était passé (le gouver­­­­­­­­­­­­­­­­­neur de la BNB table déjà sur une reprise de crois­­­­­­­­­­­­­­­­­sance écono­­­­­­­­­­­­­­­­­mique expo­­­­­­­­­­­­­­­­­nen­­­­­­­­­­­­­­­­­tielle en 2021 !). Il faut dès à présent crier haut et fort que nous voulons un autre avenir que celui
que le néoli­­­­­­­­­­­­­­­­­bé­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­lisme nous faisait subir : nous voulons vivre dans un monde juste, respi­­­­­­­­­­­­­­­­­rable, soli­­­­­­­­­­­­­­­­­daire, et qui respecte les droits humains. Soyons-en toutes et tous acteurs à notre manière et selon nos moyens.

Monique Van Dieren

Autres actualités

Voir toutes les actualités