Analyses

Sortir du capi­ta­lis­me… Doux rêve ou néces­sité ? (avril 2020)

Auteur Paul Blanjean, La Four­­­­­­­­­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­­­­­­­­­lière mars-avril 2020, p.12–14

A l’oc­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­sion des actions et acti­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­tés menées dans le cadre de la ZAD1 d’Ar­­­­­­­­­­­­­­­­­lon, les Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­­­laires de la Province du Luxem­­­­­­­­­­­­­­­­­bourg, actives dans les actions menées, m’avaient demandé d’in­­­­­­­­­­­­­­­­­tro­­­­­­­­­­­­­­­­­duire une réflexion sur le thème du capi­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­lisme. Le présent article s’ins­­­­­­­­­­­­­­­­­pire de cette inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ven­­­­­­­­­­­­­­­­­tion.

Chaque jour, à travers la planète, des millions de personnes orga­­­­­­­­­­­­­­­­­nisent des résis­­­­­­­­­­­­­­­­­tances et des alter­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­tives. Ces combats prennent des formes diverses autour de nombreuses ques­­­­­­­­­­­­­­­­­tions sociales, écono­­­­­­­­­­­­­­­­­miques et poli­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques, très souvent en oppo­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­tion à la vision capi­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­liste de ces ques­­­­­­­­­­­­­­­­­tions. Ils sont menés par les acti­­­­­­­­­­­­­­­­­vistes pour le climat, des collec­­­­­­­­­­­­­­­­­tifs fémi­­­­­­­­­­­­­­­­­nistes, des syndi­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­listes, des mouve­­­­­­­­­­­­­­­­­ments paysans,…

Toutes ces luttes cherchent à faire recu­­­­­­­­­­­­­­­­­ler les inéga­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­tés, les injus­­­­­­­­­­­­­­­­­tices et les domi­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­tions. Parfois elles sont spon­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­nées, parfois elles sont l’abou­­­­­­­­­­­­­­­­­tis­­­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­­­ment d’un proces­­­­­­­­­­­­­­­­­sus d’ana­­­­­­­­­­­­­­­­­lyse. Elles peuvent être ponc­­­­­­­­­­­­tuelles ou s’ins­­­­­­­­­­­­­­­­­crire dans un proces­­­­­­­­­­­­­­­­­sus long, porteur d’un projet alter­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­tif et anti­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­pi­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­liste. Une vision globale et trans­­­­­­­­­­­­­­­­­ver­­­­­­­­­­­­­­­­­sale nous fait dire que les proces­­­­­­­­­­­­­­­­­sus de chan­­­­­­­­­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­­­­­­­­­ment ne peuvent s’an­­­­­­­­­­­­­­­­­crer dans le long terme qu’à condi­­­­­­­­­­­­­­­­­tion d’une sortie de la triple domi­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­tion mise en avant par des mouve­­­­­­­­­­­­­­­­­ments fémi­­­­­­­­­­­­­­­­­nistes : le patriar­­­­­­­­­­­­­­­­­cat, le capi­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­lisme et le racisme. Aujourd’­­­­­­­­­­­­­­­­­hui, comme hier, les luttes sont écla­­­­­­­­­­­­­­­­­tées et leurs conver­­­­­­­­­­­­­­­­­gences sont le plus souvent ponc­­­­­­­­­­­­­­­­­tuelles. Certes, on a vu des millions de sala­­­­­­­­­­­­­­­­­riés grévistes en même temps que les mani­­­­­­­­­­­­­­­­­fes­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­tions étudiantes, en France, en mai 68. Ou des gilets jaunes parti­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­per à des mani­­­­­­­­­­­­­­­­­fes­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­tions pour le climat. Mais il n’existe pas un mouve­­­­­­­­­­­­­­­­­ment global perma­nent qui mobi­­­­­­­­­­­­­­­­­lise pour un chan­­­­­­­­­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­­­­­­­­­ment inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sec­­­­­­­­­­­­­­­­­to­­­­­­­­­­­­­­­­­riel et plané­­­­­­­­­­­­­­­­­taire.

Ce qui ne discré­­­­­­­­­­­­­­­­­dite en rien les nombreuses luttes et les mouve­­­­­­­­­­­­­­­­­ments qui les portent… celle des travailleuses et travailleurs qui s’op­­­­­­­­­­­­­­­­­posent à une délo­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­tion, celle de paysans luttant pour leur terre et une juste rému­­­­­­­­­­­­­­­­­né­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­tion de leur travail, celle des femmes en faveur d’une égalité réelle ou contre les reculs en matière de droit à l’avor­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­ment. Sortir
du capi­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­lisme ne peut se faire qu’en croi­­­­­­­­­­­­­­­­­sant toutes ces luttes et en imagi­­­­­­­­­­­­­­­­­nant des modèles alter­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­tifs de société non seule­­­­­­­­­­­­­­­­­ment autour de la ques­­­­­­­­­­­­­­­­­tion de la propriété des moyens de produc­­­­­­­­­­­­­­­­­tion mais aussi en oppo­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­tion à toutes les formes de domi­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­tions.

Le capi­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­lisme, un pouvoir illé­­­­­­­­­­­­­gi­­­­­­­­­­­­­time

Nous enten­­­­­­­­­­­­­dons souvent « On vit en démo­­­­­­­­­­­­­cra­­­­­­­­­­­­­tie… on ne le croi­­­­­­­­­­­­­rait pas ». Les pouvoirs qui ont la légi­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­mité de fixer les règles communes, de mettre en place les moyens, de les appliquer et de tran­­­­­­­­­­­­­cher les diffé­­­­­­­­­­­­­rends ne sont-ils pas ceux qui carac­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­risent les régimes démo­­­­­­­­­­­­­cra­­­­­­­­­­­­­tiques : le légis­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­tif, l’exé­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­tif et le judi­­­­­­­­­­­­­ciaire ? Pour­­­­­­­­­­­­­tant, dans ce que nous appe­­­­­­­­­­­­­lons la vie de tous les jours, nous sommes confron­­­­­­­­­­­­­tés à des déci­­­­­­­­­­­­­sions impor­­­­­­­­­­­­­tantes prises par les milieux écono­­­­­­­­­­­­­miques (banques, entre­­­­­­­­­­­­­prises) qui influencent direc­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­ment le vécu indi­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­duel et collec­­­­­­­­­­­­­tif.

Dans une culture de la concer­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­tion, le terme « lutte des classes » appa­­­­­­­­­­­­­raît comme un « gros mot ». Cepen­­­­­­­­­­­­­dant, dans le quoti­­­­­­­­­­­­­dien, de par les oppres­­­­­­­­­­­­­sions et inéga­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­tés qu’elles entraînent, le patro­­­­­­­­­­­­­nat et le monde finan­­­­­­­­­­­­­cier la pratiquent au quoti­­­­­­­­­­­­­dien avec des attaques contre les salaires, les condi­­­­­­­­­­­­­tions de travail et l’em­­­­­­­­­­­­­ploi. Il faut aussi regar­­­­­­­­­­­­­der cela en sortant d’un auto­­­­­­­­­­­­­cen­­­­­­­­­­­­­trage belgo-belge ou euro­­­­­­­­­­­­­péen et inté­­­­­­­­­­­­­grer la dimen­­­­­­­­­­­­­sion inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­­­­­nale. Dans de nombreux pays de la planète, il n’existe aucune moda­­­­­­­­­­­­­lité de régu­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­tion de l’éco­­­­­­­­­­­­­no­­­­­­­­­­­­­mie et le capi­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­lisme est tout-puis­­­­­­­­­­­­­sant. Il serait naïf d’ima­­­­­­­­­­­­­gi­­­­­­­­­­­­­ner les choses sous un angle bipo­­­­­­­­­­­­­laire comme si tout se résu­­­­­­­­­­­­­mait à un combat de boxe entre deux adver­­­­­­­­­­­­­saires clai­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­ment iden­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­fiés.

De plus, à l’in­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­rieur de chacune des classes il y a des tensions, des diver­­­­­­­­­­­­­gences de posi­­­­­­­­­­­­­tions et d’in­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­rêts. Ces divi­­­­­­­­­­­­­sions peuvent aussi être renfor­­­­­­­­­­­­­cées sur le plan inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­­­­­nal, où des jeux d’al­­­­­­­­­­­­­liances inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­clas­­­­­­­­­­­­­sistes parti­­­­­­­­­­­­­cipent à une oppo­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­tion entre pays plutôt qu’entre classes. Ces tensions et divi­­­­­­­­­­­­­sions sont des facteurs d’ac­­­­­­­­­­­­­crois­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­ment des domi­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­tions et des inéga­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­tés, d’au­­­­­­­­­­­­­tant que les Etats ne jouent pas
néces­­­­­­­­­­­­­sai­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­ment le rôle de régu­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­teur et parti­­­­­­­­­­­­­cipent aussi, par des mesures fiscales, écono­­­­­­­­­­­­­miques, moné­­­­­­­­­­­­­taires et sociales à ce jeu.

Mais ce proces­­­­­­­­­­­­­sus pourra-t-il encore durer long­­­­­­­­­­­­­temps ? En exploi­­­­­­­­­­­­­tant au maxi­­­­­­­­­­­­­mum les travailleuses et travailleurs et en pillant les ressources éner­­­­­­­­­­­­­gé­­­­­­­­­­­­­tiques et natu­­­­­­­­­­­­­relles néces­­­­­­­­­­­­­saires à son fonc­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­ment, le capi­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­lisme scie-t-il la branche sur laquelle il s’as­­­­­­­­­­­­­sied pour domi­­­­­­­­­­­­­ner le monde ?

Capi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­lisme indus­­­­­­­­­triel et capi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­lisme finan­­­­­­­­­cier

Le capi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­lisme d’aujourd’­­­­­­­­­hui est bien loin de celui du XIXème siècle. Sa concen­­­­­­­­­tra­­­­­­­­­tion et son inter­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­na­­­­­­­­­li­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­tion en repré­­­­­­­­­sentent des aspects impor­­­­­­­­­tants qui pour­­­­­­­­­raient lais­­­­­­­­­ser à penser qu’il est, plus que jamais, domi­­­­­­­­­na­­­­­­­­­teur et triom­­­­­­­­­phant.

La finan­­­­­­­­­cia­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­tion du capi­­­­­­­­­tal est sans doute une évolu­­­­­­­­­tion impor­­­­­­­­­tante qui l’en­­­­­­­­­traine hors du sillon de « l’éco­­­­­­­­­no­­­­­­­­­mie réelle » et peut à la fois le renfor­­­­­­­­­cer et l’af­­­­­­­­­fai­­­­­­­­­blir. Le renfor­­­­­­­­­cer car le capi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­lisme peut ainsi domi­­­­­­­­­ner l’en­­­­­­­­­semble de l’éco­­­­­­­­­no­­­­­­­­­mie et de la finance. Mais il ne peut se conten­­­­­­­­­ter des jeux de bourses et de marchés loin de « l’éco­­­­­­­­­no­­­­­­­­­mie réelle ». Les dernières crises ont été essen­­­­­­­­­tiel­­­­­­­­­le­­­­­­­­­ment finan­­­­­­­­­cières ou liées à des bulles spécu­­­­­­­­­la­­­­­­­­­tives avec des risques d’écrou­­­­­­­­­le­­­­­­­­­ment du système bancaire lors de celle de 2008. Et ce sont les Etats qui ont sauvé les banques…

Le capi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­lis­­­­­­­­­me… et puis après ?

Face au capi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­lisme global ou face à des aspects spéci­­­­­­­­­fiques, de nombreux groupes sociaux luttent au quoti­­­­­­­­­dien. Ces combats, souvent segmen­­­­­­­­­tés de façon terri­­­­­­­­­to­­­­­­­­­riale et caté­­­­­­­­­go­­­­­­­­­rielle provoquent des brèches. Mais beau­­­­­­­­­coup échouent ou sont répri­­­­­­­­­més de façon parfois brutale. Ces luttes ne sont pas les seules à provoquer des brèches dans le système capi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­liste, dont de nombreux auteurs prévoient la fin à cause, entre autres, de son inca­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­cité à assu­­­­­­­­­rer l’ac­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­mu­­­­­­­­­la­­­­­­­­­tion néces­­­­­­­­­saire à sa survie.

Un peu partout se déve­­­­­­­­­loppent des initia­­­­­­­­­tives à carac­­­­­­­­­tère  écono­­­­­­­­­mique qui sortent de la logique marchande de l’éco­­­­­­­­­no­­­­­­­­­mie   capi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­liste. Un modèle alter­­­­­­­­­na­­­­­­­­­tif visible est sans doute   celui de l’ali­­­­­­­­­men­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­tion et de la consom­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­tion au quoti­­­­­­­­­dien   au travers de grou­­­­­­­­­pe­­­­­­­­­ments d’achats. Mais des alter­­­­­­­­­na­­­­­­­­­tives   se déve­­­­­­­­­loppent dans de nombreux autres secteurs.

Face au capi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­lisme global ou face à des aspects spéci­­­­­­­­­fiques,   de nombreux groupes sociaux luttent au quoti­­­­­­­­­dien. Ces combats, souvent segmen­­­­­­­­­tés de façon terri­­­­­­­­­to­­­­­­­­­riale et caté­­­­­­­­­go­­­­­­­­­rielle provoquent des brèches. Mais beau­­­­­­­­­coup échouent   ou sont répri­­­­­­­­­més de façon parfois brutale. Ces luttes ne sont pas les seules à provoquer des brèches dans le système capi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­liste, dont de nombreux auteurs prévoient la fin à cause, entre autres, de son inca­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­cité à assu­­­­­­­­­rer l’ac­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­mu­­­­­­­­­la­­­­­­­­­tion néces­­­­­­­­­saire à sa survie.

Un peu partout se déve­­­­­­­­­loppent des initia­­­­­­­­­tives à carac­­­­­­­­­tère écono­­­­­­­­­mique qui sortent de la logique marchande de l’éco­­­­­­­­­no­­­­­­­­­mie capi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­liste. Un modèle alter­­­­­­­­­na­­­­­­­­­tif visible est sans doute celui de l’ali­­­­­­­­­men­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­tion et de la consom­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­tion au quoti­­­­­­­­­dien au travers de grou­­­­­­­­­pe­­­­­­­­­ments d’achats. Mais des alter­­­­­­­­­na­­­­­­­­­tives se déve­­­­­­­­­loppent dans de nombreux autres secteurs.

Je voudrais ici poser deux ques­­­­­­­­­tions majeures à ces initia­­­­­­­­­tives, dans une pers­­­­­­­­­pec­­­­­­­­­tive de sortie du capi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­lisme. La première est celle des publics réunis au sein de ces projets. Quelle est la place lais­­­­­­­­­sée et prise par les personnes et groupes au capi­­­­­­­­­tal social, cultu­­­­­­­­­rel ou écono­­­­­­­­­mique plus bas ? La deuxième est de voir si ces projets dépassent un « entre nous » aussi convi­­­­­­­­­vial soit-il pour conver­­­­­­­­­ger ou du moins parti­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­per à un mouve­­­­­­­­­ment plus vaste qui remet en cause le capi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­lisme. Les initia­­­­­­­­­tives évoquées ci-dessus sont des versions occi­­­­­­­­­den­­­­­­­­­tales d’al­­­­­­­­­ter­­­­­­­­­na­­­­­­­­­tives. Dans les pays du sud se déve­­­­­­­­­loppent aussi des projets coopé­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­tifs, même si leurs missions s’ins­­­­­­­­­crivent parfois dans la survie dans des contrées ou le sala­­­­­­­­­riat peut, para­­­­­­­­­doxa­­­­­­­­­le­­­­­­­­­ment, appa­­­­­­­­­raitre comme une avan­­­­­­­­­cée quand le travail infor­­­­­­­­­mel sans la moindre protec­­­­­­­­­tion sociale est la norme. Il faut éviter un impé­­­­­­­­­ria­­­­­­­­­lisme cultu­­­­­­­­­rel occi­­­­­­­­­den­­­­­­­­­tal de gauche qui pense­­­­­­­­­rait que le seul chemin du chan­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­ment est celui que les mouve­­­­­­­­­ments sociaux de nos contrées peuvent imagi­­­­­­­­­ner. Si l’al­­­­­­­­­ter­­­­­­­­­na­­­­­­­­­tive est inter­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­nale et inter­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­na­­­­­­­­­liste, elle doit être en capa­­­­­­­­­cité d’in­­­­­­­­­té­­­­­­­­­grer les diffé­­­­­­­­­rences majeures   qui existent entre les situa­­­­­­­­­tions, les domi­­­­­­­­­na­­­­­­­­­tions, les formes de résis­­­­­­­­­tance de l’en­­­­­­­­­semble de la planète et imagi­­­­­­­­­ner des chan­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­ments qui ont un sens du plan local à l’in­­­­­­­­­ter­­­­­­­­­na­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­nal. Penser globa­­­­­­­­­le­­­­­­­­­ment, agir loca­­­­­­­­­le­­­­­­­­­ment était un des slogans majeurs des forums sociaux mondiaux. C’est une condi­­­­­­­­­tion essen­­­­­­­­­tielle. Il n’y a pas de sortie du capi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­lisme et de l’ex­­­­­­­­­ploi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­tion si la soli­­­­­­­­­da­­­­­­­­­rité inter­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­nale n’existe pas. Cela signi­­­­­­­­­fie de nombreux aspects dont le juste prix des matières premières et de l’éner­­­­­­­­­gie dans les échanges inter­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­naux même si ceux-ci sont pensés et pratiqués entre des écono­­­­­­­­­mies relo­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­li­­­­­­­­­sées afin de satis­­­­­­­­­faire prio­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­tai­­­­­­­­­re­­­­­­­­­ment les besoins des popu­­­­­­­­­la­­­­­­­­­tions.

La relo­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­li­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­tion, c’est aussi tendre vers une auto­­­­­­­­­suf­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­sance et peut-être prio­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­tai­­­­­­­­­re­­­­­­­­­ment alimen­­­­­­­­­taire dans les pays du sud qui, aujourd’­­­­­­­­­hui, vivent le para­­­­­­­­­doxe d’une large produc­­­­­­­­­tion de produits agri­­­­­­­­­coles majo­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­tai­­­­­­­­­re­­­­­­­­­ment desti­­­­­­­­­nés à l’ex­­­­­­­­­por­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­tion. La relo­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­li­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­tion ne signi­­­­­­­­­fie pas l’au­­­­­­­­­tar­­­­­­­­­cie et ne supprime ni les spéci­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­tés ni les échanges mais donne   à ceux-ci des bases plus justes, plus soli­­­­­­­­­daires et plus écolo­­­­­­­­­giques. Plus écolo­­­­­­­­­giques car le futur de l’éco­­­­­­­­­no­­­­­­­­­mie mais aussi de l’hu­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­nité ne peuvent s’en­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­ger sans une véri­­­­­­­­­table prise en compte des dimen­­­­­­­­­sions humaines et envi­­­­­­­­­ron­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­men­­­­­­­­­tales. Cela néces­­­­­­­­­site de renver­­­­­­­­­ser les trois domi­­­­­­­­­na­­­­­­­­­tions   évoquées, car il faut aussi briser le patriar­­­­­­­­­cat et le racisme et assu­­­­­­­­­rer une véri­­­­­­­­­table poli­­­­­­­­­tique égali­­­­­­­­­taire.

Le capi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­lisme a dans ses carbu­­­­­­­­­rants la crois­­­­­­­­­sance. Cette crois­­­­­­­­­sance porte en elle les éléments du pillage de la planète et l’ac­­­­­­­­­crois­­­­­­­­­se­­­­­­­­­ment des inéga­­­­­­­­­li­­­­­­­­­tés. Elle est pour­­­­­­­­­tant présen­­­­­­­­­tée comme indis­­­­­­­­­pen­­­­­­­­­sable au progrès et même à la capa­­­­­­­­­cité redis­­­­­­­­­tri­­­­­­­­­bu­­­­­­­­­tive. Elle consti­­­­­­­­­tue pour­­­­­­­­­tant une impasse écolo­­­­­­­­­gique, écono­­­­­­­­­mique et sociale. La décrois­­­­­­­­­sance est donc essen­­­­­­­­­tielle mais elle ne peut se faire sans inter­­­­­­­­­­­­­­­­­ro­­­­­­­­­ger le modèle de répar­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­tion des richesses. Le capi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­lisme vert est une illu­­­­­­­­­sion et il ne change rien de façon fonda­­­­­­­­­men­­­­­­­­­tale. Il consti­­­­­­­­­tue une forme de caution morale à un modèle qui n’a rien de vertueux. Il faut donc instau­­­­­­­­­rer une décrois­­­­­­­­­sance déli­­­­­­­­­bé­­­­­­­­­rée collec­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­ment, accom­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­gnée et plani­­­­­­­­­fiée inté­­­­­­­­­grant des mesures sociales et évitant la duali­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­tion. La décrois­­­­­­­­­sance doit pouvoir se coupler à la relo­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­li­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­tion des acti­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­tés et à la sortie de la logique de profit.

Un autre modèle ne tombera pas du ciel. Si le capi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­lisme n’est pas vaincu par les luttes dont nous avons aussi montré les limites contem­­­­­­­­­po­­­­­­­­­raines, il s’écrou­­­­­­­­­lera parce qu’il sera « en fin de cycle ». Sans briser les méca­­­­­­­­­nismes de domi­­­­­­­­­na­­­­­­­­­tion, il peut aussi accou­­­­­­­­­cher d’un monstre. Ce monstre, même s’il doit inté­­­­­­­­­grer de nouvelles contraintes dont la fini­­­­­­­­­tude   des ressources peut être profon­­­­­­­­­dé­­­­­­­­­ment inéga­­­­­­­­­li­­­­­­­­­taire et tota­­­­­­­­­le­­­­­­­­­ment anti­­­­­­­­­dé­­­­­­­­­mo­­­­­­­­­cra­­­­­­­­­tique.

Alors on chan­­­­­­­­­ge…

Il n’y a pas de solu­­­­­­­­­tion miracle. Mais il semble évident quand sans luttes et sans la conjonc­­­­­­­­­tion entre elles, il ne faut pas espé­­­­­­­­­rer « en sortir par le haut ». Il faut, bien entendu, comme le dit Olivier Bonfond tuer TINA3. Cela demande aussi un combat cultu­­­­­­­­­rel qui désha­­­­­­­­­bille les anciennes logiques et permet de faire éclore de nouvelles. La conjonc­­­­­­­­­tion des luttes c’est, à la fois, jouer sur la complé­­­­­­­­­men­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­rité des niveaux (du local au   mondial) et la dimen­­­­­­­­­sion inter­­­­­­­­­­­­­­­­­sec­­­­­­­­­to­­­­­­­­­rielle des combats.

Il est sans doute bien diffi­­­­­­­­­cile d’avoir des certi­­­­­­­­­tudes quant à l’ave­­­­­­­­­nir du capi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­lisme et sur le scéna­­­­­­­­­rio de la sortie du modèle. Mais il importe, déjà aujourd’­­­­­­­­­hui, d’ima­­­­­­­­­gi­­­­­­­­­ner la construc­­­­­­­­­tion d’un demain soli­­­­­­­­­daire qui sera néces­­­­­­­­­sai­­­­­­­­­re­­­­­­­­­ment à réin­­­­­­­­­ven­­­­­­­­­ter tous les jours afin de préve­­­­­­­­­nir les dérives, d’ar­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­trer de façon juste les inté­­­­­­­­­rêts diver­­­­­­­­­gents et de réin­­­­­­­­­ven­­­­­­­­­ter la soli­­­­­­­­­da­­­­­­­­­rité et la démo­­­­­­­­­cra­­­­­­­­­tie.

  1. Voir article pages 10–11 de la Four­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­lière d’avril 2020
  2. Paolo SERVIGNE : Et si le Monde devait s’ef­­­­­­­­­fon­­­­­­­­­drer pour renaitre meilleur – 2020
  3. TINA : There Is No Alter­­­­­­­­­na­­­­­­­­­tive – Célèbre expres­­­­­­­­­sion de Marga­­­­­­­­­ret That­­­­­­­­­cher. Voir aussi : Olivier BONFOND, Il faut tuer TINA, 200 propo­­­­­­­­­si­­­­­­­­­tions pour rompre avec le fata­­­­­­­­­lisme et chan­­­­­­­­­ger le Monde – Edition du Ceri­­­­­­­­­sier – 2017