Actualités

www.histoires-digi­tales.be: on en parle !

Les Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­­­laires ont été inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­viewées à l’oc­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­sion du lance­­­­­­­­­­­­­­­­­ment du site www.histoires-digi­­­­­­­­­­­­­­­­­tales.be
Point­­­­­­­­­­­­­­­­­cul­­­­­­­­­­­­­­­­­ture: Vous dites que le fait de se racon­­­­­­­­­­­­­­­­­ter peut être un outil de chan­­­­­­­­­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­­­­­­­­­ment pour la personne, avoir des consé­quences posi­­­­­­­­­­­­­­­­­tives sur sa vie person­­­­­­­­­­­­­­­­­nelle. Qu’en est-il des échanges qui ont lieu au sein des ateliers ? Vous parlez de réunir des jeunes en diffi­­­­­­­­­­­­­­­­­culté, est-ce que ça crée du lien ? Comment est-ce que l’ex­­­­­­­­­­­­­­­­­pé­­­­­­­­­­­­­­­­­rience du groupe affecte la repré­­­­­­­­­­­­­­­­­sen­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­tion que chacun se fait de sa propre situa­­­­­­­­­­­­­­­­­tion ? atelier HD-les equipes populaires

Laurence Delper­­­­­­­­­­­­­­­­­dange (S.F. Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­­­laires) « Bien sûr le fait de parta­­­­­­­­­­­­­­­­­ger des choses assez fortes, ça rapproche, ça crée des connexions. Contrai­­­­­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­­­­­ment à ce que l’on pour­­­­­­­­­­­­­­­­­rait penser, le groupe ne va pas forcé­­­­­­­­­­­­­­­­­ment vous donner raison. Une personne peut être amenée à modi­­­­­­­­­­­­­­­­­fier son regard sur sa propre situa­­­­­­­­­­­­­­­­­tion. Un exemple : une femme souhai­­­­­­­­­­­­­­­­­tait parler du métier de son mari gardien de prison. Comme sa manière de présen­­­­­­­­­­­­­­­­­ter les choses l’ame­­­­­­­­­­­­­­­­­nait à disqua­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­fier les déte­­­­­­­­­­­­­­­­­nus, des ques­­­­­­­­­­­­­­­­­tions se sont posées : est-ce que c’est cela le sens que l’on veut donner à nos histoires digi­­­­­­­­­­­­­­­­­tales, est-ce qu’on veut vrai­­­­­­­­­­­­­­­­­ment poin­­­­­­­­­­­­­­­­­ter une caté­­­­­­­­­­­­­­­­­go­­­­­­­­­­­­­­­­­rie de la popu­­­­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­­­­tion ? C’est le genre de discus­­­­­­­­­­­­­­­­­sions qu’on peut avoir.

On va aussi dans le sens de l’ap­­­­­­­­­­­­­­­­­pro­­­­­­­­­­­­­­­­­fon­­­­­­­­­­­­­­­­­dis­­­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­­­ment de certains thèmes. Je me souviens de deux parti­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­pants qui avaient été licen­­­­­­­­­­­­­­­­­ciés d’une entre­­­­­­­­­­­­­­­­­prise de trans­­­­­­­­­­­­­­­­­port, ce l’oc­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­sion pour nous d’abor­­­­­­­­­­­­­­­­­der la théma­­­­­­­­­­­­­­­­­tique du dumping social. Cette approche leur a permis de se ressai­­­­­­­­­­­­­­­­­sir autre­­­­­­­­­­­­­­­­­ment de leur propre cas, de le resi­­­­­­­­­­­­­­­­­tuer dans un contexte plus géné­­­­­­­­­­­­­­­­­ral. Quel que soit l’obs­­­­­­­­­­­­­­­­­tacle qu’une personne ait dû affron­­­­­­­­­­­­­­­­­ter, qu’il s’agisse de la diffi­­­­­­­­­­­­­­­­­culté de trou­­­­­­­­­­­­­­­­­ver un emploi après un licen­­­­­­­­­­­­­­­­­cie­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, de se sortir d’une assué­­­­­­­­­­­­­­­­­tude ou de se recons­­­­­­­­­­­­­­­­­truire après une période « SDF », chaque histoire est une leçon de vie. C’est ça qui aide à ne pas jeter la pierre, parce que derrière chaque histoire on perçoit la souf­­­­­­­­­­­­­­­­­france mais aussi la force. Chaque histoire révèle l’ad­­­­­­­­­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­­­­­­­­­rable là où certains poli­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques pointent, et c’est cela qui est grave, une inca­­­­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­­­­cité à réus­­­­­­­­­­­­­­­­­sir sa vie. »

Lire l’in­­­­­­­­­­­­­­­­­ter­­­­­­­­­­­­­­­­­view complète: « Histoires digi­­­­­­­­­­­­­­­­­tales: parole aux invi­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­tés » sur le site de Point Culture 

Autres actualités

Voir toutes les actualités