Revue

Pratiques commer­ciales : entrons en résis­tance ! ( Contrastes Octobre 2011)

Un ennemi coriace …

Pratiques commerciales : entrons en résistance ! (septembre 2011)Serait-ce une bonne nouvelle ? : Alors que Paul Magnette nous explique comment il fait de la résis­­­­­tance par rapport à la tendance au nivel­­­­­le­­­­­ment par le bas impo­­­­­sée par les direc­­­­­tives euro­­­­­péennes (voir son inter­­­­­­­­­view en page 11), le CRIOC vient de sortir les résul­­­­­tats d’une enquête démon­­­­­trant que le consom­­­­­ma­­­­­teur lui aussi fait de plus en plus preuve de résis­­­­­tance et d’es­­­­­prit critique(1)

Pas ques­­­­­tion, pour le consom­­­­­ma­­­­­teur, de prendre pour argent comp­­­­­tant ce que lui racontent les marques. Il est irrité par la publi­­­­­cité, craint d’être mani­­­­­pulé, poussé à ache­­­­­ter un produit dont il n’a pas vrai­­­­­ment besoin ou de piètre qualité.

De l’autre, il porte une atten­­­­­tion plus grande à l’en­­­­­vi­­­­­ron­­­­­ne­­­­­ment, à l’éthique, à la néces­­­­­sité de mieux cibler ses achats. Méfiance et aspi­­­­­ra­­­­­tion à une consom­­­­­ma­­­­­tion respon­­­­­sable: telles sont les deux facettes de la résis­­­­­tance du consom­­­­­ma­­­­­teur vis-à- vis de l’offre commer­­­­­ciale.

On voudrait y croire. Car même si la résis­­­­­tance s’or­­­­­ga­­­­­nise, l’en­­­­­nemi est coriace et souvent roublard.

L’en­­­­­nemi, ce sont les socié­­­­­tés commer­­­­­ciales et parmi elles, les opéra­­­­­teurs de télé­­­­­pho­­­­­nie et d’éner­­­­­gie et leurs pratiques douteuses qui frisent l’ar­­­­­naque. Ce sont les socié­­­­­tés de crédit qui essayent de vendre du rêve aux personnes en proie au cauche­­­­­mar du suren­­­­­det­­­­­te­­­­­ment, et qui aggravent encore leur situa­­­­­tion. Ce sont les sites de vente sur inter­­­­­­­­­net qui profitent de la faci­­­­­lité et de la rapi­­­­­dité de commande pour favo­­­­­ri­­­­­ser les achats impul­­­­­sifs.

Ces pratiques commer­­­­­ciales agres­­­­­sives qui ne cessent d’aug­­­­­men­­­­­ter menacent en premier lieu l’équi­­­­­libre finan­­­­­cier des personnes qui sont en situa­­­­­tion de préca­­­­­rité.

Mais contrai­­­­­re­­­­­ment à ce que l’on pense, les travailleurs ne sont pas non plus à l’abri du suren­­­­­det­­­­­te­­­­­ment. Car le salaire donne l’illu­­­­­sion d’un pouvoir d’achat et d’un “vouloir d’achat” qui ne résiste cepen­­­­­dant pas à certains aléas de la vie comme le divorce, la perte d’em­­­­­ploi ou la mala­­­­­die (voir article en page 7).

Face à ces pratiques, les résis­­­­­tances sont souvent d’ordre privé et indi­­­­­vi­­­­­duel : refus d’achat, dénon­­­­­cia­­­­­tion du compor­­­­­te­­­­­ment de l’en­­­­­tre­­­­­prise auprès de l’en­­­­­tou­­­­­rage, dépôt de plainte, etc.

Par ailleurs, la pratique de la média­­­­­tion déve­­­­­lop­­­­­pée dans le domaine de l’éner­­­­­gie et des télé­­­­­com­­­­­mu­­­­­ni­­­­­ca­­­­­tions s’étend à d’autres secteurs et est encou­­­­­ra­­­­­gée par les pouvoirs publics (voir article en page 16).

La média­­­­­tion est utile pour éviter des frais de justice et de longues procé­­­­­dures, mais elle repose toujours sur les indi­­­­­vi­­­­­dus et reste compliquée.

La résis­­­­­tance doit égale­­­­­ment s’ins­­­­­crire dans une action poli­­­­­tique desti­­­­­née à modi­­­­­fier les rapports de force en matière de consom­­­­­ma­­­­­tion.

Cet objec­­­­­tif est néan­­­­­moins diffi­­­­­cile à atteindre, comme le prouve l’ab­­­­­sence actuelle de légis­­­­­la­­­­­tion en matière d’ac­­­­­tions collec­­­­­tives. Et sans cadre qui régule les pratiques commer­­­­­ciales et qui permette l’or­­­­­ga­­­­­ni­­­­­sa­­­­­tion collec­­­­­tive de la défense des consom­­­­­ma­­­­­teurs, c’est la loi du plus fort qui conti­­­­­nuera à s’im­­­­­po­­­­­ser.

1. Etude complète : “La résis­­­­­tance du consom­­­­­ma­­­­­teur” sur le site www.crioc.be

Sommaire

p3 PRATIQUES COMMERCIALES :

  • On n’est pas des pigeons !
    En nous faisant croire que l’on peut tout avoir très vite et à moindre prix, les pratiques commer­­­­­ciales abusives peuvent avoir des consé­quences graves sur la situa­­­­­tion finan­­­­­cière de certaines personnes.

p7 SURENDETTEMENT :

  • Travailler et être suren­­­­­detté, pas si rare !
    Parmi les personnes en média­­­­­tion de dettes, près d’un tiers ont des reve­­­­­nus profes­­­­­sion­­­­­nels. Quelle préven­­­­­tion au sein des entre­­­­­prises ?

p11 INTERVIEW :

  • “La Belgique fait de la résis­­­­­tan­­­­­ce….”
    Paul Magnette, Ministre en charge de la protec­­­­­tion des consom­­­­­ma­­­­­teurs

p16 MÉDIATION :

  • Privi­­­­­lé­­­­­gier la solu­­­­­tion à l’amiable
    La média­­­­­tion se profile de plus en plus comme une alter­­­­­na­­­­­tive à la procé­­­­­dure judi­­­­­ciaire, dans de nombreux domaines, dont celui de la protec­­­­­tion des consom­­­­­ma­­­­­teurs.
    Mais elle repose essen­­­­­tiel­­­­­le­­­­­ment sur les épaules des consom­­­­­ma­­­­­teurs.

Prix au n° 

Prix au n° : 2 €
Pour s’abon­­­­­ner (Contrastes + La Four­­­­­mi­­­­­lière) :



S'abonner

Les champs marqués d’une * sont obligatoires.