Actualités

Un nouveau président aux Equipes Popu­laires

Guillaume Lohest, nouveau président des Équipes Popu­­­laires

Guillaume Lohest a été élu nouveau président des Équipes Popu­­­laires à l’is­­­sue du Congrès virtuel qui s’est tenu le 14 novembre dernier. Il pren­­­dra ses fonc­­­tions en janvier 2021 pour trois ans, succé­­­dant ainsi à Paul Blanjean, prochai­­­ne­­­ment en fin de carrière.

Guillaume Lohest, 36 ans, habite la région de Ciney. Il avait été engagé il y a cinq ans aux Équipes Popu­­­laires en charge des études et de la forma­­­tion, après avoir été ensei­­­gnant, puis éditeur et anima­­­teur en éduca­­­tion perma­­­nente  plusieurs années chez Nature & Progrès.

Après ses remer­­­cie­­­ments envers tou.te.s les mili­­­tant.e.s et collègues, Guillaume a exprimé sa sincère recon­­­nais­­­sance envers un mouve­­­ment qu’il quali­­­fie « d’ex­­­trê­­­me­­­ment chaleu­­­reux », une vertu dans laquelle il compte puiser sa force. Et il lui en faudra… car le contexte de société actuel n’est pas des plus radieux.

Celles et ceux qui connaissent Guillaume savent qu’il aime les mots. Et les deux mots qu’il a choi­­­sis pour quali­­­fier son état d’es­­­prit sont luci­­­dité et convic­­­tion. « Luci­­­dité, car dans la situa­­­tion que nous vivons, nous sommes confron­­­tés à un senti­­­ment d’in­­­suf­­­fi­­­sance de notre action face aux enjeux sociaux et clima­­­tiques qui deviennent criants. Mais ceux-ci sont telle­­­ment impor­­­tants que cela nous pousse à aller de l’avant, à en faire plus, et avec d’au­­­tres… La luci­­­dité, c’est recon­­­naître que nous ne pouvons rien tout seuls, ce qui est le propre de la vie démo­­­cra­­­tique, plurielle. » Et Guillaume est persuadé que « nous sommes là où nous devons être, c’est-à-dire dans l’ac­­­tion locale de proxi­­­mité, parmi les réali­­­tés de vie. ».

Pour le deuxième mot, il a eu une hési­­­ta­­­tion. « J’au­­­rais pu choi­­­sir Colère car c’est un atout quand elle est guidée par un désir collec­­­tif de démo­­­cra­­­tie et d’éga­­­lité. Mais elle est aussi un risque, car la colère brute et la soif de collec­­­tif peuvent être les ingré­­­dients du fascisme. Sans les valeurs que l’on défend, la colère peut bascu­­­ler du mauvais côté… » Le popu­­­lisme -et sa dérive ultime, le fascisme- sont en effet une des ques­­­tions qui préoc­­­cupent Guillaume. Il a d’ailleurs récem­­­ment écrit un livre sur ce sujet[1].

Il a donc choisi un autre mot : Convic­­­tion. Une convic­­­tion de plus en plus en plus ancrée chez Guillaume est qu’au­­­cun chan­­­ge­­­ment de société, social ou écolo­­­gique, ne pourra s’opé­­­rer sans réduc­­­tion dras­­­tique des inéga­­­li­­­tés. « Car vivre dans un bain d’iné­­­ga­­­li­­­tés crée de la pauvreté, de la méfiance, de la riva­­­lité, de la frus­­­tra­­­tion, de la colère non construc­­­tive. Je suis de plus en plus persuadé que réduire les inéga­­­li­­­tés est une prio­­­rité abso­­­lue à tous niveaux, y compris celui du chan­­­ge­­­ment clima­­­tique. Car les inéga­­­li­­­tés, déme­­­su­­­rées, bloquent toute possi­­­bi­­­lité de faire société autour d’un projet commun, d’un désir commun.  »

Guillaume Lohest est cepen­­­dant lucide et modeste. « L’im­­­pact de notre action est diffi­­­ci­­­le­­­ment quan­­­ti­­­fiable, mais j’en mesure chaque jour le sens et la perti­­­nence quand j’ob­­­serve la diver­­­sité, la richesse de nos quelques 150 groupes et projets actifs en Wallo­­­nie et à Bruxelles. Nous sommes l’un des éléments de la grande toile asso­­­cia­­­tive et de la démo­­­cra­­­tie cultu­­­relle ».

Merci à Guillaume d’avoir accepté de rele­­­ver le défi de coor­­­don­­­ner l’ac­­­tion du mouve­­­ment et d’y appor­­­ter un souffle nouveau.

 

[1] Entre démo­­­cra­­­tie et popu­­­lisme, 10 façons de jouer avec le feu, Guillaume Lohest. Coédi­­­tion Couleurs livres et Équipes Popu­­­laires, 2019.

Autres actualités

Voir toutes les actualités