Revue

Alcool et jeunes : Opéra­tion séduc­tion ( Contrastes Août 2013)

Quand les jeunes font le buzz

Alcool et jeunes : Opération séduction (Juillet 2013)Les festi­­­­­vals d’été mettent la clé sous le paillas­­­­­son pour un an. De plus en plus prisés par un nombre gran­­­­­dis­­­­­sant de jeunes, ils repré­­­­­sentent des lieux de socia­­­­­li­­­­­sa­­­­­tion et de franche rigo­­­­­lade où l’al­­­­­cool désin­­­­­hibe nombre d’entre eux et les libère de la pres­­­­­sion sociale, fami­­­­­liale, scolaire.

Mais l’al­­­­­cool est partout, pas seule­­­­­ment dans les sacs à dos des jeunes mais aussi dans le frigo de la plupart des familles.

Ne stig­­­­­ma­­­­­ti­­­­­sons pas les jeunes, leur consom­­­­­ma­­­­­tion d’al­­­­­cool est globa­­­­­le­­­­­ment contrô­­­­­lée (90% n’ont pas de problème d’al­­­­­cool) et n’aug­­­­­mente pas de manière signi­­­­­fi­­­­­ca­­­­­tive.

Ce qui inquiète davan­­­­­tage, c’est l’évo­­­­­lu­­­­­tion de l’âge et des habi­­­­­tudes de consom­­­­­ma­­­­­tion. De plus en plus jeune et de plus en plus vite : ce sont les deux grandes tendances obser­­­­­vées qui posent un réel problème en termes de santé publique : des risques d’as­­­­­sué­­­­­tudes accrus et des dégâts plus impor­­­­­tants sur les neurones.

Mais qu’est-ce qui pousse donc les jeunes à consom­­­­­mer de l’al­­­­­cool en toutes circons­­­­­tances, y compris sur les terrains de sport ou à la sortie de l’école ?

Le dossier met clai­­­­­re­­­­­ment en évidence que ce sont les stra­­­­­té­­­­­gies publi­­­­­ci­­­­­taires des fabri­­­­­cants d’al­­­­­cool qui ont une influence, davan­­­­­tage que le contexte fami­­­­­lial ou la person­­­­­na­­­­­lité des jeunes.

Leur stra­­­­­té­­­­­gie de bana­­­­­li­­­­­sa­­­­­tion et de sur-valo­­­­­ri­­­­­sa­­­­­tion de l’al­­­­­cool est payante, puisque ce sont de plus en plus souvent les jeunes eux-mêmes qui véhi­­­­­culent la publi­­­­­cité par toute une série de moyens allant de la distri­­­­­bu­­­­­tion de gadgets en passant par Face­­­­­book ou l’or­­­­­ga­­­­­ni­­­­­sa­­­­­tion de soirées événe­­­­­ments.

Parti­­­­­cu­­­­­liè­­­­­re­­­­­ment dans le domaine de l’al­­­­­cool, l’ac­­­­­tuel système d’au­­­­­to­­­­­ré­­­­­gu­­­­­la­­­­­tion du secteur publi­­­­­ci­­­­­taire montre une fois encore toutes ses limites puisque c’est le JEP qui est juge et partie dans le contrôle des pratiques publi­­­­­ci­­­­­taires.

A terme, comme c’est déjà le cas pour le tabac, ce serait l’in­­­­­ter­­­­­dic­­­­­tion pure et simple de la publi­­­­­cité pour l’al­­­­­cool qu’il faudrait obte­­­­­nir.

Cela peut paraître rele­­­­­ver du bon sens, mais les inté­­­­­rêts écono­­­­­miques en jeu sont gigan­­­­­tesques et le combat n’est pas gagné…

Dans ce dossier, nous faisons le tour de l’évo­­­­­lu­­­­­tion  des modes de consom­­­­­ma­­­­­tion d’al­­­­­cool chez les jeunes et des stra­­­­­té­­­­­gies publi­­­­­ci­­­­­taires qui font mouche. Nous donnons égale­­­­­ment la parole à un membre des Alcoo­­­­­liques Anonymes, qui fêtent leur 60ème anni­­­­­ver­­­­­saire dans quelques jours.

Sommaire

Auteurs : Monique Van Dieren, Jean-Michel Char­­­­­lier, Chris­­­­­tine Stein­­­­­bach, Clau­­­­­dia Bene­­­­­detto, Morgane Cami­­­­­niti et Caro­­­­­line Sauveur (Crioc)

p3 Pourvu qu’on ait l’ivres­­­­­se…
Les jeunes consomment de l’al­­­­­cool. Ce n’est pas nouveau. Ce qui inquiète les obser­­­­­va­­­­­teurs, c’est la tendance plus récente à boire plus, plus vite et plus jeune. A recher­­­­­cher l’ivresse à tout prix dans les lieux festifs et même spor­­­­­tifs. Effets garan­­­­­tis sur la santé et la scola­­­­­ri­­­­­té…

p6 Une drogue socia­­­­­le­­­­­ment valo­­­­­ri­­­­­sée
En matière d’al­­­­­cool, trois tendances s’ob­­­­­servent : davan­­­­­tage de femmes, davan­­­­­tage de jeunes et davan­­­­­tage de compor­­­­­te­­­­­ments à risques. Faut-il y voir une plus grande fragi­­­­­lité psycho­­­­­lo­­­­­gique ? Ou bien le résul­­­­­tat de pratiques de marke­­­­­ting qui visent en parti­­­­­cu­­­­­lier les jeunes et les femmes ?

p9 Alcoo­­­­­lique absti­­­­­nent… et heureux de l’être !
Nous l’ap­­­­­pel­­­­­le­­­­­rons Guy. Accro dès l’âge de vingt ans, il préfère -et il doit- garder l’ano­­­­­ny­­­­­mat puisqu’il est membre actif des Alcoo­­­­­liques anonymes. Il parle peu des raisons qui l’ont amené à deve­­­­­nir alcoo­­­­­lique (il ne les connaît pas vrai­­­­­ment lui-même d’ailleurs), mais explique comment les AA l’ac­­­­­com­­­­­pagnent dans sa démarche d’abs­­­­­ti­­­­­nence ainsi que le travail d’in­­­­­for­­­­­ma­­­­­tion qu’il effec­­­­­tue notam­­­­­ment dans les écoles. Un chemi­­­­­ne­­­­­ment qui a complè­­­­­te­­­­­ment trans­­­­­formé sa vie…

p13 Pub, alcool and Rock’n roll
Les jeunes sont les cibles des stra­­­­­té­­­­­gies publi­­­­­ci­­­­­taires. Une belle villa, une piscine, un « top model » dansant lasci­­­­­ve­­­­­ment. Un barman qui prépare soigneu­­­­­se­­­­­ment un cock­­­­­tail au rythme de la “mojito song”. Images idyl­­­­­liques et dange­­­­­reuses à la fois, qui s’adressent de plus en plus aux jeunes. Les publi­­­­­ci­­­­­taires ne reculent devant aucun sacri­­­­­fice pour les sédui­­­­­re…

p17 Une nouvelle légis­­­­­la­­­­­tion en chan­­­­­tier
Alors qu’en matière de taba­­­­­gisme, la légis­­­­­la­­­­­tion est rela­­­­­ti­­­­­ve­­­­­ment avan­­­­­cée, claire et presque respec­­­­­tée, c’est tout l’in­­­­­verse en matière d’al­­­­­cool, tant en ce qui concerne la vente que la publi­­­­­cité pour l’al­­­­­cool. Le nouveau Plan Alcool proposé par les ministres de la Santé devrait permettre de clari­­­­­fier et complé­­­­­ter la légis­­­­­la­­­­­tion actuelle. Il est actuel­­­­­le­­­­­ment soumis à la consul­­­­­ta­­­­­tion des acteurs de terrain.

p19 Quelques propo­­­­­si­­­­­tions du plan alcool 2014–2018

Prix au n° 

Prix au n°  : 2 €
Pour s’abon­­­­­ner (Contrastes + La Four­­­­­mi­­­­­lière) :



S'abonner

Les champs marqués d’une * sont obligatoires.