Revue

La commune, terreau de la démo­cra­tie ( Contrastes Août 2012)

Ma commune, un espace citoyen ? Oui !

La commune, terreau de la démocratie (Juillet 2012)Les citoyens ont-ils la possi­­­­­bi­­­­­lité de parti­­­­­ci­­­­­per à la vie et à la gestion de leur commune ?

La réponse est oui ! Mais cela néces­­­­­site de la patience, de l’en­­­­­ga­­­­­ge­­­­­ment et du débat construc­­­­­tif… Avec les limites que repré­­­­­sente cepen­­­­­dant l’exer­­­­­cice de la démo­­­­­cra­­­­­tie parti­­­­­ci­­­­­pa­­­­­tive, force est de consta­­­­­ter que notre système de démo­­­­­cra­­­­­tie repré­­­­­sen­­­­­ta­­­­­tive est de plus en plus remis en ques­­­­­tion par les citoyens qui reven­­­­­diquent d’une part le droit à l’in­­­­­for­­­­­ma­­­­­tion et à la parole, et d’autre part l’ob­­­­­ten­­­­­tion de résul­­­­­tats immé­­­­­diats.

Or, la déci­­­­­sion démo­­­­­cra­­­­­tique requiert du vrai débat (asso­­­­­cia­­­­­tif et parti­­­­­ci­­­­­pa­­­­­tif) qui s’ac­­­­­com­­­­­mode mal de ce désir d’im­­­­­mé­­­­­dia­­­­­teté.

D’où un senti­­­­­ment gran­­­­­dis­­­­­sant de lassi­­­­­tude des citoyens – et même des réseaux asso­­­­­cia­­­­­tifs – face au diffi­­­­­cile exer­­­­­cice de la démo­­­­­cra­­­­­tie.

Face à cette crise de légi­­­­­ti­­­­­mité persis­­­­­tante, la commune reste le lieu de pouvoir le plus proche du citoyen, qui permet à celui-ci de prendre part aux déci­­­­­sions sur ce qui rythme son quoti­­­­­dien : son loge­­­­­ment, l’école de ses enfants, l’amé­­­­­na­­­­­ge­­­­­ment de son quar­­­­­tier, l’aide socia­­­­­le…

De multiples dispo­­­­­si­­­­­tifs permettent aux citoyens d’y prendre acti­­­­­ve­­­­­ment part (voir article p. 17).

Mouve­­­­­ment d’ac­­­­­tion locale de proxi­­­­­mité, les Equipes Popu­­­­­laires mènent depuis toujours un travail de terrain pour favo­­­­­ri­­­­­ser le « mieux vivre ensemble » dans les quar­­­­­tiers, les communes, les villes.

Les groupes agissent dans la durée – et pas seule­­­­­ment au moment des élec­­­­­tions – pour que les communes remplissent leur rôle au service des citoyens les moins favo­­­­­ri­­­­­sés, en parti­­­­­cu­­­­­lier en matière de loge­­­­­ment, d’éner­­­­­gie et d’aide sociale.

De plus, les leviers d’ac­­­­­tion des communes sont impor­­­­­tants dans ces trois domaines, et c’est pour cette raison que nous avons choisi d’y mettre un focus parti­­­­­cu­­­­­lier.

Et pourquoi pas, ces trois focus pour­­­­­ront être une clé de lecture des programmes des partis, afin de nous éclai­­­­­rer dans notre vote, le 14 octobre prochain.

Quant aux enjeux poli­­­­­tiques des prochaines élec­­­­­tions commu­­­­­nales, c’est Vincent De Coore­­­­­by­­­­­ter, direc­­­­­teur du CRISP, qui nous les présente en page 10. Pour lui, le prin­­­­­ci­­­­­pal enjeu pour les communes est finan­­­­­cier : les communes seront les premières victimes colla­­­­­té­­­­­rales de la Réforme de l’Etat…

Bonne lecture. Et bon vote !

Sommaire

p3 LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ, UNE PRIORITÉ DANS MA COMMUNE ?
La commune et le CPAS se doivent de mettre en place une poli­­­­­tique active de préven­­­­­tion et de lutte contre la pauvreté. Petit tour d’ho­­­­­ri­­­­­zon des pratiques commu­­­­­nales de la poli­­­­­tique socia­­­­­le…

p4 LES COMMUNES ET LA LUTTE CONTRE LES LOGEMENTS VIDES
S’il faut nuan­­­­­cer les chiffres concer­­­­­nant les loge­­­­­ments inoc­­­­­cu­­­­­pés ou à l’aban­­­­­don, la vacance immo­­­­­bi­­­­­lière est un véri­­­­­table enjeu pour peser sur la crise du loge­­­­­ment.
Les communes ont un rôle de premier plan à jouer et ne manquent pas de moyens légaux.

p10 INTERVIEW : VINCENT DE COOREBYTER

p14 ENERGIE : PRIORITÉ AUX CONSOMMATEURS VULNÉRABLES
Vitale, l’éner­­­­­gie doit être acces­­­­­sible en suffi­­­­­sance à tous.
A cet enjeu social vient se gref­­­­­fer un enjeu envi­­­­­ron­­­­­ne­­­­­men­­­­­tal.
Les programmes se déve­­­­­loppent et les pouvoirs locaux sont encou­­­­­ra­­­­­gés à agir. Encore faut-il ne pas se trom­­­­­per d’ur­­­­­gence. Ni de cible.

p17 L’IMPORTANT, C’EST DE PARTICIPER !
De nombreux dispo­­­­­si­­­­­tifs existent pour permettre et encou­­­­­ra­­­­­ger la parti­­­­­ci­­­­­pa­­­­­tion des citoyens à la vie commu­­­­­nale. Ils sont souvent trop peu utili­­­­­sés, prin­­­­­ci­­­­­pa­­­­­le­­­­­ment pour cause d’in­­­­­com­­­­­pré­­­­­hen­­­­­sion mutuelle.

Prix au n°

Prix au n° : 2 €
Pour s’abon­­­­­ner (Contrastes + La Four­­­­­mi­­­­­lière) :



S'abonner

Les champs marqués d’une * sont obligatoires.