Revue

Le fémi­nisme sur tous les fronts (Contrastes, juin 2019)

LA PAROLE SE LIBÈRE

CC.Flikr J. Menjou­­­­­­­­­­­­­­­­­let

Contrai­­­­­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­­­­­ment à l’image dépas­­­­­­­­­­­­­­­­­sée que l’on se fait du fémi­­­­­­­­­­­­­­­­­nisme et des fémi­­­­­­­­­­­­­­­­­nistes, la conquête de l’éman­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­­­­tion et de l’au­­­­­­­­­­­­­­­­­to­­­­­­­­­­­­­­­­­no­­­­­­­­­­­­­­­­­mie des femmes est multi­­­­­­­­­­­­­­­­­forme et connaît un coup d’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­cé­­­­­­­­­­­­­­­­­lé­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­teur, en parti­­­­­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­­­­­lier depuis les récents scan­­­­­­­­­­­­­­­­­dales d’abus sexuels et autres violences faites aux femmes dans la sphère publique et privée.

Comme le souligne Irène Kaufer dans une carte blanche publiée dans Le Soir du 4/06/2019 en réponse à un courant fémi­­­­­­­­­­­­­­­­­niste radi­­­­­­­­­­­­­­­­­cal #stopaux­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­lauds, « s’il arrive que nous ayons des diver­­­­­­­­­­­­­­­­­gences, eh bien, c’est juste­­­­­­­­­­­­­­­­­ment ce qui fait la richesse d’un mouve­­­­­­­­­­­­­­­­­ment qui n’est pas une secte, ni un parti avec un programme défini, mais un chemin qui se construit en marchant ».

Ce chemin, il est en construc­­­­­­­­­­­­­­­­­tion depuis près de 200 ans en Belgique et il n’est pas linéaire. Comme l’ex­­­­­­­­­­­­­­­­­plique Marie-Thérèse Coenen, des courants divers ont traversé l’his­­­­­­­­­­­­­­­­­toire du fémi­­­­­­­­­­­­­­­­­nisme, dont la prin­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­pale frac­­­­­­­­­­­­­­­­­ture est celle qui distingue les mouve­­­­­­­­­­­­­­­­­ments fémi­­­­­­­­­­­­­­­­­nins (qui prônent l’éga­­­­­­­­­­­­­­­­­lité des droits) et les mouve­­­­­­­­­­­­­­­­­ments fémi­­­­­­­­­­­­­­­­­nistes (qui veulent l’abo­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­tion du système patriar­­­­­­­­­­­­­­­­­cal).

Dans un futur proche ou loin­­­­­­­­­­­­­­­­­tain, les histo­­­­­­­­­­­­­­­­­riens se penche­­­­­­­­­­­­­­­­­ront sûre­­­­­­­­­­­­­­­­­ment sur les raisons plus profondes de l’ex­­­­­­­­­­­­­­­­­plo­­­­­­­­­­­­­­­­­sion actuelle des courants et mouve­­­­­­­­­­­­­­­­­ments fémi­­­­­­­­­­­­­­­­­nistes, mais aussi la diver­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des combats qui s’ex­­­­­­­­­­­­­­­­­priment aujourd’­­­­­­­­­­­­­­­­­hui. La parole se libère : de celles qui subissent des violences conju­­­­­­­­­­­­­­­­­gales, qui sont mépri­­­­­­­­­­­­­­­­­sées parce qu’elles portent le voile, qui sont discri­­­­­­­­­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­­­­­­­­­nées parce qu’elles sont lesbiennes, qui sont victimes de la « gros­­­­­­­­­­­­­­­­­so­­­­­­­­­­­­­­­­­pho­­­­­­­­­­­­­­­­­bie », qui gagnent 20% de moins que leurs collègues mascu­­­­­­­­­­­­­­­­­lins, qui subissent la charge mentale des tâches quoti­­­­­­­­­­­­­­­­­dien­­­­­­­­­­­­­­­­­nes…

Mais le fémi­­­­­­­­­­­­­­­­­nisme ne pourra crier victoire que quand toutes les femmes auront accès aux mêmes droits, y compris les moins favo­­­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­­­sées. C’est ce que défend notam­­­­­­­­­­­­­­­­­ment le Collec­­­­­­­­­­­­­­­­­tif des 99%, qui accuse le « fémi­­­­­­­­­­­­­­­­­nisme néoli­­­­­­­­­­­­­­­­­bé­­­­­­­­­­­­­­­­­ral » de sacri­­­­­­­­­­­­­­­­­fier les femmes raci­­­­­­­­­­­­­­­­­sées et pauvres pour assu­­­­­­­­­­­­­­­­­rer leur propre ascen­­­­­­­­­­­­­­­­­sion sociale. En matière d’iné­­­­­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­tés socio-écono­­­­­­­­­­­­­­­­­miques, le nouveau mouve­­­­­­­­­­­­­­­­­ment de « grève des femmes » pour dénon­­­­­­­­­­­­­­­­­cer les inéga­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­tés sur le marché de l’em­­­­­­­­­­­­­­­­­ploi remet égale­­­­­­­­­­­­­­­­­ment cette ques­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des inéga­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­tés socio-écono­­­­­­­­­­­­­­­­­miques à l’agenda.

Les champs d’in­­­­­­­­­­­­­­­­­ves­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­­­­­tion du fémi­­­­­­­­­­­­­­­­­nisme sont encore multiples et l’union sacrée entre tous les courants fémi­­­­­­­­­­­­­­­­­nistes est peu vrai­­­­­­­­­­­­­­­­­sem­­­­­­­­­­­­­­­­­blable tant les débats sont vifs et les posi­­­­­­­­­­­­­­­­­tions tran­­­­­­­­­­­­­­­­­chées. Ce qui est sûr, c’est que, comme le souligne Irène Kaufer, « il n’y a pas de bon ou de mauvais fémi­­­­­­­­­­­­­­­­­nisme, il y a juste un combat dans toute sa diver­­­­­­­­­­­­­­­­­sité, pour le droit des femmes ».

Prix au n° : (2€ + frais d’en­­­­­­­­­­­­­voi)

S'abonner

Les champs marqués d’une * sont obligatoires.