Revue

Le pouvoir occulte des lobbies ( Contrastes Juin 2014)

Les lobbies à l’as­­­­­saut de l’Eu­­­­­rope

Le pouvoir occulte des lobbies (Mai 2014)De par la présence des insti­­­­­tu­­­­­tions euro­­­­­péennes, Bruxelles est la plaque tour­­­­­nante d’une acti­­­­­vité licite mais opaque : le lobbying. De quoi s’agit-il en réalité ?

D’une médaille à deux faces bien diffé­­­­­rentes. D’une part, celle qui consiste à défendre ses idées, ses convic­­­­­tions auprès des repré­­­­­sen­­­­­tants poli­­­­­tiques belges et euro­­­­­péens.

L’autre face, c’est celle qui consiste à les influen­­­­­cer, voire les mani­­­­­pu­­­­­ler par tous les moyens (y compris douteux) pour défendre de puis­­­­­sants inté­­­­­rêts finan­­­­­ciers et/ou corpo­­­­­ra­­­­­tistes.

Nous songeons par exemple à l’in­­­­­dus­­­­­trie du tabac ou de l’al­­­­­cool qui, malgré un impact nocif sur la santé publique, parvient à faire pres­­­­­sion pour empê­­­­­cher une règle­­­­­men­­­­­ta­­­­­tion trop stricte qui nuit au déve­­­­­lop­­­­­pe­­­­­ment de leur busi­­­­­ness. Comme l’ex­­­­­plique

Arnaud Zacha­­­­­rie dans l’in­­­­­ter­­­­­view qu’il nous a accor­­­­­dée, le lobbying n’est pas néces­­­­­sai­­­­­re­­­­­ment à bannir.

Les manda­­­­­taires poli­­­­­tiques ne sont pas des spécia­­­­­listes et lorsqu’il s’agit d’ins­­­­­truire un dossier pour faire une propo­­­­­si­­­­­tion de loi sur un sujet pointu, ils ont besoin d’in­­­­­for­­­­­ma­­­­­tions parfois complexes pour être capables de voter en connais­­­­­sance de cause. C’est là que le lobbying peut être utile.

D’ailleurs les ONG en font aussi à leur manière mais avec des barrières déon­­­­­to­­­­­lo­­­­­giques qu’ils ne fran­­­­­chissent pas et des moyens beau­­­­­coup plus limi­­­­­tés ! Mais là où le bât blesse, c’est le peu de règle­­­­­men­­­­­ta­­­­­tion de la profes­­­­­sion.

Les limites sont parfois floues entre infor­­­­­ma­­­­­tion, mani­­­­­pu­­­­­la­­­­­tion et mensonge. Et leurs tech­­­­­niques de persua­­­­­sion sont de plus en plus perfec­­­­­tion­­­­­nés et insi­­­­­dieuses.

Après avoir brossé un portrait rapide des lobbyistes et de leur influence, le dossier jette un coup de zoom sur trois secteurs forte­­­­­ment influen­­­­­cés par les déci­­­­­sions euro­­­­­péennes : la consom­­­­­ma­­­­­tion -et en parti­­­­­cu­­­­­lier l’in­­­­­dus­­­­­trie du tabac-, le secteur finan­­­­­cier et l’em­­­­­ploi.

Face aux puis­­­­­sants lobbys patro­­­­­naux, ce dernier article montre en quoi les syndi­­­­­cats sont tiraillés entre la stra­­­­­té­­­­­gie du lobbying et celle de la concer­­­­­ta­­­­­tion sociale.

La société civile parvient-elle à se faire entendre et à convaincre que l’in­­­­­té­­­­­rêt géné­­­­­ral prime sur les inté­­­­­rêts des grandes puis­­­­­sances finan­­­­­cières ?

Le combat est inégal mais un peu plus de trans­­­­­pa­­­­­rence et de règle­­­­­men­­­­­ta­­­­­tion de ce secteur contri­­­­­bue­­­­­raient sans doute à rendre les déci­­­­­deurs poli­­­­­tiques plus lucides face aux mani­­­­­pu­­­­­la­­­­­tions dont ils font parfois l’objet…

Sommaire

p 3 CEUX QUI MURMURENT à L’OREILLE DES POLITIQUES
Par Clau­­­­­dia Bene­­­­­detto
Bruxelles est un para­­­­­dis pour les lobbyistes. Depuis la créa­­­­­tion de la Commu­­­­­nauté Euro­­­­­péenne, des milliers de lobbyistes ont trouvé le chemin de notre capi­­­­­tale. Ils ont tous le même objec­­­­­tif : influen­­­­­cer les déci­­­­­sions poli­­­­­tiques. A tous les niveaux et sous diffé­­­­­rentes formes. Combien sont-ils et comment travaillent-ils ? Une grande opacité règne autour de leur acti­­­­­vité.

p 6 LOBBY DES PRODUCTEURS DE TABAC : PAS DE FUMEE SANS FEU !
Par Pieter-Jan De Koning
Le lobbying est cepen­­­­­dant plus présent et plus inten­­­­­sif dans certains secteurs que dans d’autres. Plus il y a d’argent qui circule dans un secteur, plus les inté­­­­­rêts sont impor­­­­­tants. Et plus les inté­­­­­rêts sont impor­­­­­tants, plus le lobbying gagne en inten­­­­­sité. C’est notam­­­­­ment le cas de l’in­­­­­dus­­­­­trie du tabac.

p 9 INTERVIEW : ARNAUD ZACHARIE. LES ONG AU COEUR DE LA TOILE D’INFLUENCE
Par Muriel Vander­­­­­borght, Clau­­­­­dia Bene­­­­­detto
Le lobby des multi­­­­­na­­­­­tio­­­­­nales et autres socié­­­­­tés privées est bien connu de tous. Mais il existe aussi un contre-pouvoir, celui des mouve­­­­­ments sociaux et des ONG qui utilisent la carte du lobbying pour défendre l’in­­­­­té­­­­­rêt géné­­­­­ral. Arnaud Zacha­­­­­rie, secré­­­­­taire géné­­­­­ral du Centre natio­­­­­nal de la coopé­­­­­ra­­­­­tion au déve­­­­­lop­­­­­pe­­­­­ment, nous parle de ce jeu d’in­­­­­fluence.

p 13 CONFEDERATION EUROPEENNE DES SYNDICATS (CES) : QUELLE INFLUENCE DANS Les DOSSIERS EUROPEENS ?
Par Olivier Derruine
En matière de légis­­­­­la­­­­­tion sociale et de droit du travail, les syndi­­­­­cats ont une place impor­­­­­tante a u sein des proces­­­­­sus de concer tation sociale, du moins en Belgique et dans certains des Etats membres de l’Union. Au niveau euro­­­­­péen par contre, le modèle que nous connais­­­­­sons chez nous ne fonc­­­­­tionne pas de manière iden­­­­­tique. La CES n’y ayant pas une place légi­­­­­time de parte­­­­­naire social, elle doit apprendre à pratiquer une certaine forme de lobbying. Un travail auquel certains syndi­­­­­ca­­­­­listes ne sont pas encore vrai­­­­­ment aguer­­­­­ris…

p 16 BANQUES ET FINANCES : LE CHARME DISCRET DES LOBBYISTES
Par Muriel Vander­­­­­borght
La régu­­­­­la­­­­­tion du secteur bancaire, tout le monde y pense… et pour­­­­­tant peu de choses bougent ! Pourquoi ? Peut-être parce que certains lobbies s’y opposent farou­­­­­che­­­­­ment et s’arment de moyens humains et finan­­­­­ciers consé­quents pour parve­­­­­nir à leurs fins. Car dans ce domaine aussi, les couloirs du parle­­­­­ment euro­­­­­péen se remplissent chaque jour d’in­­­­­di­­­­­vi­­­­­dus pour lesquels l’in­­­­­té­­­­­rêt géné­­­­­ral n’est pas vrai­­­­­ment une prio­­­­­rité.

Prix au n°

Prix au n°  : 2 €
Pour s’abon­­­­­ner (Contrastes + La Four­­­­­mi­­­­­lière)



S'abonner

Les champs marqués d’une * sont obligatoires.