Revue

Les maisons de repos face aux défis du vieillis­se­ment ( Contrastes Février 2013)

Un chan­­­­­tier de très grande ampleur

Les maisons de repos face aux défis du vieillissement (Janvier 2013)La ques­­­­­tion des maisons de repos est révé­­­­­la­­­­­trice des grands enjeux qui nous attendent face au vieillis­­­­­se­­­­­ment de la popu­­­­­la­­­­­tion. Parmi les défis majeurs, citons tout d’abord l’ac­­­­­cès aux maisons de repos.

Face à l’évo­­­­­lu­­­­­tion démo­­­­­gra­­­­­phique et au mora­­­­­toire décidé par le fédé­­­­­ral et les Régions sur les nouvelles places à créer, les listes d’at­­­­­tente s’al­­­­­longent et la situa­­­­­tion s’an­­­­­nonce encore plus catas­­­­­tro­­­­­phique pour la prochaine décen­­­­­nie.

Un autre défi majeur est celui de leur acces­­­­­si­­­­­bi­­­­­lité finan­­­­­cière, quand on sait que le coût moyen est de loin supé­­­­­rieur au montant des pensions. Le troi­­­­­sième enjeu de taille qui est déjà à l’agenda poli­­­­­tique depuis un an concerne les trans­­­­­ferts de compé­­­­­tences (et donc des moyens finan­­­­­ciers) prévus par la 6e réforme de l’Etat.

Les compé­­­­­tences fédé­­­­­rales seront trans­­­­­fé­­­­­rées aux Commu­­­­­nau­­­­­tés et/ou aux Régions, mais les enve­­­­­loppes budgé­­­­­taires qui devraient accom­­­­­pa­­­­­gner ce trans­­­­­fert semblent actuel­­­­­le­­­­­ment bien en-deçà des besoins à moyen et long terme.

Les Régions et Commu­­­­­nau­­­­­tés auront un rôle central dans les choix en matière de poli­­­­­tique du 3e âge.

Celui notam­­­­­ment d’in­­­­­ves­­­­­tir massi­­­­­ve­­­­­ment ou non dans les soins à domi­­­­­cile ou les habi­­­­­tats grou­­­­­pés pour mieux répondre aux souhaits des personnes âgées et rencon­­­­­trer la diffi­­­­­culté de finan­­­­­cer de nouvelles places en maisons de repos.

La qualité des soins et des condi­­­­­tions de travail du person­­­­­nel des maisons de repos est égale­­­­­ment au cœur des préoc­­­­­cu­­­­­pa­­­­­tions de tout qui est concerné de près ou de loin par la problé­­­­­ma­­­­­tique du vieillis­­­­­se­­­­­ment d’un proche.

A cet égard, le manque d’in­­­­­ves­­­­­tis­­­­­se­­­­­ment public a ouvert la voie royale à une priva­­­­­ti­­­­­sa­­­­­tion galo­­­­­pante du secteur des maisons de repos, ce qui n’au­­­­­gure rien de bon quant à l’ac­­­­­ces­­­­­si­­­­­bi­­­­­lité finan­­­­­cière et à l’en­­­­­ca­­­­­dre­­­­­ment humain indis­­­­­pen­­­­­sable pour des soins de qualité.

Mais pour cela, c’est à un chan­­­­­tier de très grande ampleur auquel il faut s’at­­­­­taquer à tous les niveaux de pouvoir, y compris euro­­­­­péen : celui de la lutte contre la marchan­­­­­di­­­­­sa­­­­­tion des services aux personnes et à la collec­­­­­ti­­­­­vité.

Sommaire

p.3 Maisons de repos : Un marché renta­­­­­ble…­­­­­mais à quel prix ?
Les maisons de repos sont de plus en plus aux mains du secteur privé. C’est qu’au vu de l’évo­­­­­lu­­­­­tion démo­­­­­gra­­­­­phique, le poten­­­­­tiel de déve­­­­­lop­­­­­pe­­­­­ment est énorme, mêmes si la créa­­­­­tion de nouvelles places est bloquée depuis de nombreuses années pour éviter l’ex­­­­­plo­­­­­sion du finan­­­­­ce­­­­­ment public. Le manque de places et l’aug­­­­­men­­­­­ta­­­­­tion du coût de l’hé­­­­­ber­­­­­ge­­­­­ment sont au coeur des préoc­­­­­cu­­­­­pa­­­­­tions des personnes et des familles concer­­­­­nées par des choix diffi­­­­­ciles au crépus­­­­­cule de la vie : quand, où et à quel prix ?

p.7 Maisons de repos et qualité de vie : un défi au quoti­­­­­dien.
Aujourd’­­­­­hui, plus de 130.000 Belges séjournent en maison de repos. La déci­­­­­sion de poser sa valise dans un de ces établis­­­­­se­­­­­ments est le résul­­­­­tat d’un choix mûri et réflé­­­­­chi pour certains, d’une obli­­­­­ga­­­­­tion impo­­­­­sée par des raisons de santé ou des contraintes fami­­­­­liales pour d’autres.Tous ont pour­­­­­tant les mêmes envies de bien-être, de respect de la personne et de la digni­­­­­té… Des mots que rencontre de façon très variable la réalité vécue au sein de ces établis­­­­­se­­­­­ments.

p.10 Inter­­­­­view du mois : Fran­­­­­cis Delpé­­­­­rée.
« La ques­­­­­tion des aînés doit être repor­­­­­tée sur le terrain poli­­­­­tique. »

p.14 Habi­­­­­tats seniors : Quel toit pour abri­­­­­ter nos vieux jours ?
Quand vous serez bien âgé(e),au soir à lachan­­­­­del­­­­­le…que ferez-vous ? Idéa­­­­­le­­­­­ment,les personnes âgées veulent rester chez elles le plus long­­­­­temps possible. La plupart d’entre-elles pensent devoir termi­­­­­ner leurs vieux jours en maison de repos. Certaines pensent même que c’est la seule option qui s’offre à elles. Mais des alter­­­­­na­­­­­tives existent même si elles ne sont pas encore suffi­­­­­sam­­­­­ment déve­­­­­lop­­­­­pées.

p.17 L’Etat fédé­­­­­ral trans­­­­­fère, le secteur angois­­­­­se…
Le secteur des maisons de repos est aucoeur de la tour­­­­­mente insti­­­­­tu­­­­­tion­­­­­nelle provoquée par la dernière réforme de l’Etat. Son finan­­­­­ce­­­­­ment est envoie de glis­­­­­ser du fédé­­­­­ral vers les Commu­­­­­nau­­­­­tés. Avec le double risque d’un étran­­­­­gle­­­­­ment finan­­­­­cier et d’une inéga­­­­­lité de droits des rési­­­­­dents selon les Régions du pays…

Prix au n° 

Prix au n° : 2 €
Pour s’abon­­­­­ner (Contrastes + La Four­­­­­mi­­­­­lière) :



S'abonner

Les champs marqués d’une * sont obligatoires.