Revue

Médias et réseaux sociaux : Mais où est passée la vérité ? ( Contrastes février 2017)

L’ère de la désin­­­­­­­­­­­­­­­­­­­for­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion

Les Equipes Populaires - Contrastes médias et véritéSommes-nous sur-infor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­més ou désin­­­­­­­­­­­­­­­­­­­for­­­­­­­­­­­­­­­­­­­més ? Le constat d’une surin­­­­­­­­­­­­­­­­­­­for­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion – et donc de la diffi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­culté de faire le tri et de comprendre la complexité du monde – est présent depuis de nombreuses années.

Ce constat s’est renforcé avec l’ar­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vée d’in­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­net à la fin des années 90. Par contre, le phéno­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mène de désin­­­­­­­­­­­­­­­­­­­for­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion est plus récent et a pris une ampleur consi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rable avec l’avè­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment des réseaux sociaux, qui permettent à chacun de s’im­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pro­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ser jour­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­­­liste au mé- pris de toutes les règles de déon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­to­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gie (en parti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lier la véri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des sources) et de diffu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ser à l’échelle plané­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taire des infor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions ou des pseudo-infor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions qui entre­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tiennent la confu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion en relayant des rumeurs non véri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fiées.

Ou pire, de véhi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ler des thèses complo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tistes fran­­­­­­­­­­­­­­­­­­­che­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment dange­­­­­­­­­­­­­­­­­­­reuses pour la démo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tie. En effet, la confu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion est totale et le doute s’ins­­­­­­­­­­­­­­­­­­­talle. Qui désin­­­­­­­­­­­­­­­­­­­forme, qui dit la vérité ?

Pour mesu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rer à quel point il est diffi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cile pour un citoyen lambda de comprendre le tour­­­­­­­­­­­­­­­­­­­billon dans lequel se trouve le monde des médias et de la commu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion, faites l’exer­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cice suivant. Tapez dans le moteur de recherche d’in­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­net : « Comment lutter contre la désin­­­­­­­­­­­­­­­­­­­for­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion ? » Vous tombez sur une liste tota­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment contra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dic­­­­­­­­­­­­­­­­­­­toire d’ar­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ticles de presse et de sites inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­net qui tantôt vous aident à « connaître la fiabi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lité des sites d’in­­­­­­­­­­­­­­­­­­­for­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion » (le nouvel outil Déco­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dex mis en place par le jour­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nal Le Monde), tantôt sur des sites (tels que L’ap­­­­­­­­­­­­­­­­­­­prenti survi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­va­­­­­­­­­­­­­­­­­­­liste) qui vous donnent des conseils pour en finir avec la désin­­­­­­­­­­­­­­­­­­­for­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion orches­­­­­­­­­­­­­­­­­­­trée par « les médias mains­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tream qui vous mentent et vous prennent pour un c… ».

Bref, tout et son contraire. Ce n’est plus seule­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment le règne de la confu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion, mais celui de la méfiance totale, qui ont ouvert la voie au déve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lop­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pe­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment de théo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ries du complot qui mettent à mal la crédi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lité des médias et plus large­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment de toutes les insti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions.

Comme l’ex­­­­­­­­­­­­­­­­­­­plique Marie Peltier dans son inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­view, « beau­­­­­­­­­­­­­­­­­­­coup d’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­teurs de la société civile ont endossé le réflexe géné­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lisé de méfiance envers le discours média­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tique et poli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tique. C’est ce qui consti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tue le socle du complo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tisme ».

Or, le complo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tisme ouvre grand la porte au popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lisme d’ex­­­­­­­­­­­­­­­­­­­trême droite. Face au climat délé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tère ambiant, renforcé par une attaque fron­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tale de la part de certains hommes poli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques, (Trump, Fillon pour ne citer que les affaires récentes), de nombreux médias ques­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tionnent leurs pratiques. Ils se mobi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lisent égale­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment pour renouer un contrat de confiance avec les citoyens et les aider à s’y retrou­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ver dans le magma bouillon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nant d’in­­­­­­­­­­­­­­­­­­­for­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions plus farfe­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lues – voire nauséa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bondes – les unes que les autres. Dans cette dérive dange­­­­­­­­­­­­­­­­­­­reuse et fulgu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rante qui semble échap­­­­­­­­­­­­­­­­­­­per à tout le monde, la place de l’édu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion nous ques­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tionne.

A-t-on le temps de se poser pour éduquer nos enfants, pour essayer de comprendre la complexité du monde ? C’est en tout cas une période propice à une réap­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pro­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pria­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion citoyenne des enjeux de société et à une révi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion en profon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­deur des rapports que nous entre­­­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nons avec nos insti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions, dont les médias.

Sommaire

p3 Débat : Une ère “post-vérité” ? Oui, mais…
Comment la “post‐­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rité” s’est‐elle impo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sée dans notre vision du monde au point d’avoir été sacrée “mot de l’an­­­­­­­­­­­­­­­­­­­née” en langue anglaise par le diction­­­­­­­­­­­­­­­­­­­naire britan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nique Oxford ? Et surtout, est‐elle adap­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tée à la situa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion, est‐elle perti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nente ?

p6 Médias : Quand inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­net brouille les cartes de l’in­­­­­­­­­­­­­­­­­­­for­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion
Fake news, intox, rumeurs… circulent sur la toile. Le jour­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lisme doit faire face à un nouvel enjeu crucial : pour la première fois dans l’his­­­­­­­­­­­­­­­­­­­toire, il n’est plus perçu comme le seul gardien de l’in­­­­­­­­­­­­­­­­­­­for­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion. Il doit faire face à une crise de légi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mité, à une méfiance du public vis‐à‐­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vis de sa fonc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion. Mais comment en sommes‐­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nous arri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vés là ?

p10Rumeurs : Le Hoax, un virus qui traverse votre écran
Hoax est un mot anglais qui signi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fie « canu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lar ». Mais sur inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­net, canu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lar n’est pas vrai­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment le terme ad hoc. Si sur le prin­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cipe, un hoax est bien un canu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lar, il convient d’y ajou­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter quelques adjec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tifs : pervers, falla­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cieux, diffa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­toi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­re… Car sous des appa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rences d’in­­­­­­­­­­­­­­­­­­­for­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion, il brouille la carte de l’in­­­­­­­­­­­­­­­­­­­for­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion média­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tique.

p13 Inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­view : Faire front contre l’ima­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­naire du complot
Nos socié­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés sont frac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rées et complexes. Le complo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tisme, ou conspi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nisme, propose des visions unifiées et simpli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fiées du monde. Cet entre­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tien avec Marie Peltier, fait le point sur les origines, les para­­­­­­­­­­­­­­­­­­­doxes, les consé­quences de cet imagi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­naire complo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tiste très large­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment répandu.

p17Educa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion : Un élec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tro­­­­­­­­­­­­­­­­­­­choc salu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taire ?
Que faire face à la tour­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mente qui balaie le monde de l’in­­­­­­­­­­­­­­­­­­­for­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion ? La désin­­­­­­­­­­­­­­­­­­­for­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion et la méfiance géné­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sée envers tous les « pouvoirs », dont celui des médias, font le lit du popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lisme d’ex­­­­­­­­­­­­­­­­­­­trême droite. Une solide remise en ques­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion s’im­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pose à tous niveaux. Le cahier des charges est gigan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tesque..

Prix au n°

Prix au n°  : 2 € (+ frais d’en­­­­­­­­­­­­­­­­­­­voi)



S'abonner

Les champs marqués d’une * sont obligatoires.