Revue

Noir Jaune blues : La société belge dans tous ses états (Contrastes, juin 2018)

UNE CLAQUE DANS LA FIGURE… ET UN COUP DE PIED AU DERRIÈRE !

noir jaune blues - Equipes Populaires

udep.skynet­­­­­­­­­­­­­­­blogs.be

L’enquête Noir Jaune Blues a réalisé une photo des tracas quoti­­­­­­­­­­­­­­­diens des Belges mais aussi de leurs états d’âme, de leurs peurs,de leurs ressorts. Vingt ans après une enquête simi­­­­­­­­­­­­­­­laire réali­­­­­­­­­­­­­­­sée par le même insti­­­­­­­­­­­­­­­tut de sondage, une claque nous arrive en pleine figure. La majo­­­­­­­­­­­­­­­rité des Belges a désor­­­­­­­­­­­­­­­mais peur de l’ave­­­­­­­­­­­­­­­nir et peur des autres, a perdu confiance dans les insti­­­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­­­tions-ciment de la société (à l’ex­­­­­­­­­­­­­­­cep­­­­­­­­­­­­­­­tion des ONG), a perdu ses repères idéo­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­giques et veut un pouvoir fort.

En tant que mouve­­­­­­­­­­­­­­­ment d’édu­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­tion perma­­­­­­­­­­­­­­­nente, ces résul­­­­­­­­­­­­­­­tats nous ont forte­­­­­­­­­­­­­­­ment inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pel­­­­­­­­­­­­­­­lés. Comment en est-on arri­­­­­­­­­­­­­­­vés là, dans notre pays tradi­­­­­ tion­­­­­­­­­­­­­­­nel­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­ment réputé comme terre d’ac­­­­­­­­­­­­­­­cueil, terre de compro­­­­­­­­­­­­­­­mis, terre du bien vivre-ensemble ? Au moment où la RTBF a elle aussi décidé de s’en saisir pour prendre le pouls des habi­­­­­­­­­­­­­­­tants dans les villes et campagnes, les Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­laires ont orga­­­­­­­­­­­­­­­nisé une jour­­­­­­­­­­­­­­­née de rencontre avec les mili­­­­­­­­­­­­­­­tants en mars dernier pour nous confron­­­­­­­­­­­­­­­ter aux ques­­­­­­­­­­­­­­­tions de l’enquête et à l’ana­­­­­­­­­­­­­­­lyse de ses résul­­­­­­­­­­­­­­­tats, en présence de Benoît Scheuer, direc­­­­­­­­­­­­­­­teur de l’ins­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­tut de sondage qui a piloté l’enquête.

Dans ce numéro, nous vous en livrons les prin­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­paux ensei­­­­­­­­­­­­­­­gne­­­­­­­­­­­­­­­ments (page 3) et faisons un focus sur quelques points marquants : la perte de confiance dans les insti­­­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­­­tions et en parti­­­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­­­lier la classe poli­­­­­­­­­­­­­­­tique (page 7), le nouveau clivage autour de la ques­­­­­­­­­­­­­­­tion migra­­­­­­­­­­­­­­­toire (page 13), les raisons d’es­­­­­­­­­­­­­­­pé­­­­­­­­­­­­­­­rer en mettant notam­­­­­­­­­­­­­­­ment le focus sur les réponses des jeunes (page 11), l’évo­­­­­­­­­­­­­­­lu­­­­­­­­­­­­­­­tion des groupes sociaux qui composent la société belge (page 16 ).

Cette enquête permet donc une lecture en trois dimen­­­­­­­­­­­­­­­sions : l’évo­­­­­­­­­­­­­­­lu­­­­­­­­­­­­­­­tion percep­­­­­­­­­­­­­­­tible de ce que les Belges ont dans la tête et dans le cœur, les ques­­­­­­­­­­­­­­­tions qu’elle soulève et la part de respon­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­lité des uns et des autres dans cette évolu­­­­­­­­­­­­­­­tion, et les fenêtres d’es­­­­­­­­­­­­­­­poir qu’il faut ouvrir pour passer du blues au rock’n roll. Alors… on dort ou on danse ?

Prix au numéro :

2€ + frais d’en­­­­­­­­­­­­­­­voi

S'abonner

Les champs marqués d’une * sont obligatoires.