Revue

Pensions : Le casse du siècle (Contrastes Juin 2016)

Main basse sur les pensions

Pensions : Le casse du siècle ( Contrastes Mai 2016)La droite veut faire main basse sur la sécu­­­­­­­rité sociale, et sur les pensions en parti­­­­­­­cu­­­­­­­lier. L’in­­­­­­­ten­­­­­­­tion à peine cachée du gouver­­­­­­­ne­­­­­­­ment ? Offrir au secteur privé le patri­­­­­­­moine collec­­­­­­­tif appar­­­­­­­te­­­­­­­nant aux travailleurs. Car les pensions, c’est ça : un système de soli­­­­­­­da­­­­­­­rité entre les travailleurs d’aujourd’­­­­­­­hui et les retrai­­­­­­­tés d’aujourd’­­­­­­­hui. Un magot qui leur appar­­­­­­­tient et qu’ils décident, entre inter­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­cu­­­­­­­teurs sociaux, de dépen­­­­­­­ser intel­­­­­­­li­­­­­­­gem­­­­­­­ment et soli­­­­­­­dai­­­­­­­re­­­­­­­ment. Seule­­­­­­­ment voilà, la marque de fabrique du gouver­­­­­­­ne­­­­­­­ment néoli­­­­­­­bé­­­­­­­ral qui pour­­­­­­­rait se résu­­­­­­­mer à “moins d’Etat, plus de marché” a trouvé son terrain de jeu dans le secteur des pensions. Dans l’in­­­­­­­té­­­­­­­rêt de quelques-uns (banques et compa­­­­­­­gnies d’as­­­­­­­su­­­­­­­rances surtout), mais au désa­­­­­­­van­­­­­­­tage de la toute grande majo­­­­­­­rité d’entre nous. Et pour être un bon petit soldat de l’Union euro­­­­­­­péenne qui fait pres­­­­­­­sion sur les Etats pour réduire leur défi­­­­­­­cit budgé­­­­­­­taire. Or, la pension légale, quoi qu’en pense la droite, est le dispo­­­­­­­si­­­­­­­tif le plus sûr pour préser­­­­­­­ver au mieux l’éga­­­­­­­lité entre les pension­­­­­­­nés. “Mais les pensions devien­­­­­­­dront impayables”, entend-on dire de plus en plus ! Vrai­­­­­­­ment ? Ici aussi, on voit la patte néoli­­­­­­­bé­­­­­­­rale qui veut miner la confiance dans le système actuel et plus large­­­­­­­ment détri­­­­­­­co­­­­­­­ter le système de sécu­­­­­­­rité sociale. Les chiffres montrent pour­­­­­­­tant que l’aug­­­­­­­men­­­­­­­ta­­­­­­­tion des dépenses de vieillis­­­­­­­se­­­­­­­ment ne serait que de 2,1% entre 2014 et 2060. Il faut désa­­­­­­­mor­­­­­­­cer les peurs et décons­­­­­­­truire certains mythes. Selon Patrick Feltesse, cher­­­­­­­cheur à la FTU et spécia­­­­­­­liste des pensions, « même avec une crois­­­­­­­sance lente, il est possible d’aug­­­­­­­men­­­­­­­ter les recettes allouées à la Sécu dans le PIB. Il faut élar­­­­­­­gir le gâteau du finan­­­­­­­ce­­­­­­­ment et opérer une meilleure répar­­­­­­­ti­­­­­­­tion des parts de ce gâteau, notam­­­­­­­ment grâce à une fisca­­­­­­­lité plus juste. Les pensions sont parfai­­­­­­­te­­­­­­­ment finançables ». La matière est ardue. Aussi, est-il indis­­­­­­­pen­­­­­­­sable de l’ap­­­­­­­pri­­­­­­­voi­­­­­­­ser pour comprendre l’ac­­­­­­­tua­­­­­­­lité et défendre ses droits indi­­­­­­­vi­­­­­­­duels et ceux de la collec­­­­­­­ti­­­­­­­vité. C’est l’objet du premier article, qui présente le système des pensions tel qu’il fonc­­­­­­­tionne aujourd’­­­­­­­hui. Aujourd’­­­­­­­hui… mais peut- être plus demain ! Car le menu préparé par le gouver­­­­­­­ne­­­­­­­ment serait très indi­­­­­­­geste, avec son lot de mesures plus inéga­­­­­­­li­­­­­­­taires et discri­­­­­­­mi­­­­­­­na­­­­­­­toires les unes que les autres (voir article en page 6). “Une succes­­­­­­­sion de mesures qui déna­­­­­­­turent les prin­­­­­­­cipes de sécu­­­­­­­rité sociale”, ajoute Chris­­­­­­­tian Kunsch, président du MOC, dans son inter­­­­­­­­­­­­­view en page 9. Et qui de surcroît risquent de renfor­­­­­­­cer les inéga­­­­­­­li­­­­­­­tés vécues par les travailleurs – et surtout les travailleuses – au cours de leur carrière profes­­­­­­­sion­­­­­­­nelle, comme le montre l’ar­­­­­­­ticle en page 13. L’inquié­­­­­­­tude et la désillu­­­­­­­sion des jeunes est palpable face à un système qui se détri­­­­­­­cote. Et si leur regard et leurs témoi­­­­­­­gnages nous amenait à ouvrir la réflexion sur l’in­­­­­­­dis­­­­­­­so­­­­­­­ciable lien entre l’évo­­­­­­­lu­­­­­­­tion et le sens du travail, et une sécu­­­­­­­rité sociale renou­­­­­­­ve­­­­­­­lée ? Les écou­­­­­­­ter, c’est sans aucun doute, comme Guillaume Lohest l’évoque dans le dernier article, “contri­­­­­­­buer à esquis­­­­­­­ser les contours d’une stra­­­­­­­té­­­­­­­gie de gauche qui ne serait pas seule­­­­­­­ment défen­­­­­­­sive. Sur les pensions, comme sur tout le reste”.

Pensions : Le casse du siècle (Contrastes Mai 2016)

SOMMAIRE

p3 – COMPRENDRE : Les pensions pour les nuls

L’ave­­­­­­­nir des pensions occupe régu­­­­­­­liè­­­­­­­re­­­­­­­ment le devant de l’ac­­­­­­­tua­­­­­­­lité. Pour comprendre l’inquié­­­­­­­tude des syndi­­­­­­­cats et des mouve­­­­­­­ments sociaux, il est néces­­­­­­­saire de connaitre le fonc­­­­­­­tion­­­­­­­ne­­­­­­­ment actuel du système des pensions.

p6 – NOUVELLES MESURES : Un menu très indi­­­­­­­geste

Il ne se passe pas un mois sans qu’on parle de nouvelles mesures en matière de pension. L’ar­­­­­­­gu­­­­­­­ment massue : il faut assu­­­­­­­rer le finan­­­­­­­ce­­­­­­­ment des pensions. Mais est-ce vrai­­­­­­­ment le seul ? Pour le savoir, parcou­­­­­­­rons ensemble le menu et voyons la compo­­­­­­­si­­­­­­­tion des plats…

p9 -INTERVIEW : Le gouver­­­­­­­ne­­­­­­­ment biaise le débat

Le MOC porte un diagnos­­­­­­­tic sévère sur la succes­­­­­­­sion de mesures prises par le gouver­­­­­­­ne­­­­­­­ment en matière de pension. Rencontre avec Chris­­­­­­­tian Kunsch, président du MOC, qui a décidé de faire de cette ques­­­­­­­tion son cheval de bataille.

p13 – INÉGALITÉS : Les pensions, miroir des inéga­­­­­­­li­­­­­­­tés

Les inéga­­­­­­­li­­­­­­­tés entre les pension­­­­­­­nés sont multiples. Et parti­­­­­­­cu­­­­­­­liè­­­­­­­re­­­­­­­ment en ce qui concerne l’écart entre les hommes et les femmes. Réduire ces inéga­­­­­­­li­­­­­­­tés devrait donc être une prio­­­­­­­rité. Quelles en sont les causes ?

p16 – JEUNES ET PENSIONS : La grande rupture ?

Inter­­­­­­­ro­­­­­­­gez les jeunes sur leur pension, ils vous parle­­­­­­­ront du travail qui manque et qui évolue, de leurs désillu­­­­­­­sions et de l’époque qui bascule ? Invi­­­­­­­ta­­­­­­­tion à un regard plus systé­­­­­­­mique, un rien dérou­­­­­­­tant. Témoi­­­­­­­gnages et hypo­­­­­­­thèses.

Prix au n° 

Prix au n°  : 2 € (+ frais d’en­­­­­­­voi)
Pour s’abon­­­­­­­ner (Contrastes + La Four­­­­­­­mi­­­­­­­lière)



S'abonner

Les champs marqués d’une * sont obligatoires.