Revue

Remettre les pendules à l’heure de la réduc­tion du temps de travail ( Contrastes décembre 2016 )

Les Equipes Pöpulaires - Contrastes Réduction collective temps de travailUn chan­­­­­­­­­­­­­tier pharao­­­­­­­­­­­­­nique ?

Comme la sécu­­­­­­­­­­­­­rité sociale, la réduc­­­­­­­­­­­­­tion du temps de travail serait-elle un luxe du siècle passé ?

Effec­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­ment, la conquête du temps par la classe ouvrière qui travaillait plus de 60h/semaine a commencé au début du siècle passé. Mais cette conquête s’ins­­­­­­­­­­­­­crit dans un temps long et s’est pour­­­­­­­­­­­­­sui­­­­­­­­­­­­­vie en parti­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­lier dans les années ´50 grâce à une forte hausse de la produc­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­vité. Cela paraît logique.

Sauf qu’aujourd’­­­­­­­­­­­­­hui, à l’heure où l’on connaît égale­­­­­­­­­­­­­ment une hausse de la produc­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­vité grâce au déve­­­­­­­­­­­­­lop­­­­­­­­­­­­­pe­­­­­­­­­­­­­ment des nouvelles tech­­­­­­­­­­­­­no­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­gies ainsi qu’un taux de chômage très élevé, la réduc­­­­­­­­­­­­­tion collec­­­­­­­­­­­­­tive du temps de travail est perçue par les milieux patro­­­­­­­­­­­­­naux comme une héré­­­­­­­­­­­­­sie. En réalité, c’est le mot “collec­­­­­­­­­­­­­tif” qui les dérange profon­­­­­­­­­­­­­dé­­­­­­­­­­­­­ment.

Car la réduc­­­­­­­­­­­­­tion du temps de travail, elle se fait déjà… mais à leur sauce : temps partiel, flexi­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­lité sous toutes ses formes, chô- mage élevé…

La réduc­­­­­­­­­­­­­tion du temps de travail négo­­­­­­­­­­­­­ciée collec­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­ment est passée à l’ar­­­­­­­­­­­­­rière-plan, au profit de formules indi­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­dua­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­sées et négo­­­­­­­­­­­­­ciées secto­­­­­­­­­­­­­riel­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­ment.

Les poli­­­­­­­­­­­­­tiques glori­­­­­­­­­­­­­fient le travail comme une vertu en soi ; on se souvient du slogan martelé par Sarkozy « Travailler plus pour gagner plus ». L’idée que la RCTT est inap­­­­­­­­­­­­­pli­­­­­­­­­­­­­cable et impayable en temps de crise percole égale­­­­­­­­­­­­­ment dans l’opi­­­­­­­­­­­­­nion publique et prend la forme de formules stig­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­santes telles que “le monde appar­­­­­­­­­­­­­tient à ceux qui se lèvent tôt”.

Or, l’évo­­­­­­­­­­­­­lu­­­­­­­­­­­­­tion du marché du travail montre que la ques­­­­­­­­­­­­­tion n’est plus “Faut-il ou non réduire le temps de travail”, mais “Comment le réduire” ?

De façon inéga­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­taire et en déré­­­­­­­­­­­­­gu­­­­­­­­­­­­­lant le marché du travail, c’est-à-dire en permet­­­­­­­­­­­­­tant les heures supplé­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­taires, négo­­­­­­­­­­­­­ciées (ou impo­­­­­­­­­­­­­sées) au sein de chaque entre­­­­­­­­­­­­­prise, en géné­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­sant la flexi­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­lité (la loi Peeters) dans le seul inté­­­­­­­­­­­­­rêt de l’em­­­­­­­­­­­­­ployeur ?

Ou de manière collec­­­­­­­­­­­­­tive dans le but de “retrou­­­­­­­­­­­­­ver le cap du progrès social”, comme le suggère Marie-Hélène Ska dans son inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­view ? Les syndi­­­­­­­­­­­­­cats, les partis poli­­­­­­­­­­­­­tiques de gauche et le monde asso­­­­­­­­­­­­­cia­­­­­­­­­­­­­tif font le choix de la deuxième option, et la plupart d’entre eux remettent cette reven­­­­­­­­­­­­­di­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­tion dans leurs prio­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­tés.

Il y a une forte conver­­­­­­­­­­­­­gence pour affir­­­­­­­­­­­­­mer :

• Qu’elle est indis­­­­­­­­­­­­­pen­­­­­­­­­­­­­sable pour lutter contre le chômage, redon­­­­­­­­­­­­­ner un sens au travail, parta­­­­­­­­­­­­­ger les gains de produc­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­vité de plus en plus inéga­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­ment répar­­­­­­­­­­­­­tis ;

• Qu’elle est appli­­­­­­­­­­­­­cable au sein des entre­­­­­­­­­­­­­prises si une marge de manœuvre est lais­­­­­­­­­­­­­sée aux secteurs d’ac­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­tés de choi­­­­­­­­­­­­­sir les formules qui leur conviennent le mieux. Bien que critiqué, l’exemple des 35h en France le prouve ;

• Qu’elle est un outil créa­­­­­­­­­­­­­tif pour répondre aux évolu­­­­­­­­­­­­­tions des métiers et de l’em­­­­­­­­­­­­­ploi ;

• Et qu’elle est payable en combi­­­­­­­­­­­­­nant plusieurs sources de finan­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­ment (les entre­­­­­­­­­­­­­prises, l’Etat, et dans une moindre mesure les travailleurs et les consom­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­teurs).

A l’heure du néoli­­­­­­­­­­­­­bé­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­lisme triom­­­­­­­­­­­­­phant, ce chan­­­­­­­­­­­­­tier peut sembler pharao­­­­­­­­­­­­­nique. Mais les Egyp­­­­­­­­­­­­­tiens ont réussi à construire les pyra­­­­­­­­­­­­­mides. Nous, “il nous suffit de” convaincre le poli­­­­­­­­­­­­­tique de suivre simple­­­­­­­­­­­­­ment la voie du bon sens…

Sommaire

p3 Histoire : Maîtri­­­­­­­­­­­­­ser le temps, parta­­­­­­­­­­­­­ger le travail
Réduire collec­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­ment le temps de travail, c’est toute une histoire ! Celle d’un Mouve­­­­­­­­­­­­­ment ouvrier en lutte pour conqué­­­­­­­­­­­­­rir du temps libre et faire bais­­­­­­­­­­­­­ser le chômage. Elle n’est pas ache­­­­­­­­­­­­­vée. En face, un adver­­­­­­­­­­­­­saire patro­­­­­­­­­­­­­nal qui n’as­­­­­­­­­­­­­pire qu’à la flexi­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­lité, un autre nom pour l’ex­­­­­­­­­­­­­ploi­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­tion.

p6 Débat idéo­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­gique : Les 5 verrous anti-RCTT
Jusqu’à très récem­­­­­­­­­­­­­ment, on aurait pu croire que la réduc­­­­­­­­­­­­­tion collec­­­­­­­­­­­­­tive du temps de travail (RCTT) était un hori­­­­­­­­­­­­­zon poli­­­­­­­­­­­­­tique défi­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­ment clos. Aujourd’­­­­­­­­­­­­­hui, ouf, le débat est rouvert. Mais l’ar­­­­­­­­­­­­­gu­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­taire anti-RCTT se porte plutôt bien. Voya­­­­­­­­­­­­­geons parmi quelques argu­­­­­­­­­­­­­ments souvent mis en avant.

p10Inter­­­­­­­­­­­­­view : Retrou­­­­­­­­­­­­­ver le cap du progrès social
Après avoir mis la RCTT en mode “pause” pendant de longues années, les orga­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­tions syndi­­­­­­­­­­­­­cales lui redonnent une place centrale. Pour Marie-Hélène Ska, au-delà d’une réflexion sur les formules d’amé­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­­­­­ment ou les pistes de finan­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­ment, c’est la notion de progrès social qu’il faut remettre en chan­­­­­­­­­­­­­tier.

p13 France : Ils l’ont fait !
Le marché du travail connaît aujourd’­­­­­­­­­­­­­hui de grands boule­­­­­­­­­­­­­ver­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­ments. La RCTT peut être vue comme une oppor­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­nité pour le réfor­­­­­­­­­­­­­mer en profon­­­­­­­­­­­­­deur. Mais une telle option est-elle possible sur le plan de l’or­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­tion du travail ? Nos voisins français l’ont déjà expé­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­tée.

P17Finan­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­ment Impayable, la RCTT ?

La RCTT serait impayable, selon ses plus ardents oppo­­­­­­­­­­­­­sants. Et elle ruine­­­­­­­­­­­­­rait à tout jamais la compé­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­vité de nos entre­­­­­­­­­­­­­prises. Mais a-t-on encore vrai­­­­­­­­­­­­­ment le choix ? La ques­­­­­­­­­­­­­tion ne doit donc pas être Oui ou Non, mais Comment ? Des pistes de finan­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­ment sérieuses sont sur la table.

Prix au n° 

Prix au n°  : 2 € (+ frais d’en­­­­­­­­­­­­­voi)
Pour s’abon­­­­­­­­­­­­­ner (Contrastes + La Four­­­­­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­­­­­lière)



S'abonner

Les champs marqués d’une * sont obligatoires.