Revue

Statut de coha­bi­tant : Inégal et obso­lète (Contrastes, août 2019)

Il est grand temps de se mettre à table ! 

© Equipes Popu­­­­­­­­­laires

L’in­­­­­­­­­­­­­­­­­di­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­dua­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des droits sociaux est au coeur des reven­­­­­­­­­­­­­­­­­di­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­tions du milieu asso­­­­­­­­­­­­­­­­­cia­­­­­­­­­­­­­­­­­tif et syndi­­­­­­­­­­­­­­­­­cal depuis plus de 30 ans. Portée initia­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­ment par les mouve­­­­­­­­­­­­­­­­­ments fémi­­­­­­­­­­­­­­­­­nistes qui luttent contre le modèle fami­­­­­­­­­­­­­­­­­lia­­­­­­­­­­­­­­­­­liste discri­­­­­­­­­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­­­­­­­­­nant à l’égard des femmes, cette reven­­­­­­­­­­­­­­­­­di­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­tion s’est ampli­­­­­­­­­­­­­­­­­fiée dès les années 80 avec l’ins­­­­­­­­­­­­­­­­­tau­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­tion du statut de coha­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­tant en matière de chômage.

Les Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­­­laires ont consa­­­­­­­­­­­­­­­­­cré un colloque en octobre 2018 à la compo­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­tion de ménage et à ses impli­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­tions en termes d’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­cès aux droits, ainsi qu’à son impact en matière de loge­­­­­­­­­­­­­­­­­ment. Les articles qui suivent resti­­­­­­­­­­­­­­­­­tuent les prin­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­paux enjeux de cette ques­­­­­­­­­­­­­­­­­tion. Car si le manque de volonté poli­­­­­­­­­­­­­­­­­tique est pour beau­­­­­­­­­­­­­­­­­coup dans l’im­­­­­­­­­­­­­­­­­mo­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­lisme par rapport à l’abo­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­tion du statut de coha­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­tant, force est de consta­­­­­­­­­­­­­­­­­ter qu’au delà des prin­­­­­­­­­­­­­­­­­cipes géné­­­­­­­­­­­­­­­­­raux, la ques­­­­­­­­­­­­­­­­­tion est complexe et il est bien diffi­­­­­­­­­­­­­­­­­cile de se mettre d’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­cord sur la manière la plus juste possible d’en­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­mer le détri­­­­­­­­­­­­­­­­­co­­­­­­­­­­­­­­­­­tage de ce statut qui gangrène tous les méca­­­­­­­­­­­­­­­­­nismes de sécu­­­­­­­­­­­­­­­­­rité sociale et d’aide sociale.

Le prin­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­pal noeud concerne le champ d’ap­­­­­­­­­­­­­­­­­pli­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­tion du statut de coha­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­tant. Ce dernier concerne aujourd’­­­­­­­­­­­­­­­­­hui tous les types d’al­­­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­tions sociales : chômage, indem­­­­­­­­­­­­­­­­­nité mala­­­­­­­­­­­­­­­­­die, revenu d’in­­­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­­­gra­­­­­­­­­­­­­­­­­tion sociale (RIS)… Si tous les acteurs asso­­­­­­­­­­­­­­­­­cia­­­­­­­­­­­­­­­­­tifs reven­­­­­­­­­­­­­­­­­diquent la suppres­­­­­­­­­­­­­­­­­sion du statut de coha­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­tant dans le système assu­­­­­­­­­­­­­­­­­ran­­­­­­­­­­­­­­­­­tiel (la sécu­­­­­­­­­­­­­­­­­rité sociale), peu d’as­­­­­­­­­­­­­­­­­so­­­­­­­­­­­­­­­­­cia­­­­­­­­­­­­­­­­­tions vont jusqu’à la reven­­­­­­­­­­­­­­­­­diquer dans le système de l’aide sociale octroyée par les CPAS. Les raisons de ce posi­­­­­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­ment peuvent être stra­­­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­­­giques, prag­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques ou poli­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques (voir article page 17). Pour Philippe Defeyt, une indi­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­dua­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­tion géné­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­sée à tous les domaines doit néces­­­­­­­­­­­­­­­­­sai­­­­­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­­­­­ment s’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­com­­­­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­­­­gner de l’ins­­­­­­­­­­­­­­­­­tau­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­tion d’un revenu de base pour tous (voir article page 14). Il faudrait en tout cas éviter que la logique d’in­­­­­­­­­­­­­­­­­di­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­dua­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des droits soit conta­­­­­­­­­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­­­­­­­­­née par la logique néoli­­­­­­­­­­­­­­­­­bé­­­­­­­­­­­­­­­­­rale d’in­­­­­­­­­­­­­­­­­di­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­dua­­­­­­­­­­­­­­­­­lisme dans laquelle la soli­­­­­­­­­­­­­­­­­da­­­­­­­­­­­­­­­­­rité, ciment de la sécu­­­­­­­­­­­­­­­­­rité sociale, serait tota­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­ment oubliée. Et que l’ob­­­­­­­­­­­­­­­­­ses­­­­­­­­­­­­­­­­­sion de l’aus­­­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­­­rité n’amène un nivel­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­ment du montant des allo­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­tions vers le bas.

Un tout petit pas a été fait en faveur des personnes qui partagent le même loge­­­­­­­­­­­­­­­­­ment sans consti­­­­­­­­­­­­­­­­­tuer pour autant un ménage ; elles peuvent dans certains cas ne plus être consi­­­­­­­­­­­­­­­­­dé­­­­­­­­­­­­­­­­­rées comme coha­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­tantes (voir article page 8). D’autres outils existent égale­­­­­­­­­­­­­­­­­ment dans la régle­­­­­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­tion commu­­­­­­­­­­­­­­­­­nale pour ne pas péna­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­ser des personnes qui vivent sous le même toit, mais ils sont sous-utili­­­­­­­­­­­­­­­­­sés (voir article page 6). Une tran­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­tion progres­­­­­­­­­­­­­­­­­sive et réflé­­­­­­­­­­­­­­­­­chie vers l’in­­­­­­­­­­­­­­­­­di­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­dua­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des droits s’im­­­­­­­­­­­­­­­­­pose de plus en plus face à la préca­­­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­tion crois­­­­­­­­­­­­­­­­­sante de personnes contraintes de vivre d’al­­­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­tions sociales. Comme le souligne Chris­­­­­­­­­­­­­­­­­tine Mahy dans son inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­view en page 11, « le statut de coha­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­tant appau­­­­­­­­­­­­­­­­­vrit les gens, brise les soli­­­­­­­­­­­­­­­­­da­­­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­­­tés intra­­­­­­­­­­­­­­­­­fa­­­­­­­­­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­­­­­­­­­liales et amicales et amène les personnes à déve­­­­­­­­­­­­­­­­­lop­­­­­­­­­­­­­­­­­per des pratiques de survie la boule au ventre à cause de la déla­­­­­­­­­­­­­­­­­tion orga­­­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­­­sée par l’Etat. » Elle termine son inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­view par un appel urgent à mettre autour de la table des experts et des témoins du vécu pour jeter une fois pour toutes un sort au statut de coha­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­tant. Nous y adhé­­­­­­­­­­­­­­­­­rons, bien évidem­­­­­­­­­­­­­­­­­ment…

Sommaire

p3 – Compo­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­tion de ménage.
Un modèle inadapté

La compo­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­tion de ménage est un docu­­­­­­­­­­­­­ment incon­­­­­­­­­­­­­tour­­­­­­­­­­­­­nable pour ouvrir des droits.
Mais l’exi­­­­­­­­­­­­­gence de ce certi­­­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­­­cat pose ques­­­­­­­­­­­­­tion tant il appa­­­­­­­­­­­­­raît de plus en plus mal adapté aux modes de vie des indi­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­dus et des familles d’aujourd’­­­­­­­­­­­­­hui et notam­­­­­­­­­­­­­ment dans les manières d’ha­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­ter. Au risque de renfor­­­­­­­­­­­­­cer des formes de discri­­­­­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­tion et de préca­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­tion.

p6 – Légis­­­­­­­­­la­­­­­­­­­tion.
Ne pas confondre domi­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­lia­­­­­­­­­tion et coha­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­tion

La reven­­­­­­­­­di­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­tion de suppres­­­­­­­­­sion du statut coha­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­tant est une prio­­­­­­­­­rité pour la plupart des asso­­­­­­­­­cia­­­­­­­­­tions progres­­­­­­­­­sistes depuis de nombreuses années. Elle n’est cepen­­­­­­­­­dant pas simple à mettre en appli­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­tion si l’on veut éviter un nivel­­­­­­­­­le­­­­­­­­­ment par le bas du montant des allo­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­tions sociales et une suppres­­­­­­­­­sion des droits exis­­­­­­­­­tants pour certaines caté­­­­­­­­­go­­­­­­­­­ries de personnes.
Cepen­­­­­­­­­dant, dans cette attente, une simple appli­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­tion correcte de la régle­­­­­­­­­men­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­tion et de la juris­­­­­­­­­pru­­­­­­­­­dence sauve­­­­­­­­­rait déjà beau­­­­­­­­­coup de personnes et de ménages d’une préca­­­­­­­­­rité accrue…

p8 – Bail de colo­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­tion.
Une timide avan­­­­­­­­­cée en faveur des loca­­­­­­­­­taires

Dans le contexte du trans­­­­­­­­­fert des règles rela­­­­­­­­­tives au bail vers les Régions, il a notam­­­­­­­­­ment été débattu de la créa­­­­­­­­­tion d’un régime de bail spéci­­­­­­­­­fique pour la colo­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­tion. Il s’agis­­­­­­­­­sait de lui donner une assise juri­­­­­­­­­dique de sorte qu’elle aide­­­­­­­­­rait les colo­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­taires dans la défense de leurs droits.

p11 – Inter­­­­­­­­­view.
Un système indigne d’un état de droit

Chris­­­­­­­­­tine Mahy, secré­­­­­­­­­taire géné­­­­­­­­­rale du Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté, est bien placée pour savoir à quel point le statut de coha­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­tant est un dispo­­­­­­­­­si­­­­­­­­­tif absurde qui provoque un gâchis humain, une violence sociale et des injus­­­­­­­­­tices profondes. Depuis le temps que l’on en parle, le RWLP s’im­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­tiente de voir ce dispo­­­­­­­­­si­­­­­­­­­tif mis à la poubelle une fois pour toutes…

p 14 – Indi­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­dua­­­­­­­­­li­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­tion
« Chan­­­­­­­­­ger d’ap­­­­­­­­­proche et l’étendre vrai­­­­­­­­­ment à tous »

Philippe Defeyt a la convic­­­­­­­­­tion qu’une véri­­­­­­­­­table indi­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­dua­­­­­­­­­li­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­tion des droits pour toutes et tous est possible. Pour y parve­­­­­­­­­nir, il propose une feuille de route impliquant un chan­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­ment de discours, une clari­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­tion de l’éten­­­­­­­­­due du modèle (pour tous !) et le courage de revoir les modes de calcul.

p17 – Pers­­­­­­­­­pec­­­­­­­­­tives.
Suppres­­­­­­­­­sion du statut de coha­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­tant : Alors on bouge ?!

La suppres­­­­­­­­­sion du statut de coha­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­tant s’ins­­­­­­­­­crit dans un objec­­­­­­­­­tif plus vaste, celui de l’in­­­­­­­­­di­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­dua­­­­­­­­­li­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­tion des droits. Cette reven­­­­­­­­­di­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­tion est portée de longue date par les asso­­­­­­­­­cia­­­­­­­­­tions fémi­­­­­­­­­nistes qui luttent contre le modèle fami­­­­­­­­­lia­­­­­­­­­liste en matière de droits sociaux. Elles ont été progres­­­­­­­­­si­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­ment rejointes par le monde asso­­­­­­­­­cia­­­­­­­­­tif et syndi­­­­­­­­­cal. Sur le prin­­­­­­­­­cipe donc, tout le monde est d’ac­­­­­­­­­cord, y compris les partis poli­­­­­­­­­tiques fran­­­­­­­­­co­­­­­­­­­phones de gauche et même du centre. De là à s’ac­­­­­­­­­cor­­­­­­­­­der sur les moda­­­­­­­­­li­­­­­­­­­tés de sa mise en appli­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­tion, le chemin est encore long…

Prix au n° : 2€ + frais d’en­­­­­­­voi

Commander cette publication

Les champs marqués d’une * sont obligatoires.