Revue

Traité trans­at­lan­tique : Un pacte dévas­ta­teur ( Contrastes Août 2014)

Le TTIP, un Traité ? Non : un marché !

Traité transatlantique : Un pacte dévastateur (Juillet 2014)Ah les jolis mots qui fleu­­­­­rissent, en français, en anglais ; en entier ou en sigles ! Les sigles, c’est plus obscur évidem­­­­­ment, mais ça titille l’ima­­­­­gi­­­­­na­­­­­tion. Non ?

TTIP, TPCI, TAFTA, GMT AMT… cela ne vous fait pas rêver ? Bon, d’ac­­­­­cord. Mais « Traité »… ça c’est un joli mot, tout de même ! Cela fait penser à « Traité de paix », colombe blan­­­­­che… On s’ima­­­­­gine des repré­­­­­sen­­­­­tants du peuple animés des meilleures inten­­­­­tions concluant un accord poli­­­­­tique fondé sur des insti­­­­­tu­­­­­tions qui aide­­­­­ront à préser­­­­­ver la paix et assu­­­­­rer la pros­­­­­pé­­­­­rité des citoyens.

On pressent la foule silen­­­­­cieuse, atten­­­­­dant avec un frémis­­­­­se­­­­­ment que les portes d’un parle­­­­­ment s’ouvrent et qu’un porte-parole vienne au balcon procla­­­­­mer que « ça y est, le Traité est signé »…

Un Traité trans­at­­­­­lan­­­­­tique, qui plus est ! La paix mondiale, quoi ! Non ? Vous ne croyez pas à cette image d’Epi­­­­­nal ? Eh bien, vous avez mille fois raison. De nos jours, il faut se méfier des mots.

Le Traité dont il est ques­­­­­tion dans ce numéro de Contrastes n’a pas beau­­­­­coup de points communs avec un Traité de paix. Il a par contre beau­­­­­coup à voir avec la guerre commer­­­­­ciale que livrent depuis des décen­­­­­nies les multi­­­­­na­­­­­tio­­­­­nales pour venir à bout des règle­­­­­men­­­­­ta­­­­­tions qui gênent leur compé­­­­­ti­­­­­ti­­­­­vité et pour s’em­­­­­pa­­­­­rer des services publics, la mine d’or qu’elles rêvent de s’ap­­­­­pro­­­­­prier.

Le TTIP ne ressemble pas beau­­­­­coup à la blanche colombe qui symbo­­­­­lise la paix. Il a plutôt les contours d’une arme de destruc­­­­­tion massive, y compris pour les insti­­­­­tu­­­­­tions démo­­­­­cra­­­­­tiques qui, toutes fragiles et perfec­­­­­tibles qu’elles soient, assurent des moda­­­­­li­­­­­tés de parti­­­­­ci­­­­­pa­­­­­tion citoyenne à la prise de déci­­­­­sion.

Le TTIP n’est pas tant un projet de traité qu’un accord de marché qui se négo­­­­­cie entre l’Eu­­­­­rope et les Etats-Unis. Un grand marché trans­at­­­­­lan­­­­­tique dont les condi­­­­­tions d’avè­­­­­ne­­­­­ment menacent de multiples domaines de la vie quoti­­­­­dienne. C’est pourquoi ses promo­­­­­teurs ont voulu ces négo­­­­­cia­­­­­tions aussi secrètes que possible.

Heureu­­­­­se­­­­­ment, la vigi­­­­­lance de la société civile n’est pas qu’un vain mot. Aujourd’­­­­­hui, ce projet d’ac­­­­­cord fait l’objet de toutes les atten­­­­­tions et mobi­­­­­lise une partie de plus en plus grande de la popu­­­­­la­­­­­tion.

Sur quoi porte cet accord ? Quels sont les risques et dans quels domaines ? Quels sont les dispo­­­­­si­­­­­tifs en négo­­­­­cia­­­­­tion qui font de ce projet une réelle menace pour l’em­­­­­ploi, pour la santé publique, pour la qualité de la vie et de l’en­­­­­vi­­­­­ron­­­­­ne­­­­­ment, et même pour la démo­­­­­cra­­­­­tie ? Et comment la résis­­­­­tance s’or­­­­­ga­­­­­nise-t-elle chez nous et ailleurs pour empê­­­­­cher la réali­­­­­sa­­­­­tion de ces menaces ?

C’est à ces ques­­­­­tions que les articles qui suivent veulent répondre. Car il est impor­­­­­tant de comprendre pour se situer et pour agir. Parfois, nos élus devraient se remé­­­­­mo­­­­­rer cette maxime un peu ponti­­­­­fiante et pour­­­­­tant si vraie, avant de pous­­­­­ser sur le bouton vert.

Et d’ores et déjà, rete­­­­­nez cette date : le 12 octobre 2014. L’Al­­­­­liance D19–20 vous y fixe rendez-vous. Jamais entendu ce nom ? Vous la décou­­­­­vri­­­­­rez en lisant l’in­­­­­ter­­­­­view de notre invité : Felipe Van Keirs­­­­­bilk.

Au moins, son nom à elle dit bien ce que c’est : faire alliance avec tous les travailleurs concer­­­­­nés dans tous les secteurs. C’est ce qui compte main­­­­­te­­­­­nant !

Sommaire

p 3 LE NOUVEL AVATAR DE L’EXPANSION CAPITALISTE
Par Myriam Djegham
Depuis juin 2013, la Commis­­­­­sion euro­­­­­péenne négo­­­­­cie avec les repré­­­­­sen­­­­­tants améri­­­­­cains les condi­­­­­tions d’un accord de libre-échange. Ils espèrent aller vite et conclure en 2015, avant l’élec­­­­­tion du prochain président des Etats-Unis. Si cet accord abou­­­­­tit, il consti­­­­­tuera la plus grande zone de libre-échange commer­­­­­cial à ce jour, soit 45,5 % du PIB mondial.

p 5 UN MOT D’ORDRE : L’OPACITE
Par Nico­­­­­las Vanden­­­­­he­­­­­mel
« Pour vivre heureux, vivons cachés », dit le dicton. et, selon toute vrai­­­­­sem­­­­­blance, celles et ceux qui négo­­­­­cient pour l’union euro­­­­­péenne et les états-unis pour abou­­­­­tir à un grand marché trans­at­­­­­lan­­­­­tique l’ont bien compris. mais en réalité, la pratique n’a rien de neuf.

p 8 QUAND LE DROIT DU TRAVAIL DEVIENT UN “OBSTACLE INUTILE AU COMMERCE”
Par Nico­­­­­las Vanden­­­­­he­­­­­mel
La chan­­­­­son libé­­­­­rale nous vante depuis long­­­­­temps la dyna­­­­­mique vertueuse du libre-échange. Son refrain : plus on exporte, plus on s’en­­­­­ri­­­­­chit, plus on crée de l’em­­­­­ploi. Le grand marché trans­at­­­­­lan­­­­­tique serait donc une voie de progrès social ? Posons la ques­­­­­tion autre­­­­­ment : où voit-on que la concur­­­­­rence effré­­­­­née entre pays crée plus d’em­­­­­plois qu’elle n’en détruit ?

p 11 LE BRAS ARMÉ DES MULTINATIONALES
Par Myriam Djegham
Agroa­­­­­li­­­­­men­­­­­taire, éner­­­­­gie, mutuelles, ensei­­­­­gne­­­­­ment, vie privée, cultu­­­­­re… il serait plus facile de nommer ce à quoi le projet de grand marché trans­at­­­­­lan­­­­­tique ne s’at­­­­­taquera pas. L’enjeu est bien de faire adop­­­­­ter une arme de destruc­­­­­tion massive des régle­­­­­men­­­­­ta­­­­­tions qui empêchent les entre­­­­­prises de conqué­­­­­rir de nouveaux marchés et de s’y assu­­­­­rer de juteux profits. Focus sur l’agroa­­­­­li­­­­­men­­­­­taire, l’en­­­­­vi­­­­­ron­­­­­ne­­­­­ment et les services publics.

p 14 INTERVIEW| FELIPE VAN KEIRSBILCK : LE POT DE TERRE PEUT VAINCRE LE POT DE FER
Par Paul Blanjean et Monique Van Dieren
Aux barri­­­­­cades avec l’Al­­­­­liance D19–20 pour empê­­­­­cher la signa­­­­­ture du Traité Tran­­­­­sat­­­­­lan­­­­­tique, Felipe Van Keirs­­­­­bilck, secré­­­­­taire géné­­­­­ral de la CNE, en est persuadé : la mobi­­­­­li­­­­­sa­­­­­tion actuelle peut faire capo­­­­­ter ce désastre pour l’em­­­­­ploi, la protec­­­­­tion sociale, l’en­­­­­vi­­­­­ron­­­­­ne­­­­­ment, la démo­­­­­cra­­­­­tie. Regard lucide et sans conces­­­­­sion sur ce qui se trame en coulisses. Et tour d’ho­­­­­ri­­­­­zon de la résis­­­­­tance qui s’or­­­­­ga­­­­­nise.

p 19 LE TTIP NE DOIT PAS PASSER !
Par Chris­­­­­tine Stein­­­­­bach
Le grand marché trans­at­­­­­lan­­­­­tique n’est rien d’autre qu’un moyen pour consa­­­­­crer le libre échange et détri­­­­­co­­­­­ter une longue liste de régle­­­­­men­­­­­ta­­­­­tions mises en place pour faire recu­­­­­ler la loi de la jungle. Sur le plan démo­­­­­cra­­­­­tique, il tend à consa­­­­­crer la toute-puis­­­­­sance des diri­­­­­geants écono­­­­­miques au détri­­­­­ment des repré­­­­­sen­­­­­tants du peuple.

Prix au n°

Prix au n°  : 2 €
Pour s’abon­­­­­ner (Contrastes + La Four­­­­­mi­­­­­lière)



S'abonner

Les champs marqués d’une * sont obligatoires.