Revues

DIGITALISATION : LA NOUVELLE FRACTURE SOCIALE ( Contrastes novembre – décembre 2021)

Les droits sociaux en danger

La revue est télé­­­­­char­­­­­geable gratui­­­­­te­­­­­ment en bas de page

A des degrés divers, nous rencon­­­­­­­­­trons quoti­­­­­­­­­dien­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­ment des diffi­­­­­­­­­cul­­­­­­­­­tés dans nos démarches/tâches quoti­­­­­­­­­diennes. En cause, la digi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­li­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­tion galo­­­­­­­­­pante de tous les secteurs de la vie en société : à l’école, au travail, dans nos achats, dans nos contacts inter­­­­­­­­­­­­­­­­­per­­­­­­­­­son­­­­­­­­­nels, dans nos rapports aux admi­­­­­­­­­nis­­­­­­­­­tra­­­­­­­­­tions publiques.

La pandé­­­­­­­­­mie a donné un coup d’ac­­­­­­­­­cé­­­­­­­­­lé­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­teur à la digi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­li­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­tion, mais elle a dans le même temps contri­­­­­­­­­bué à creu­­­­­­­­­ser le fossé entre les personnes qui possèdent des compé­­­­­­­­­tences numé­­­­­­­­­riques et celles qui, même si elles possèdent une connexion inter­­­­­­­­­­­­­­­­­net, ont des diffi­­­­­­­­­cul­­­­­­­­­tés à effec­­­­­­­­­tuer des démarches admi­­­­­­­­­nis­­­­­­­­­tra­­­­­­­­­tives essen­­­­­­­­­tielles pour main­­­­­­­­­te­­­­­­­­­nir ou accé­­­­­­­­­der à leurs droits sociaux (chômage, CPAS, mutuelle, services commu­­­­­­­­­naux, etc.). Les frac­­­­­­­­­tures sont multiples ; frac­­­­­­­­­tures d’ac­­­­­­­­­cès, d’usage, de compé­­­­­­­­­tences.

L’étude réali­­­­­­­­­sée par Patri­­­­­­­­­cia Vendra­­­­­­­­­min et Périne Brot­­­­­­­­­corne1 montre que les fragi­­­­­­­­­li­­­­­­­­­tés numé­­­­­­­­­riques sont liées de près à la situa­­­­­­­­­tion sociale et écono­­­­­­­­­mique des citoyens. « Les personnes sans accès ou dispo­­­­­­­­­sant de mauvaises condi­­­­­­­­­tions d’ac­­­­­­­­­cès aux tech­­­­­­­­­no­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­gies numé­­­­­­­­­riques (qualité de l’équi­­­­­­­­­pe­­­­­­­­­ment infor­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­tique et/ ou de la connexion inter­­­­­­­­­­­­­­­­­net, par exemple) ainsi que celles moins auto­­­­­­­­­nomes sur le plan de leur utili­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­tion sont géné­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­le­­­­­­­­­ment plus pauvres, plus âgées, moins diplô­­­­­­­­­mées, moins souvent actives profes­­­­­­­­­sion­­­­­­­­­nel­­­­­­­­­le­­­­­­­­­ment, et/ou plus isolées que les
autres. »

Le danger de cette accé­­­­­­­­­lé­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­tion galo­­­­­­­­­pante, c’est que les services autre­­­­­­­­­fois acces­­­­­­­­­sibles par télé­­­­­­­­­phone ou dans les bureaux aban­­­­­­­­­donnent défi­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­ment le contact direct avec les personnes qui n’ont pas les compé­­­­­­­­­tences suffi­­­­­­­­­santes pour effec­­­­­­­­­tuer leurs démarches admi­­­­­­­­­nis­­­­­­­­­tra­­­­­­­­­tives en ligne. Les services sociaux dont les bureaux ne sont pas fermés sont débor­­­­­­­­­dés de demandes d’ac­­­­­­­­­com­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­gne­­­­­­­­­ment ou de forma­­­­­­­­­tion de base au numé­­­­­­­­­rique.

L’évo­­­­­­­­­lu­­­­­­­­­tion constante du numé­­­­­­­­­rique oblige les citoyens à une mise à jour perma­­­­­­­­­nente de leurs compé­­­­­­­­­tences, ce qui en décou­­­­­­­­­rage certains. Comme le soulignent les auteures de l’étude, « l’ob­­­­­­­­­so­­­­­­­­­les­­­­­­­­­cence progres­­­­­­­­­sive du maté­­­­­­­­­riel (ordi­­­­­­­­­na­­­­­­­­­teur ou smart­­­­­­­­­phone obso­­­­­­­­­lète, version dépas­­­­­­­­­sée de logi­­­­­­­­­ciels) se double ainsi d’une obso­­­­­­­­­les­­­­­­­­­cence des compé­­­­­­­­­tences numé­­­­­­­­­riques ».

Ne serait-il dès lors pas indis­­­­­­­­­pen­­­­­­­­­sable d’ap­­­­­­­­­puyer sur Pause, comme le suggère Guillaume Lohest dans son article ? Le temps de réflé­­­­­­­­­chir au sens des évolu­­­­­­­­­tions tech­­­­­­­­­no­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­giques ; le temps de permettre aux passa­­­­­­­­­gers les plus fragiles de monter dans le train du numé­­­­­­­­­rique plutôt que de les lais­­­­­­­­­ser sur le quai d’une gare désaf­­­­­­­­­fec­­­­­­­­­tée…

Monique Van Dieren


1 Dans une étude parue dans la revue « Socié­­­­­­­­­tés en chan­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­ment » de l’Ins­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­tut d’ana­­­­­­­­­lyse du
chan­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­ment dans l’his­­­­­­­­­toire et les socié­­­­­­­­­tés contem­­­­­­­­­po­­­­­­­­­raines (IACCHOS) en colla­­­­­­­­­bo­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­tion avec
l’Uni­­­­­­­­­ver­­­­­­­­­sité Catho­­­­­­­­­lique de Louvain, Patri­­­­­­­­­cia Vendra­­­­­­­­­min et Périne Brot­­­­­­­­­corne, socio­­­­­­­­­logues et

Prix au n° : 4€ + les frais d’en­­­­­­­­­voi