Revues

Pandé­mie : Comment payer la dette ? (Contrastes juillet-août 2021)

LES IDÉES NE MANQUENT PAS ;
LES CONTRADICTIONS NON PLUS…

(La revue est télé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­char­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­geable en bas de page.)

Ce n’est plus un secret pour personne ; après la tuile nommée Covid qui nous est tombée sur la tête, après s’être surpris à rêver d’un monde diffé­rent, voire meilleur, la ques­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion qui foca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lise actuel­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment les cénacles poli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques et les débats publics est à présent beau­­­­­­­­­­­­­­­­­­­coup plus terre à terre : Comment payer la facture du monde à recons­­­­­­­­­­­­­­­­­­­truire ? Les gouver­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ments occi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­den­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taux et l’Union euro­­­­­­­­­­­­­­­­­­­péenne ont dénoué les cordons de la bourse pour éviter que les écono­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mies ne s’ef­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fondrent complè­­­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, ce qui aurait provoqué des dégâts encore bien plus impor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tants. Les dettes publiques ont fait explo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ser les carcans budgé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taires fixés notam­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment par l’UE, dans lesquels les Etats étaient engon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cés.

Les écono­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mistes et poli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques de tous bords ainsi que les orga­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions de la société civile planchent sur des pistes de sortie de crise. Faut-il faire tour­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ner la planche à billets, lais­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ser filer l’in­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fla­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion, reve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nir à l’aus­­­­­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rité budgé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taire, comme le suggèrent géné­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment les écono­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mistes « clas­­­­­­­­­­­­­­­­­­­siques » ? Ou plutôt annu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ler les dettes publiques, taxer les robots, les multi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nales et les hauts patri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­moines, revoir en profon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­deur le système fiscal, comme le suggèrent la plupart des personnes rencon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­trées dans le cadre de ce dossier ? Les posi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions des uns et des autres sont loin d’être tran­­­­­­­­­­­­­­­­­­­chées, et c’est ce qui fait la complexité du débat.

Dans un premier article, nous avons choisi de relayer l’opi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nion des écono­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mistes « clas­­­­­­­­­­­­­­­­­­­siques », ceux qu’on entend le plus souvent dans la presse, même si la pandé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mie a quelque peu fait vaciller leur « pensée unique » et leurs dogmes concer­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nant les vertus irré­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tables de l’éco­­­­­­­­­­­­­­­­­­­no­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mie de marché. A côté d’eux -ou même parmi eux-, d’autres voix se font entendre pour que l’on rebatte les cartes du système écono­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mique et finan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cier. Dans ce dossier, nous avons choisi de présen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter ou donner la parole à quelques-unes de ces voix jusqu’il y a peu discor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dantes, mais qui commencent à être davan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tage écou­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tées dans les cénacles écono­­­­­­­­­­­­­­­­­­­miques et poli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques.

Parmi ces voix, celle des Econo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mistes atter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rés, qui plaident pour que la dette publique ne soit pas consi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rée comme un problème mais comme un pari sur l’ave­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nir pour finan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cer des poli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques publiques utiles aux géné­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions futures. Ou encore celle de Marie-Hélène Ska, qui estime égale­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment qu’il faut pour­­­­­­­­­­­­­­­­­­­suivre des inves­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ments publics pour assu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rer un bon finan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment de la sécu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rité sociale et de la tran­­­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion écolo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gique. Philippe Lamberts plaide quant à lui pour que les règles budgé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taires belges et euro­­­­­­­­­­­­­­­­­­­péennes soient adap­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tées au contexte de crise que nous connais­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sons. Pour que les Etats puissent retrou­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ver des marges de manoeuvre finan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cières, il estime qu’il faut simul­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­né­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment agir sur deux volets de mesures fiscales ; la contri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des patri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­moines privés et celle des grandes entre­­­­­­­­­­­­­­­­­­­prises. Mais il met en garde : le climat est propice, mais les obsé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dés de la rigueur budgé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taire n’ont pas disparu ; ils sont juste en embus­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­de…

Pour Paul Jorion, auteur de nombreux ouvrages sur l’éco­­­­­­­­­­­­­­­­­­­no­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mie et la finance et inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­viewé dans notre numéro, « la seule véri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­table solu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion serait de confisquer une partie de la richesse là où elle est pour renflouer le stock et relan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cer la machine de l’Etat ». Il relance notam­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment l’idée d’une taxe sur la robo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion et la digi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion, dont la richesse créée part dans la poche des action­­­­­­­­­­­­­­­­­­­naires sous forme de divi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dendes. Enfin, la justice fiscale est un levier incon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tour­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nable pour trou­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ver des recettes supplé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taires pour finan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cer les inves­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ments et enrayer les inéga­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés renfor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cées par la pandé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mie. Des mesures sont possibles et envi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gées aux niveaux belge, euro­­­­­­­­­­­­­­­­­­­péen et mondial ; le Réseau pour la Justice fiscale et le CNCD y travaillent acti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment.

Le hic, c’est que la grande majo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rité des pistes pour payer la facture Covid -qu’elles proviennent de gauche, du centre ou de droite- reposent sur une reprise de la crois­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sance. Or, il devient de plus en plus évident que crois­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sance et écolo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gie ne font pas bon ménage. Faut-il pure­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment et simple­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment mettre fin à la crois­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sance, ou plutôt mettre fin à la crois­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sance sans fin de l’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vité écono­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mique ? C’est en ces termes que Philippe Lamberts propose de poser la ques­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion. Un curseur bien diffi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cile à placer, qui va encore beau­­­­­­­­­­­­­­­­­­­coup animer les débats à tous niveaux de la société dans les prochains mois et années. Mais il y a urgence.

Monique Van Dieren

SOMMAIRE

Prix au n° : 4€­­­­­­­­­­ + frais d’en­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­voi