Revue

Justice fiscale: la grande impos­ture (Contrastes, Janv.-Fév. 2020)

Pourquoi la fisca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lité est-elle injuste ?

 C’est devenu une évidence : la fisca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lité est désor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mais au cœur des reven­­­­­­­­­­­­­­­­­­­di­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions de toutes les luttes sociales ; celle des Gilets jaunes, des Blouses blanches, des Jeunes pour le climat, des magis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­trats…

Parce que sans impôt, sans contri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion finan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cière de TOUS à la vie en société, pas de services publics perfor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mants, pas de soins de santé acces­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sibles et de qualité, pas de justice équi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­table, pas d’école pour tous, pas d’argent pour finan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cer la lutte contre la pauvreté et la tran­­­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion écolo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gique, pas de finan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment du vieillis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, etc. Et c’est là que le bât blesse. L’hé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gie plani­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fiée dans les services à la collec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vité (5% en moyenne dans tous les services publics sous la précé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dente légis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ture) est plus qu’a­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lar­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mante, alors que rien n’est activé pour « mettre à contri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion » les personnes et les grosses entre­­­­­­­­­­­­­­­­­­­prises dont la richesse et les profits donnent le tour­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nis et ne cessent de croître.

En effet, la Belgique est une très mauvaise élève en matière de justice fiscale. Pourquoi ? Les raisons sont multiples, et c’est ce que tente de démon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­trer de manière non exhaus­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tive ce dossier de Contrastes.

Parce que la progres­­­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vité de l’im­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pôt, règle de base de la fisca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lité, est deve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nue tout rela­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tive. Parce qu’il n’y a pas de globa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des reve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nus qui permet­­­­­­­­­­­­­­­­­­­trait aux déten­­­­­­­­­­­­­­­­­­­teurs de capi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taux de payer leur part d’im­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pôt à la hauteur de celle des sala­­­­­­­­­­­­­­­­­­­riés. Parce qu’il n’y a pas d’im­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pôt sur les patri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­moines, qui ne cessent de gonfler. Parce que rien n’est fait pour lutter contre la grande fraude fiscale. Parce que l’éva­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion fiscale est un véri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­table hold-up sur l’argent de la collec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vité. Mais aussi, parce que le secret bancaire et l’ab­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sence de cadastre des fortunes empêchent de connaître les reve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nus et la fortune des « épaules les plus larges »… et donc empêchent de mettre en œuvre de manière équi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­table tout ce qui précède : une réelle progres­­­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vité de l’im­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pôt, la globa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des reve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nus, l’im­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pôt sur la fortune, la lutte contre la fraude et l’éva­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion fiscales.

« Un régime fiscal plus équi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­table et plus trans­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pa­rent : où est le courage poli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tique ? », se demande Ewald Piro­­­­­­­­­­­­­­­­­­­net dans la libé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rale revue Knack du 27 février 2019. On se heurte « à notre struc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ture étatique compliquée, et aux groupes de pres­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion qui font tout ce qui est en leur pouvoir pour que les avan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tages fiscaux actuels soient préser­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vés pour leurs membres. Ces deux phéno­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mènes doivent être combat­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tus si nous voulons un système fiscal plus équi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­table et plus trans­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pa­rent. Cela exigera du courage. Nos poli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ciens en ont-ils ? ». Frank­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lin Dehousse, ancien juge au Tribu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nal de l’Union euro­­­­­­­­­­­­­­­­­­­péenne et profes­­­­­­­­­­­­­­­­­­­seur dans plusieurs univer­­­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés, pense plutôt que ce c’est la volonté qui manque le plus. « La poli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tique fiscale euro­­­­­­­­­­­­­­­­­­­péenne n’avance pas, d’abord parce que les Etats sont d’une grande malhon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nê­­­­­­­­­­­­­­­­­­­teté. (…) Dans la lutte contre la fraude fiscale, la Belgique a été la dernière résis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tante. Nous sommes deve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nus le pays qui lutte, non pas contre la fraude fiscale, mais pour la fraude fiscale », a-t-il déclaré au Vif le 19 janvier 2019. Or, celle-ci coûte 2.000€ par an à chaque citoyen belge…

Une lueur d’es­­­­­­­­­­­­­­­­­­­poir malgré tout ? Il en faut, et il en existe. De plus en plus de lanceurs d’alerte prennent le risque (car il y en a !) de dénon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cer les scan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dales d’éva­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion fiscale à grande échelle. Pas encore de réac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion très vive des pouvoirs poli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques belges et inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­­­­­­­­­­­naux, mais au moins ils ne peuvent plus dire qu’ils ne savaient pas…

Par ailleurs, l’opi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nion publique belge est de plus en plus infor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mée et sensi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sée à la ques­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des inéga­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés fiscales. Pour preuve, le récent sondage réalisé par le CNCD-11.11.11 qui montre que 73% des Belges sont favo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rables à un impôt sur la fortune. L’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion sans relâche du Réseau pour la Justice fiscale (RJF) et de son équi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­valent néer­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­do­­­­­­­­­­­­­­­­­­­phone (FAN) a sans aucun doute contri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bué à cette prise de conscience : la persé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rance paie, même si les résul­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tats poli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques se font encore atten­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dre…

Monique Van Dieren

Prix au n° : 4€­­­­­­­­­­ + frais d’en­­­­­voi

Commander cette publication

Les champs marqués d’une * sont obligatoires.