Revue

CORONAVIRUS : SUBIR LE MONDE OU LE RÉINVENTER (Contrastes, Mars-Avril 2020)

DES CHANGEMENTS RADICAUX S’IMPOSENT

Fernando Zhimi­­­­­­­­­­­­­­­­­nai­­­­­­­­­­­­­­­­­cela Pixa­­­­­­­­­­­­­­­­­bay

(La revue est télé­­­­­­­­­­­char­­­­­­­­­­­geable en bas de page.)

Qui, au Nouvel An, en accom­­­­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­­­­gnant de trois bisous, disait joyeu­­­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­­­ment : « Une bonne année et surtout une bonne santé », et aurait pu devi­­­­­­­­­­­­­­­­­ner ce qui allait se produire moins d’un trimestre après ce moment festif ?

Beau­­­­­­­­­­­­­­­­­coup de choses ont été dites et écrites sur « la crise du coro­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­rus » et il peut paraître ambi­­­­­­­­­­­­­­­­­tieux pour un mouve­­­­­­­­­­­­­­­­­ment comme le nôtre de « s’at­­­­­­­­­­­­­­­­­taquer » à un sujet comme celui-là. Certains se deman­­­­­­­­­­­­­­­­­de­­­­­­­­­­­­­­­­­ront quelle légi­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­mité nous avons pour trai­­­­­­­­­­­­­­­­­ter d’un tel sujet.

Et c’est peut-être la bonne ques­­­­­­­­­­­­­­­­­tion. Nous ne sommes ni méde­­­­­­­­­­­­­­­­­cins ni repré­­­­­­­­­­­­­­­­­sen­­­­­­­­­­­­­­­­­tants poli­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques mais, modes­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, à côté de nombreux autres mouve­­­­­­­­­­­­­­­­­ments sociaux, nous déve­­­­­­­­­­­­­­­­­lop­­­­­­­­­­­­­­­­­pons des projets qui donnent du sens de façon indi­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­duelle et collec­­­­­­­­­­­­­­­­­tive aux personnes qui y parti­­­­­­­­­­­­­­­­­cipent en cher­­­­­­­­­­­­­­­­­chant, à travers de petites actions du quoti­­­­­­­­­­­­­­­­­dien, à contri­­­­­­­­­­­­­­­­­buer à des chan­­­­­­­­­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­­­­­­­­­ments sociaux et poli­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques.

Une crise comme celle que nous vivons met en lumière les flagrantes inéga­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­tés ici et à travers le monde, fragi­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­sant encore plus les groupes les plus exclus comme les SDF ou les sans-papiers. Ces inéga­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­tés ne tombent pas du ciel mais résultent des méca­­­­­­­­­­­­­­­­­nismes d’op­­­­­­­­­­­­­­­­­pres­­­­­­­­­­­­­­­­­sion et de domi­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­tion, ceux-là même que nous dénonçons et combat­­­­­­­­­­­­­­­­­tons.

La crise du coro­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­rus a aussi mis en avant la capa­­­­­­­­­­­­­­­­­cité des Etats à, très rapi­­­­­­­­­­­­­­­­­de­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, au nom de l’in­­­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­­­rêt géné­­­­­­­­­­­­­­­­­ral, restreindre les liber­­­­­­­­­­­­­­­­­tés et étendre la surveillance et la répres­­­­­­­­­­­­­­­­­sion. Nous ne remet­­­­­­­­­­­­­­­­­tons pas en cause la néces­­­­­­­­­­­­­­­­­sité du confi­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­ment et des mesures indis­­­­­­­­­­­­­­­­­pen­­­­­­­­­­­­­­­­­sables pour stop­­­­­­­­­­­­­­­­­per la pandé­­­­­­­­­­­­­­­­­mie. Nous voulons atti­­­­­­­­­­­­­­­­­rer l’at­­­­­­­­­­­­­­­­­ten­­­­­­­­­­­­­­­­­tion sur le danger de tour­­­­­­­­­­­­­­­­­nants sécu­­­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­­­taires qui pour­­­­­­­­­­­­­­­­­raient être pris dans plus d’un coin de la planète.

Le chan­­­­­­­­­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­­­­­­­­­ment de cap est néces­­­­­­­­­­­­­­­­­saire mais pas de la façon dont la droite ou les finan­­­­­­­­­­­­­­­­­ciers l’en­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­sagent. Durant la crise, il semblait évident à tout le monde qu’une sécu­­­­­­­­­­­­­­­­­rité sociale forte et un réseau hospi­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­lier perfor­­­­­­­­­­­­­­­­­mant étaient indis­­­­­­­­­­­­­­­­­pen­­­­­­­­­­­­­­­­­sables au même titre que des services publics effi­­­­­­­­­­­­­­­­­caces.

C’est donc le moment de chan­­­­­­­­­­­­­­­­­ger de cap, de tour­­­­­­­­­­­­­­­­­ner le dos aux priva­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­tions, de relo­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­ser l’éco­­­­­­­­­­­­­­­­­no­­­­­­­­­­­­­­­­­mie et même, plus globa­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, de chan­­­­­­­­­­­­­­­­­ger de modèle.

Cette crise est aussi celle des courses folles de l’éco­­­­­­­­­­­­­­­­­no­­­­­­­­­­­­­­­­­mie capi­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­liste qui exploite les humains et détruit la planète.

La recherche médi­­­­­­­­­­­­­­­­­cale et scien­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­fique est indis­­­­­­­­­­­­­­­­­pen­­­­­­­­­­­­­­­­­sable pour faire recu­­­­­­­­­­­­­­­­­ler les mala­­­­­­­­­­­­­­­­­dies et assu­­­­­­­­­­­­­­­­­rer la santé d’un plus grand nombre mais la science ne donne pas de réponses à tout. A côté de l’ur­­­­­­­­­­­­­­­­­gence sani­­­­­­­­­­­­­­­­­taire, il y a des urgences sociales et poli­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques qui appellent des chan­­­­­­­­­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­­­­­­­­­ments radi­­­­­­­­­­­­­­­­­caux auxquels nous voulons parti­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­per.

Prix au n° : 4€­­­­­­­­­­

S'abonner

Les champs marqués d’une * sont obligatoires.