À propos

9 Régionales

encadrent des personnes qui souhaitent réfléchir et agir sur les injustices sociales

120 groupes

Des citoyens se rassemblent en Wallonie et à Bruxelles pour provoquer le changement

1 Newsletter

Inter'actions, la proxiletter bimestrielle

Un Mouve­­­ment…

Les Équipes popu­­­laires, c’est d’abord un mouve­­­ment de citoyen-nes, actif aux quatre coins de la Commu­­­nauté française. Des hommes et des femmes qui veulent contri­­­buer à une société d’éga­­­lité, de soli­­­da­­­rité et de justice sociale.

C’est aussi un mouve­­­ment d’édu­­­ca­­­tion perma­­­nente, soucieux de mettre ensemble les personnes qui subissent les inéga­­­li­­­tés et l’injus­­­tice. Pour rendre visibles ces injus­­­tices ; pour en comprendre les causes ; pour cher­­­cher des solu­­­tions ; et pour trans­­­for­­­mer ces solu­­­tions en des droits concrets pour tous.

C’est un Mouve­­­ment popu­­­laire ! Fait par et pour les milieux popu­­­laires. C’est-à-dire tous ceux et celles qui, avec ou sans emploi, subissent au quoti­­­dien les consé­quences des modèles écono­­­miques et cultu­­­rels domi­­­nants. Qui ne peuvent pas comp­­­ter sur leurs seules ressources en cas de gros acci­dent de la vie.  Bref, la majo­­­rité – trop silen­­­cieuse – qui a inté­­­rêt à s’unir pour se faire entendre !

Et c’est un Mouve­­­ment de proxi­­­mité. Les idées que nous défen­­­dons, les droits que nous voulons renfor­­­cer ou voir créer, commencent par naître dans les groupes ou les initia­­­tives implan­­­tées loca­­­le­­­ment. Dans un groupe, on peut parta­­­ger ce qu’on vit, tisser des liens, libé­­­rer une parole, apprendre, débattre, cher­­­cher des solu­­­tions… C’est le ferment d’un pouvoir d’agir.

Des groupes locaux…

Ateliers de consom­­­ma­­­teurs, groupes sur l’éner­­­gie, pota­­­gers soli­­­daires, ciné-débats, groupes de vigi­­­lance sur le loge­­­ment, sur le crédit ou la démo­­­cra­­­tie commu­­­na­­­le… Autant de groupes de réflexion et d’ac­­­tion pour construire ensemble des réponses concrètes, à partir du terrain local, aux besoins sociaux et regar­­­der notre monde avec des yeux critiques.

Il en existe envi­­­ron 150 en Belgique fran­­­co­­­phone.

Une action commu­­­ne…

Le mouve­­­ment coor­­­donne l’ac­­­tion des groupes en rassem­­­blant les idées, les projets et les reven­­­di­­­ca­­­tions communes autour de 6 théma­­­tiques d’ac­­­tions.

Il mène des campagnes de sensi­­­bi­­­li­­­sa­­­tion sur des problé­­­ma­­­tiques précises.
Il édite des publi­­­ca­­­tions (dossiers péda­­­go­­­giques, analyses, fiches d’ani­­­ma­­­tion) qui contri­­­buent à la réflexion critique sur des enjeux sociaux.

Il se mobi­­­lise avec d’autres asso­­­cia­­­tions et au sein de collec­­­tifs pour faire entendre des reven­­­di­­­ca­­­tions communes.

Les EP sont recon­­­nues par la Commu­­­nauté française comme « mouve­­­ment d’édu­­­ca­­­tion perma­­­nente ». Elles sont l’une des compo­­­santes du MOC (Mouve­­­ment ouvrier chré­­­tien), aux côtés de la CSC, des Mutua­­­li­­­tés chré­­­tiennes, de Vie Fémi­­­nine, de la JOC/F.

Télé­­­char­­­ger le logo :
Les Equipes Populaires -Logo

Que deman­­­dons -nous ?

Au départ de la multi­­­tude des ques­­­tions soule­­­vées par les groupes locaux du mouve­­­ment, les Equipes Popu­­­laires ont formulé depuis plusieurs années un grand nombre de reven­­­di­­­ca­­­tions. Pas de liste exhaus­­­tive ici. Mais une synthèse des prin­­­ci­­­pales recom­­­man­­­da­­­tions que nous portons. Aussi bien par le travail de terrain que par des campagnes d’ac­­­tion ou via la parti­­­ci­­­pa­­­tion à des plate­­­formes asso­­­cia­­­tives.

Ces reven­­­di­­­ca­­­tions visent très concrè­­­te­­­ment à lutter contre les inéga­­­li­­­tés sociales en obte­­­nant de nouveaux droits. Par exemple :

  • en matière de loge­­­ment (action sur le prix des loyers privés, notam­­­ment);
  • en matière de suren­­­det­­­te­­­ment (meilleure protec­­­tion du consom­­­ma­­­teur);
  • en matière d’accès à l’éner­­­gie (tari­­­fi­­­ca­­­tion soli­­­daire et progres­­­sive) ;
  • en matière de fisca­­­lité (meilleure répar­­­ti­­­tion de l’im­­­pôt pour une meilleure répar­­­ti­­­tion des richesses);

Alimentation

Le mouve­­­ment soutient les reven­­­di­­­ca­­­tions liées au prin­­­cipe de souve­­­rai­­­neté alimen­­­taire des peuples. Ce prin­­­cipe induit notam­­­ment le droit à une alimen­­­ta­­­tion saine et acces­­­sible pour tous, un prix juste et des modes de produc­­­tion qui n’épuisent pas les ressources natu­­­relles. Nous nous inté­­­res­­­sons aussi au fonc­­­tion­­­ne­­­ment de la grande distri­­­bu­­­tion : si celle-ci a sa place dans la société, elle doit répondre de la manière dont elle assure le respect des droits des travailleurs et favo­­­rise les produits locaux. Enfin, nous plai­­­dons pour un étique­­­tage des produits plus lisible, plus compré­­­hen­­­sible et plus adapté aux besoins des consom­­­ma­­­teurs.

Crédit / Protection des consommateurs

Sous l’im­­­pul­­­sion des Equipes Popu­­­laires depuis plus de 10 ans, la Jour­­­née sans crédit dénonce les pratiques des socié­­­tés de crédit et fait des propo­­­si­­­tions légis­­­la­­­tives pour mieux les enca­­­drer. En 2014, la plate­­­forme a égale­­­ment ciblé d’autres pratiques commer­­­ciales agres­­­sives et pas seule­­­ment celles liées au crédit (facture de GSM exor­­­bi­­­tante, achat impul­­­sif sur inter­­­­­net…). Elle insiste pour que les auto­­­ri­­­tés publiques fédé­­­rales inves­­­tissent davan­­­tage dans le contrôle du respect de la légis­­­la­­­tion. Non au démar­­­chage intem­­­pes­­­tif : La plate-forme dénonce les abus en matière de démar­­­chage télé­­­pho­­­nique et à domi­­­cile. Une meilleure infor­­­ma­­­tion : Toute personne non juriste doit pouvoir comprendre ses droits et ses obli­­­ga­­­tions et compa­­­rer les offres.

Texte complet des recom­­­man­­­da­­­tions sur:  www.jour­­­nee­­­sans­­­cre­­­dit.be

Emploi

Travailler moins, travailler tous et vivre mieux…­­­passe par la réduc­­­tion collec­­­tive du temps de travail, avec main­­­tien du salaire et embauche compen­­­sa­­­toire. Cela répond à une exigence écono­­­mique, sociale et envi­­­ron­­­ne­­­men­­­tale. Nous soute­­­nons aussi le droit à un travail décent, ce qui implique entre autres de garan­­­tir sur le plan mondial des condi­­­tions de travail correctes, un salaire suffi­­­sant, le droit de se syndiquer… Nous plai­­­dons pour la créa­­­tion d’em­­­plois durables, en parti­­­cu­­­lier dans le domaine public et non marchand (aide aux person­­­nes…) ; et le relè­­­ve­­­ment des bas salaires.

Énergie

Chacun-e doit se voir garan­­­tir l’ac­­­cès à de l’éner­­­gie en suffi­­­sance pour pouvoir mener une vie conforme à la dignité humaine. Cela néces­­­site aussi une poli­­­tique éner­­­gé­­­tique durable. Nous plai­­­dons pour une tari­­­fi­­­ca­­­tion soli­­­daire et progres­­­sive de l’élec­­­tri­­­cité. Nous dénonçons le dispo­­­si­­­tif wallon des comp­­­teurs à budget, qui déres­­­pon­­­sa­­­bi­­­lise les four­­­nis­­­seurs face aux diffi­­­cul­­­tés de paie­­­ment des clients et nous deman­­­dons que la Région wallonne s’ins­­­pire des dispo­­­si­­­tions bruxel­­­loises, qui offre une bien meilleure protec­­­tion sociale. Les pouvoirs publics doivent aussi soute­­­nir les ménages à faibles reve­­­nus en leur donnant accès aux écono­­­mies d’éner­­­gie et aux éner­­­gies renou­­­ve­­­lables.

Immigration

Le Mouve­­­ment aspire à une véri­­­table démo­­­cra­­­tie multi­­­cul­­­tu­­­relle, fondée sur les valeurs de respect, de tolé­­­rance, d’ou­­­ver­­­ture et d’éga­­­lité. En ce qui concerne la régu­­­la­­­ri­­­sa­­­tion des personnes sans papiers, nous plai­­­dons pour une procé­­­dure perma­­­nente et des critères de régu­­­la­­­ri­­­sa­­­tion clairs. Enfin, il faut assou­­­plir les règles rela­­­tives à la protec­­­tion inter­­­­­na­­­tio­­­nale du réfu­­­gié et à son statut.

Citoyenneté communale

Faire vivre la démo­­­cra­­­tie néces­­­site de renfor­­­cer le dialogue entre les citoyens et leurs repré­­­sen­­­tants. Nous insis­­­tons tout parti­­­cu­­­liè­­­re­­­ment pour que l’on favo­­­rise les dispo­­­si­­­tifs de parti­­­ci­­­pa­­­tion permet­­­tant aux citoyens de prendre part aux débats sur les ques­­­tions qui les concernent. Il faut notam­­­ment amélio­­­rer l’in­­­for­­­ma­­­tion visant à une publi­­­cité active des débats poli­­­tiques, multi­­­plier les formules de consul­­­ta­­­tion des citoyens : commis­­­sions mais aussi, assem­­­blées ou « forums » citoyens, « Maisons de la citoyen­­­neté »…

Logement

Le droit à un loge­­­ment décent est fonda­­­men­­­tal pour une vie conforme à la dignité humaine. Les loca­­­taires sont peu pris en compte dans les poli­­­tiques du loge­­­ment. C’est pourquoi nous reven­­­diquons un enca­­­dre­­­ment des loyers privés, sur base de critères objec­­­tifs, en privi­­­lé­­­giant le mode de la concer­­­ta­­­tion. Nous deman­­­dons aussi de faire respec­­­ter l’obli­­­ga­­­tion d’af­­­fi­­­chage du prix des loyers et celle d’en­­­re­­­gis­­­tre­­­ment des baux écrits. Il importe égale­­­ment de déve­­­lop­­­per et réno­­­ver le parc de loge­­­ments sociaux ; de promou­­­voir et soute­­­nir les Agences immo­­­bi­­­lières sociales ; et de lutter contre les loge­­­ments vides. En ce qui concerne la garan­­­tie loca­­­tive, nous plai­­­dons pour la créa­­­tion d’un fonds régio­­­nal, univer­­­sel et obli­­­ga­­­toire ou d’un système de caution­­­ne­­­ment mutuel.

Justice fiscale

La justice fiscale est indis­­­pen­­­sable pour assu­­­rer une meilleure redis­­­tri­­­bu­­­tion des richesses. Pour cela il faut commen­­­cer par rendre effec­­­tive la levée du secret bancaire en Belgique. Nous deman­­­dons égale­­­ment l’ins­­­tau­­­ra­­­tion d’un impôt sur les grandes fortunes. Nous plai­­­dons aussi pour un rééqui­­­li­­­brage, d’une part en rédui­­­sant la pres­­­sion fiscale sur le travail et d’autre part, en faisant contri­­­buer d’autres reve­­­nus finan­­­ciers (plus-values sur titres, options…). Par ailleurs, une réflexion s’im­­­pose dans le but de révi­­­ser le système des inté­­­rêts notion­­­nels.

Mobilité des personnes

La mobi­­­lité des personnes requiert à nos yeux un renfor­­­ce­­­ment et une amélio­­­ra­­­tion de l’offre de trans­­­ports publics. Pour des raisons à la fois sociales, envi­­­ron­­­ne­­­men­­­tales et écono­­­miques, il est urgent de favo­­­ri­­­ser les modes alter­­­na­­­tifs à la voiture et d’en­­­vi­­­sa­­­ger la mobi­­­lité en cohé­­­rence avec les poli­­­tiques publiques d’amé­­­na­­­ge­­­ment du terri­­­toire, de déve­­­lop­­­pe­­­ment écono­­­mique et de loge­­­ment.

Publicité

Nous avons pris posi­­­tion pour une dimi­­­nu­­­tion de la publi­­­cité dans l’es­­­pace public et dans les outils de service public. Nos recom­­­man­­­da­­­tions portent sur la protec­­­tion des plus jeunes ; sur le respect de l’in­­­té­­­rêt géné­­­ral, parti­­­cu­­­liè­­­re­­­ment en matière de santé et d’éner­­­gie (stop à la pub pour les modes de trans­­­ports polluants). Nous nous oppo­­­sons égale­­­ment à l’in­­­tru­­­sion publi­­­ci­­­taire que consti­­­tue le démar­­­chage télé­­­pho­­­nique. Plus géné­­­ra­­­le­­­ment, nous prônons un débat public sur la place de la pub et une plus grande régu­­­la­­­tion de ses pratiques par la créa­­­tion d’un Conseil fédé­­­ral de la pub.

Sécurité sociale

La Sécu­­­rité sociale est le meilleur paravent construit par une société pour prému­­­nir les indi­­­vi­­­dus des aléas de l’exis­­­tence. Il faut préser­­­ver ce système d’as­­­su­­­rance soli­­­daire des tenta­­­tives de priva­­­ti­­­sa­­­tion, notam­­­ment en matière de soins de santé, et le renfor­­­cer pour rencon­­­trer les nouveaux besoins. Nous plai­­­dons en parti­­­cu­­­lier pour le relè­­­ve­­­ment des reve­­­nus de rempla­­­ce­­­ment et refusent que la respon­­­sa­­­bi­­­lité du chômage soit attri­­­buée aux chômeurs. Le plan d’ac­­­ti­­­va­­­tion de ces derniers, trop porté à l’ex­­­clu­­­sion, doit être remplacé au profit d’une véri­­­table poli­­­tique d’ac­­­com­­­pa­­­gne­­­ment des personnes. D’autre part, nous deman­­­dons la suppres­­­sion du statut de coha­­­bi­­­tant.

Services publics

Les services publics consti­­­tuent un autre rempart précieux contre la pauvreté et sont notre patri­­­moine collec­­­tif. Ils doivent être préser­­­vés et déve­­­lop­­­pés de façon à garan­­­tir la satis­­­fac­­­tion univer­­­selle des droits humains, écono­­­miques et sociaux. Les secteurs vitaux (santé, éduca­­­tion, eau, culture, envi­­­ron­­­ne­­­ment, services sociaux, loge­­­ment social, audio­­­vi­­­suel, trans­­­port et éner­­­gie) doivent être sous­­­traits des accords commer­­­ciaux inter­­­­­na­­­tio­­­naux. En consé­quence, nous dénonçons la logique euro­­­péenne de l’aus­­­té­­­rité qui prive les Etats des moyens d’as­­­su­­­rer ces services à leur popu­­­la­­­tion. Et nous nous oppo­­­sons aux projets de trai­­­tés commer­­­ciaux tels que le TTIP, le CETA, et le PISA.

Nos champs d’actions

Un an d’ac­tion pour plus d’éga­lité (2015)

2015

En partant du réel pour réflé­chir au chan­ge­ment, on s’aperçoit assez faci­le­ment que les valeurs néoli­bé­rales ne tiennent pas la route pour éman­ci­per les personnes et faire gran­dir les socié­tés.

Confron­ter les réali­tés de vie amène à comprendre ce qui condi­tionne nos exis­tences, pour imagi­ner ensuite comment s’en éman­ci­per.Et alors on regagne une puis­sance d’agir. En 2016, elle a mobi­lisé les EP pour mener…

…une grève des loyers ; parti­ci­per à l’ac­cueil des réfu­giés ; déco­der les préju­gés ; agir contre les discri­mi­na­tions de tout poil ; analy­ser le fonc­tion­ne­ment du capi­ta­lisme ; s’unir contre le TTIP ;  dénon­cer les mots menteurs du pouvoir ; mani­fes­ter avec les syndi­cats ; débattre dans des ciné-clubs ; tester des alter­na­tives dans des « ateliers conso » ; sensi­bi­li­ser le public à l’injus­tice fiscale et… résis­ter aux sirènes du marke­ting et du crédit faci­le…

Bonne lecture !

Lire la suite Télécharger
Les Equipes Populaires_rapport d'activité 2015

Avec le soutien de

  • Erreur de chargement du logo
  • Erreur de chargement du logo
  • Erreur de chargement du logo
  • Erreur de chargement du logo
  • Erreur de chargement du logo
icone soutiens Nous soutenir

Soute­­­­­­­nir les Équipes Popu­­­­­­­laires

Les Equipes Popu­­­­­­­laires tendent chaque jour au travers de leurs actions, à défendre les droits fonda­­­­­­­men­­­­­­­taux de chacun. Comme le droit à un loge­­­­­­­ment décent ou à l’ac­­­­­­­cès à l’éner­­­­­­­gie.

En deve­­­­­­­nant membre des Equipes Popu­­­­­­­laires (12 € par an) :

  • Vous rece­­­­­­­vrez la revue « Contrastes » et le bulle­­­­­­­tin de liai­­­­­­­son « La Four­­­­­­­mi­­­­­­­lière » qui fait échos des acti­­­­­­­vi­­­­­­­tés locales.
  • Vous béné­­­­­­­fi­­­­­­­cie­­­­­­­rez d’une réduc­­­­­­­tion de 30 % sur nos publi­­­­­­­ca­­­­­­­tions et sur nos acti­­­­­­­vi­­­­­­­tés payantes.
  • Mais vous pour­­­­­­­rez égale­­­­­­­ment parti­­­­­­­ci­­­­­­­per aux prises de déci­­­­­­­sion du mouve­­­­­­­ment (rencontres régio­­­­­­­nales, assem­­­­­­­blées géné­­­­­­­ra­­­­­­­les…)

Comment faire ?

Il vous suffit de remplir le formu­­­­­­­laire ci-dessous. Et nous vous contac­­­­­­­te­­­­­­­rons dans les plus bref délais.

Formulaire d’affiliation

Les champs marqués d’une * sont obligatoires.

Dans le mouve­­­­­­­ment, ce sont les citoyens eux-mêmes qui prennent part au combat. Dans des groupes, des lieux où ils se sentent en confiance pour s’ex­­­­­­­pri­­­­­­­mer, en échan­­­­­­­geant avec d’autres sur leur quoti­­­­­­­dien, en refu­­­­­­­sant le repli sur soi, ils prennent conscience que certaines choses ne tournent pas rond et qu’ils ne sont pas les seuls à avoir ce senti­­­­­­­ment. Et ils cherchent des solu­­­­­­­tions, inventent des projets.

En ce moment, plusieurs projets ont besoin de votre soutien :

  • Pour une parole libre : Les Histoires digi­­­­­­­tales
  • Pour l’ac­­­­­­­cès de tous à un loge­­­­­­­ment décent : La grève des loyers
  • Pour en finir avec les préju­­­­­­­gés: Favo­­­­­­­ri­­­­­­­ser la rencontre
  • Pour l’ac­­­­­­­cès de tous à l’éner­­­­­­­gie : www.ener­­­­­­­gie-et-loge­­­­­­­ment.be 

En savoir plus sur nos projets !

Formulaire de don

Les champs marqués d’une * sont obligatoires