Analyses

Votons pour la Justice fiscale ! (Février 2019)

En vue des élec­­­­­­­­­­­­­tions de mai 2019, le Réseau Justice fiscale (RJF) et son équi­­­­­­­­­­­­­valent néer­­­­­­­­­­­­­lan­­­­­­­­­­­­­do­­­­­­­­­­­­­phone (FAN)1 ont rédigé un mémo­­­­­­­­­­­­­ran­­­­­­­­­­­­­dum pour une fisca­­­­­­­­­­­­­lité plus juste aux niveaux belge et euro­­­­­­­­­­­­­péen.

Pour les réseaux FAN/RJF, un prin­­­­­­­­­­­­­cipe primor­­­­­­­­­­­­­dial pour la justice fiscale est d’ar­­­­­­­­­­­­­rê­­­­­­­­­­­­­ter la course vers le « taux zéro », tant pour les reve­­­­­­­­­­­­­nus les plus élevés que pour l’im­­­­­­­­­­­­­pôt des socié­­­­­­­­­­­­­tés. En effet, cette légis­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­ture a fait une série de cadeaux aux déten­­­­­­­­­­­­­teurs de capi­­­­­­­­­­­­­taux et aux entre­­­­­­­­­­­­­prises : dimi­­­­­­­­­­­­­nu­­­­­­­­­­­­­tions de coti­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­tions sociales et de l’im­­­­­­­­­­­­­pôt des socié­­­­­­­­­­­­­tés, amnis­­­­­­­­­­­­­tie fiscale, absence de réelle volonté de lutter contre la fraude et l’éva­­­­­­­­­­­­­sion fisca­­­­­­­­­­­­­le…
Les réseaux reven­­­­­­­­­­­­­diquent une véri­­­­­­­­­­­­­table réforme fiscale qui assu­­­­­­­­­­­­­rera un rééqui­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­brage de la fisca­­­­­­­­­­­­­lité en faisant contri­­­­­­­­­­­­­buer équi­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­ble­­­­­­­­­­­­­ment les reve­­­­­­­­­­­­­nus des entre­­­­­­­­­­­­­prises ou du capi­­­­­­­­­­­­­tal. Plus des deux tiers des recettes de l’Etat proviennent de l’im­­­­­­­­­­­­­pôt des personnes physiques et de la TVA. On peut donc en déduire que les taxes sur les reve­­­­­­­­­­­­­nus des entre­­­­­­­­­­­­­prises ou sur le capi­­­­­­­­­­­­­tal sont parti­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­liè­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­ment faibles.

L’im­­­­­­­­­­­­­pôt ne devrait pas être perçu comme une charge mais comme une contri­­­­­­­­­­­­­bu­­­­­­­­­­­­­tion, un effort finan­­­­­­­­­­­­­cier demandé à l’en­­­­­­­­­­­­­semble de la popu­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­tion mais aussi à un certain nombre d’ac­­­­­­­­­­­­­teurs écono­­­­­­­­­­­­­miques pour finan­­­­­­­­­­­­­cer les besoins indis­­­­­­­­­­­­­pen­­­­­­­­­­­­­sables à l’or­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­tion de la vie en société : écoles, hôpi­­­­­­­­­­­­­taux, infra­s­­­­­­­­­­­­truc­­­­­­­­­­­­­tures routières ou cultu­­­­­­­­­­­­­rel­­­­­­­­­­­­­les… L’im­­­­­­­­­­­­­pôt est ainsi indis­­­­­­­­­­­­­so­­­­­­­­­­­­­cia­­­­­­­­­­­­­ble­­­­­­­­­­­­­ment lié au déve­­­­­­­­­­­­­lop­­­­­­­­­­­­­pe­­­­­­­­­­­­­ment des socié­­­­­­­­­­­­­tés, « l’im­­­­­­­­­­­­­pôt est le prix de la civi­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­tion ».

Pour les réseaux FAN/RJF, la justice fiscale s’ap­­­­­­­­­­­­­puie sur la néces­­­­­­­­­­­­­sité d’as­­­­­­­­­­­­­su­­­­­­­­­­­­­rer le droit à la dignité de tous les citoyens tel que l’énonce l’ar­­­­­­­­­­­­­ticle 23 de la Cons­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­tion belge. Celui-ci énonce que : « Chacun a le droit de mener une vie conforme à la dignité humaine ».
Pour assu­­­­­­­­­­­­­rer cette dignité respec­­­­­­­­­­­­­tueuse de chacun, la justice fiscale devra s’ap­­­­­­­­­­­­­puyer sur un prin­­­­­­­­­­­­­cipe de progres­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­vité des contri­­­­­­­­­­­­­bu­­­­­­­­­­­­­tions, tenant compte de la capa­­­­­­­­­­­­­cité contri­­­­­­­­­­­­­bu­­­­­­­­­­­­­tive de chacun, donc de la hauteur de ses reve­­­­­­­­­­­­­nus, de la hauteur de son patri­­­­­­­­­­­­­moine.

Au niveau belge

En matière d’im­­­­­­­­­­­­­po­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­tion des personnes physiques, les réseaux RJF/FAN réclament une réforme fiscale ambi­­­­­­­­­­­­­tieuse qui a pour objec­­­­­­­­­­­­­tif de trai­­­­­­­­­­­­­ter les diffé­­­­­­­­­­­­­rents reve­­­­­­­­­­­­­nus de manière trans­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­rente et globale et qui réta­­­­­­­­­­­­­blisse une plus grande progres­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­vité. Cette réforme fiscale devra permettre de faire contri­­­­­­­­­­­­­buer l’en­­­­­­­­­­­­­semble des reve­­­­­­­­­­­­­nus de manière juste afin que l’Etat puisse finan­­­­­­­­­­­­­cer les services rendus aux citoyens et un système de protec­­­­­­­­­­­­­tion sociale de qualité.

Les réseaux RJF/FAN demandent de globa­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­ser à nouveau les reve­­­­­­­­­­­­­nus (travail + immo­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­lier + capi­­­­­­­­­­­­­tal), de renfor­­­­­­­­­­­­­cer la progres­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­vité de l’im­­­­­­­­­­­­­pôt et d’ins­­­­­­­­­­­­­tau­­­­­­­­­­­­­rer une réelle trans­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­rence fiscale.

En matière d’im­­­­­­­­­­­­­po­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­tion des socié­­­­­­­­­­­­­tés (ISOC), les derniers gouver­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­ments ont accordé de nombreux avan­­­­­­­­­­­­­tages fiscaux aux employeurs, parti­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­liè­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­ment aux grosses socié­­­­­­­­­­­­­tés. Avec le gouver­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­ment Michel – De Wever, ces cadeaux fiscaux ont atteint de nouveaux sommets : réforme de l’ISOC avec une dimi­­­­­­­­­­­­­nu­­­­­­­­­­­­­tion consi­­­­­­­­­­­­­dé­­­­­­­­­­­­­rable de l’im­­­­­­­­­­­­­pôt des socié­­­­­­­­­­­­­tés, octroi de nouvelles réduc­­­­­­­­­­­­­tions de coti­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­tions patro­­­­­­­­­­­­­nales, avan­­­­­­­­­­­­­tages fiscaux, et autres subsides (de l’ordre de 13 milliards € en 2016). Les 1.000 plus grosses socié­­­­­­­­­­­­­tés réali­­­­­­­­­­­­­saient au total 56,4 milliards € de béné­­­­­­­­­­­­­fices et voyaient leurs impôts se réduire à 4,4 milliards €, ce qui repré­­­­­­­­­­­­­sente un taux d’im­­­­­­­­­­­­­po­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­tion de 7,9%.

Les réseaux RJF/FAN demandent notam­­­­­­­­­­­­­ment une contri­­­­­­­­­­­­­bu­­­­­­­­­­­­­tion à l’im­­­­­­­­­­­­­pôt des grosses socié­­­­­­­­­­­­­tés beau­­­­­­­­­­­­­coup plus équi­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­brée par rapport à celle des petites et moyennes entre­­­­­­­­­­­­­prises, par la réduc­­­­­­­­­­­­­tion dras­­­­­­­­­­­­­tique des possi­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­tés de déduc­­­­­­­­­­­­­tion comme les inté­­­­­­­­­­­­­rêts notion­­­­­­­­­­­­­nels, les reve­­­­­­­­­­­­­nus défi­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­ment taxés ou l’exo­­­­­­­­­­­­­né­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­tion de certaines plus-values, et l’in­­­­­­­­­­­­­tro­­­­­­­­­­­­­duc­­­­­­­­­­­­­tion d’un impôt sur les plus-values.

En matière d’im­­­­­­­­­­­­­po­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­tion sur la richesse, l’éva­­­­­­­­­­­­­lua­­­­­­­­­­­­­tion des patri­­­­­­­­­­­­­moines et des richesses réel­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­ment déte­­­­­­­­­­­­­nues par les ménages en Belgique, s’avère parti­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­liè­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­ment diffi­­­­­­­­­­­­­cile, vu l’exis­­­­­­­­­­­­­tence du secret bancaire fiscal et l’ab­­­­­­­­­­­­­sence d’une globa­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­tion des reve­­­­­­­­­­­­­nus. Sur base d’une enquête décla­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­tive euro­­­­­­­­­­­­­péenne (HFCS – House­­­­­­­­­­­­­hold Finance and Consump­­­­­­­­­­­­­tion Survey), les bases de données de 2010 et 2014 révèlent que le top 10 des fortunes possèdent plus de 40% de la fortune totale en Belgique. Suivant une autre étude de l’Uni­­­­­­­­­­­­­ver­­­­­­­­­­­­­sité d’An­­­­­­­­­­­­­vers, le 1% des ménages les plus riches pour­­­­­­­­­­­­­rait déte­­­­­­­­­­­­­nir jusqu’à 18 à 20% des patri­­­­­­­­­­­­­moines, soit un cinquième du total. Les inéga­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­tés sont encore plus élevées quand on consi­­­­­­­­­­­­­dère les patri­­­­­­­­­­­­­moines consti­­­­­­­­­­­­­tués en avoirs finan­­­­­­­­­­­­­ciers.

Les réseaux RJF/FAN demandent un registre précis et exhaus­­­­­­­­­­­­­tif des patri­­­­­­­­­­­­­moines des citoyens et un impôt progres­­­­­­­­­­­­­sif sur les patri­­­­­­­­­­­­­moines supé­­­­­­­­­­­­­rieurs à un million d’eu­­­­­­­­­­­­­ros (habi­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­tion person­­­­­­­­­­­­­nelle non comprise).

En matière de percep­­­­­­­­­­­­­tion de l’im­­­­­­­­­­­­­pôt, il faut une admi­­­­­­­­­­­­­nis­­­­­­­­­­­­­tra­­­­­­­­­­­­­tion fiscale perfor­­­­­­­­­­­­­mante. La Cons­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­tion belge énonce le prin­­­­­­­­­­­­­cipe que tous les Belges doivent être égaux devant l’im­­­­­­­­­­­­­pôt. Force est de consta­­­­­­­­­­­­­ter que cela n’est malheu­­­­­­­­­­­­­reu­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­ment pas la réalité. En effet, de trop nombreux contri­­­­­­­­­­­­­buables (fortu­­­­­­­­­­­­­nés) éludent l’im­­­­­­­­­­­­­pôt, notam­­­­­­­­­­­­­ment suite aux manque­­­­­­­­­­­­­ments dans l’or­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­tion et les moyens finan­­­­­­­­­­­­­ciers et humains de l’ad­­­­­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­­­­­nis­­­­­­­­­­­­­tra­­­­­­­­­­­­­tion. On estime à plus de 900 millions la perte annuelle pour le Trésor occa­­­­­­­­­­­­­sion­­­­­­­­­­­­­née par la dimi­­­­­­­­­­­­­nu­­­­­­­­­­­­­tion du nombre de contrôles.

Les réseaux RJF/FAN demandent le recru­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­ment d’ins­­­­­­­­­­­­­pec­­­­­­­­­­­­­teurs supplé­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­taires pour renfor­­­­­­­­­­­­­cer les contrôles fiscaux (chaque inspec­­­­­­­­­­­­­teur supplé­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­taire rapporte au Trésor plusieurs fois son salaire). Et dans la lutte contre l’éva­­­­­­­­­­­­­sion fiscale tant au niveau natio­­­­­­­­­­­­­nal qu’in­­­­­­­­­­­­­ter­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­­­­­nal, il faudrait lever le secret bancaire fiscal, intro­­­­­­­­­­­­­duire l’échange auto­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­tique de toutes les infor­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­tions finan­­­­­­­­­­­­­cières entre banques et admi­­­­­­­­­­­­­nis­­­­­­­­­­­­­tra­­­­­­­­­­­­­tions fiscales, et impo­­­­­­­­­­­­­ser des sanc­­­­­­­­­­­­­tions plus sévères à tous les respon­­­­­­­­­­­­­sables, parties prenantes et inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mé­­­­­­­­­­­­­diaires impliqués dans les fraudes et évasions fiscales (banques, cabi­­­­­­­­­­­­­nets d’avo­­­­­­­­­­­­­cats fisca­­­­­­­­­­­­­lis­­­­­­­­­­­­­tes…)

Au niveau inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­­­­­nal

L’Union euro­­­­­­­­­­­­­péenne a progres­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­ment mis en place un vaste marché unique des capi­­­­­­­­­­­­­taux, des marchan­­­­­­­­­­­­­dises et des services, complété par une union moné­­­­­­­­­­­­­taire plus restreinte.
Pour­­­­­­­­­­­­­tant la fisca­­­­­­­­­­­­­lité y est quasi­­­­­­­­­­­­­ment tota­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­ment déré­­­­­­­­­­­­­gu­­­­­­­­­­­­­lée, car l’UE est presque inca­­­­­­­­­­­­­pable de légi­­­­­­­­­­­­­fé­­­­­­­­­­­­­rer en la matière, à cause de la règle de l’una­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­mité qui permet à un seul Etat membre de bloquer toute forme de progrès. Les acteurs de l’in­­­­­­­­­­­­­dus­­­­­­­­­­­­­trie de l’op­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­tion fiscale (notam­­­­­­­­­­­­­ment les cabi­­­­­­­­­­­­­nets d’au­­­­­­­­­­­­­dit) ont un rôle exces­­­­­­­­­­­­­sif et peu trans­­­­­­­­­­­­­pa­rent dans l’éla­­­­­­­­­­­­­bo­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­tion des poli­­­­­­­­­­­­­tiques fiscales publiques. En effet, les multi­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­­­­­nales mettent en oeuvre des circuits complexes et secrets de dépla­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­ment de leurs profits vers des para­­­­­­­­­­­­­dis fiscaux afin d’y béné­­­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­­­cier d’une exemp­­­­­­­­­­­­­tion fiscale quasi­­­­­­­­­­­­­ment inté­­­­­­­­­­­­­grale.
Il faut donc une véri­­­­­­­­­­­­­table trans­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­rence de la fisca­­­­­­­­­­­­­lité des entre­­­­­­­­­­­­­prises

Les réseaux RJF/FAN demandent notam­­­­­­­­­­­­­ment de créer une Orga­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­tion inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­­­­­nale de la fisca­­­­­­­­­­­­­lité, sous l’égide des Nations Unies, de modi­­­­­­­­­­­­­fier la règle de l’una­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­mité et de lancer des procé­­­­­­­­­­­­­dures de « coopé­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­tion renfor­­­­­­­­­­­­­cée » en matière fiscale, d’em­­­­­­­­­­­­­pê­­­­­­­­­­­­­cher que les « lobbyistes » de l’op­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­tion fiscale puissent influen­­­­­­­­­­­­­cer de façon indue et peu trans­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­rente l’éla­­­­­­­­­­­­­bo­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­tion de la poli­­­­­­­­­­­­­tique fiscale, de rendre obli­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­toire dans l’Union euro­­­­­­­­­­­­­péenne un système par lequel les entre­­­­­­­­­­­­­prises multi­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­­­­­nales devaient décla­­­­­­­­­­­­­rer pour chacune de leurs filiales certains chiffres signi­­­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­tifs (notam­­­­­­­­­­­­­ment profits, impôts réel­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­ment payés, nombre de travailleurs employés), de mettre fin à la course vers le bas en matière de fisca­­­­­­­­­­­­­lité des béné­­­­­­­­­­­­­fices des entre­­­­­­­­­­­­­prises, en prévoyant un taux plan­­­­­­­­­­­­­cher mini­­­­­­­­­­­­­mum de 25%, de créer une Taxe sur les tran­­­­­­­­­­­­­sac­­­­­­­­­­­­­tions finan­­­­­­­­­­­­­cières (TTF), de fisca­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­ser enfin l’éco­­­­­­­­­­­­­no­­­­­­­­­­­­­mie digi­­­­­­­­­­­­­tale et les GAFA et de mettre la fisca­­­­­­­­­­­­­lité au service du déve­­­­­­­­­­­­­lop­­­­­­­­­­­­­pe­­­­­­­­­­­­­ment durable, en mettant fin à tous les subsides à la produc­­­­­­­­­­­­­tion et distri­­­­­­­­­­­­­bu­­­­­­­­­­­­­tion des éner­­­­­­­­­­­­­gies fossiles. Des taxes inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­­­­­nales sur le carbu­­­­­­­­­­­­­rant du trans­­­­­­­­­­­­­port inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­­­­­nal aérien et mari­­­­­­­­­­­­­time doivent être mises en place.

————————–

Le RJF et le FAN rassemblent les syndi­­­­­­­­­­­­­cats et une tren­­­­­­­­­­­­­taine de mouve­­­­­­­­­­­­­ments et d’ONG de Flandre, de Wallo­­­­­­­­­­­­­nie et de Bruxelles.

—