Analyses

Des hôpi­taux dans le paysage (Sept.-Oct. 2019)

Auteu­­­­­­r Guillaume Lohest, Contrastes sept.-oct. 2019 « Les Hôpi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taux sous tension », p.3–5

La Chambre a adopté le 14 février 2019 un projet de loi visant à réor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ser le paysage hospi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lier en 25 réseaux d’hô­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taux. Objec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tifs ? Ratio­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ser et amélio­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rer l’ef­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cité des soins. Comment cette réforme rencontre-t-elle les attentes et les inquié­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tudes des gens et du secteur ? Dans quel contexte s’ins­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­crit-elle ?

Pixa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bay

On s’en souvient. Au plus fort des mobi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions des Gilets Jaunes en France, une reven­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­di­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion revient souvent : le main­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tien et le renfor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment de services publics de proxi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mité. Le démo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­graphe Hervé Le Bras a même montré que les Gilets Jaunes se sont surtout mobi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sés dans ce qu’on appelle la « diago­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nale du vide », un ensemble de terri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­toires traver­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sant le centre de la France, du Sud-Ouest au Nord-Est, où beau­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­coup de services et d’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés écono­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­miques pour­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­voyeuses d’em­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ploi ont disparu ces dernières décen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nies.

Une réor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion (très) mal reçue

Le président français Emma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nuel Macron avait ainsi logique­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment voulu parer à cette inquié­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tude en promet­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tant, au mois d’avril, qu’il n’y aurait plus aucune ferme­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ture d’école ou d’hô­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tal jusqu’à la fin du quinquen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nat. Pas dupes de cet effet d’an­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nonce, l’acte XXV des Gilets Jaunes, le 4 mai, avait été expli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment orga­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nisé en soutien au person­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nel des hôpi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taux.
C’est que Macron avait ajouté : « Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de réor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions, on le sait très bien, elles sont parfois indis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sables ; cela veut dire qu’il n’y aura plus de dispa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions. » Mais ce jeu sur les mots ne trompe plus personne. Des services conti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nuent de fermer. Suite à une promesse de prime mensuelle de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, voici ce que répon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­daient deux aides-soignants d’un hôpi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tal de Haute-Savoie : « L’argent n’est pas la ques­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion centrale. On est mal payés, donc on ne va pas cracher sur une augmen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion, mais on veut surtout des postes, et pouvoir s’oc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­per des gens dans de bonnes condi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions. On veut que l’hô­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tal rede­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vienne humain, et pas seule­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment « finan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cier »1. »

Et chez nous ?

En Belgique, les ques­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions se posent-elles de la même manière ? Le secteur de la santé se mobi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lise-t-il pour les mêmes raisons (cf. article page 17) ? La réforme du paysage hospi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lier, initiée en 2015 par Maggie De Block et impliquant tous les niveaux de pouvoir, prévoit-elle égale­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment des ferme­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tures d’éta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­blis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ments ? Reve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nons un peu en arrière, en avril 2017. Au cabi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­net de la ministre De Block, on indique alors : « Nous ne dirons pas aux hôpi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taux ‘vous devez fermer’. Nous les encou­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­geons à s’or­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ser diffé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rem­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment et à coopé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rer, mais ils doivent réali­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ser cela eux-mêmes. Notre objec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tif est en effet d’abou­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tir à des réseaux d’éta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­blis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ments qui four­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nissent des soins de base et d’autres qui proposent des approches spécia­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sées, pour que moins d’hô­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taux se retrouvent dans le rouge2. » Le commen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taire du président des Mutua­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés chré­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tiennes, Luc Van Gorp, n’avait sans doute alors pas été de nature à rassu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rer ni les citoyens, ni les profes­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nels du secteur. « Un hôpi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tal sur quatre pour­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rait faci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment fermer ses portes sans que cela ne porte atteinte aux pres­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions de santé ou à l’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ces­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lité aux soins3. »

Enjeu budgé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taire

Pourquoi cette réor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion ? « Le point de départ est l’évo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des besoins du patient, peut-on lire sur le site de l’INAMI. Le nombre de personnes âgées et de malades chro­­­­­­­­­­­­­­­­­­­niques ne cesse de croître et, par ailleurs, les tech­­­­­­­­­­­­­­­­­­­no­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gies médi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cales et les trai­­­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ments person­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sés évoluent très rapi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­de­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment. Des réseaux seront créés, entre autres, avec des hôpi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taux de base, de réfé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rence et univer­­­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taires. Dans ce cadre, la tech­­­­­­­­­­­­­­­­­­­no­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gique coûteuse, par exemple, pourra être attri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­buée à un réseau au lieu d’un hôpi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tal en parti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lier. » Qu’on ne s’y trompe donc pas, ce sont les ressources finan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cières qui sont au cœur de cette réforme, comme ailleurs en Europe, comme partout, comme toujours depuis la fin des Trente Glorieuses, et davan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tage encore depuis le règle de l’aus­­­­­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rité inau­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rée vers 2008. « Cette réforme est indis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sable, car ces dernières années, de plus en plus d’hô­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taux ont clôturé leurs comptes dans le rouge4 », précise encore l’INAMI.

25 réseaux dès le 1er janvier 2020

« La réforme permet­­­­­­­­­­­­­­­­­tra la réali­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­tion d’éco­­­­­­­­­­­­­­­­­no­­­­­­­­­­­­­­­­­mies » : c’est encore ce que Maggie De Block souli­­­­­­­­­­­­­­­­­gnait lors de son adop­­­­­­­­­­­­­­­­­tion à la Chambre le 14 février 2019, majo­­­­­­­­­­­­­­­­­rité contre oppo­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­tion. En pratique, tous les hôpi­­­­­­­­­­­­­­­­­taux du pays, univer­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­taires et non univer­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­taires, seront regrou­­­­­­­­­­­­­­­­­pés au sein de 25 réseaux cliniques loco­­­­­­­­­­­­­­­­­ré­­­­­­­­­­­­­­­­­gio­­­­­­­­­­­­­­­­­naux. Comment cela se concré­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­sera-t-il ? « Au sein d’un réseau, chaque hôpi­­­­­­­­­­­­­­­­­tal propo­­­­­­­­­­­­­­­­­sera les soins géné­­­­­­­­­­­­­­­­­raux, comme la chirur­­­­­­­­­­­­­­­­­gie courante ou les hospi­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­tions de jour. À côté de cela, ils passe­­­­­­­­­­­­­­­­­ront des accords entre eux pour l’offre de soins spécia­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­sés comme la mater­­­­­­­­­­­­­­­­­nité, les urgences ou encore les soins de bases des AVC. » L’en­­­­­­­­­­­­­­­­­semble des missions de soins spécia­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­sés sera donc proposé au sein de chaque réseau, mais pas dans chaque établis­­­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­­­ment. Seuls les soins les plus poin­­­­­­­­­­­­­­­­­tus, par exemple la chirur­­­­­­­­­­­­­­­­­gie onco­­­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­­­gique complexe ou la chirur­­­­­­­­­­­­­­­­­gie cardiaque, seront centra­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­sés dans des services hyper spécia­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­sés. Enfin, « les réseaux sont eux-mêmes respon­­­­­­­­­­­­­­­­­sables de l’or­­­­­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­tion interne de leur offre de soins5 ».

Critiques syndi­­­­­­­­­­­­­cales, critiques médi­­­­­­­­­­­­­cales

Cette réforme aura évidem­­­­­­­­­­­­­ment un impact impor­­­­­­­­­­­­­tant sur l’em­­­­­­­­­­­­­ploi de nombreuses personnes. Pour Yves Hellen­­­­­­­­­­­­­dorff, de la CNE, plusieurs risques majeurs existent. Le plus
impor­­­­­­­­­­­­­tant concerne les réaf­­­­­­­­­­­­­fec­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­tions géogra­­­­­­­­­­­­­phiques ou profes­­­­­­­­­­­­­sion­­­­­­­­­­­­­nelles : « Prenons
l’exemple d’une accou­­­­­­­­­­­­­cheuse. Si son service est supprimé/trans­­­­­­­­­­­­­féré à un autre hôpi­­­­­­­­­­­­­tal, elle a deux choix. Soit elle doit chan­­­­­­­­­­­­­ger de site, soit elle doit chan­­­­­­­­­­­­­ger de métier, en deve­­­­­­­­­­­­­nant infir­­­­­­­­­­­­­mière pédia­­­­­­­­­­­­­trique, par exemple. C’est la première de nos préoc­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­tions6 ». Une autre inquié­­­­­­­­­­­­­tude a trait aux statuts des employé.e.s, qui pour­­­­­­­­­­­­­raient passer d’un hôpi­­­­­­­­­­­­­tal public à un hôpi­­­­­­­­­­­­­tal privé. Par ailleurs, il est évident que certains emplois logis­­­­­­­­­­­­­tiques ou admi­­­­­­­­­­­­­nis­­­­­­­­­­­­­tra­­­­­­­­­­­­­tifs seront pure­­­­­­­­­­­­­ment et simple­­­­­­­­­­­­­ment suppri­­­­­­­­­­­­­més, ce qui est l’objec­­­­­­­­­­­­­tif des écono­­­­­­­­­­­­­mies d’échelle à réali­­­­­­­­­­­­­ser grâce aux réseaux. « On peut comprendre cette perte d’em­­­­­­­­­­­­­ploi, pour­­­­­­­­­­­­­suit Yves Hellen­­­­­­­­­­­­­dorf, si le but est de mieux réaf­­­­­­­­­­­­­fec­­­­­­­­­­­­­ter les moyens. Mais on veut une garan­­­­­­­­­­­­­tie que ceux-ci seront inves­­­­­­­­­­­­­tis dans les soins et le person­­­­­­­­­­­­­nel ». Enfin, le syndi­­­­­­­­­­­­­cat craint que la concer­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­tion sociale, qui reste canton­­­­­­­­­­­­­née à l’échelle des établis­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­ments, soit outre­­­­­­­­­­­­­pas­­­­­­­­­­­­­sée par des déci­­­­­­­­­­­­­sions qui se pren­­­­­­­­­­­­­dront surtout au niveau des réseaux.

Pixa­­­­­bay

Dans le monde médi­­­­­­­­­­­­­cal, des inquié­­­­­­­­­­­­­tudes spéci­­­­­­­­­­­­­fiques portent sur le déséqui­­­­­­­­­­­­­libre probable, au sein des réseaux, entre des centres de réfé­­­­­­­­­­­­­rence et les plus petits hôpi­­­­­­­­­­­­­taux. Sur base des réformes du même genre menées dans d’autres pays, notam­­­­­­­­­­­­­ment aux U.S.A., le docteur Philippe Devos aver­­­­­­­­­­­­­tit : « Les centres de réfé­­­­­­­­­­­­­rence sont déjà en géné­­­­­­­­­­­­­ral plus attrac­­­­­­­­­­­­­tifs pour les patients et les soignants, ont un marke­­­­­­­­­­­­­ting et une commu­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­tion désor­­­­­­­­­­­­­mais débri­­­­­­­­­­­­­dés, un contrôle des coûts plus effi­­­­­­­­­­­­­cient et des écono­­­­­­­­­­­­­mies d’échelles plus aisées. À terme, si un centre de réfé­­­­­­­­­­­­­rence voit le réseau comme un grand aspi­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­teur de patients, il ne laisse aux petits hôpi­­­­­­­­­­­­­taux que les soins urgents ou des patients indi­­­­­­­­­­­­­gents inca­­­­­­­­­­­­­pables de se dépla­­­­­­­­­­­­­cer jusqu’au grand centre. Ceci finit par mener les petits hôpi­­­­­­­­­­­­­taux à la faillite7. » Plus immé­­­­­­­­­­­­­dia­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­ment, certains s’alarment de la dispa­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­tion de services de proxi­­­­­­­­­­­­­mité pour­­­­­­­­­­­­­tant perfor­­­­­­­­­­­­­mants à cause de seuils quan­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­tifs trop exigeants dans la réforme : il faudrait par exemple un certain nombre d’opé­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­tions par an pour justi­­­­­­­­­­­­­fier du main­­­­­­­­­­­­­tien d’un service. Le présup­­­­­­­­­­­­­posé derrière cette idée est qu’un nombre trop faible de cas trai­­­­­­­­­­­­­tés entraîne une moins bonne qualité du service. Vision réduc­­­­­­­­­­­­­trice selon Serge Markie­­­­­­­­­­­­­wicz : « Nous sommes convain­­­­­­­­­­­­­cus que la centra­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­tion des soins ne sera béné­­­­­­­­­­­­­fique que si elle dépasse ce critère de volume pour suivre les indi­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­teurs du KCE (NDLR : le Centre Fédé­­­­­­­­­­­­­ral d’Ex­­­­­­­­­­­­­per­­­­­­­­­­­­­tise des Soins de Santé) et tenir compte de l’hu­­­­­­­­­­­­­main. Le nombre de patients pris en charge n’est pas seul garant de qualité8 ! »

D’un paysage de papier à la réalité de terrain

Entre l’ap­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­rente évidence des chiffres, la noblesse des inten­­­­­­­­­­­tions et le vécu des gens, il y a souvent un écart. Sur papier, la réforme du paysage hospi­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­lier semble logique : on regroupe des hôpi­­­­­­­­­­­taux en réseaux dans l’objec­­­­­­­­­­­tif d’amé­­­­­­­­­­­lio­­­­­­­­­­­rer les spéci­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­tés de chaque établis­­­­­­­­­se­­­­­­­­­ment, de faire des écono­­­­­­­­­­­mies et, in fine, d’amé­­­­­­­­­lio­­­­­­­­­rer les soins. Mais les patients ne vivent pas dans un paysage de papier : dans la vraie vie, ils auront à choi­­­­­­­­­­­sir un hôpi­­­­­­­­­­­tal plutôt qu’un autre. Ainsi, souligne Florence Daury, l’or­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­tion en réseaux « serait pleine de bon sens si les hôpi­­­­­­­­­taux, de par leur auto­­­­­­­­­­­no­­­­­­­­­­­mie budgé­­­­­­­­­­­taire et dans certains cas, leur inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dé­­­­­­­­­­­pen­­­­­­­­­­­dance à une commune ou une inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­com­­­­­­­­­­­mu­­­­­­­­­­­nale, n’avaient pas à entrer en concur­­­­­­­­­­­rence les uns avec les autres. Les déci­­­­­­­­­­­sions de rappro­­­­­­­­­­­che­­­­­­­­­­­ment sont entre les mains de conseils d’ad­­­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­­­nis­­­­­­­­­­­tra­­­­­­­­­­­tion qui naviguent à vue, entre les béné­­­­­­­­­­­fices de la mutua­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­tion des infra­s­­­­­­­­­­truc­­­­­­­­­­­tures et le risque de perdre leurs services les plus lucra­­­­­­­­­­­tifs et/ou de garder les plus défi­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­tai­­res9. » Et cette concur­­­­­­­­­­­rence a un effet dans les deux prin­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­paux leviers de finan­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­ment, à la fois via le BMF (Budget des Moyens Finan­­­­­­­­­­­ciers, dépen­­­­­­­­­­­dant du SPF Santé publique, calculé sur base de forfaits et repré­­­­­­­­­­­sen­­­­­­­­­­­tant envi­­­­­­­­­ron 40% du finan­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­ment) et les hono­­­­­­­­­­­raires (envi­­­­­­­­­­­ron 40% égale­­­­­­­­­­­ment, et dont les supplé­­­­­­­­­ments peuvent être très variables d’un méde­­­­­­­­­cin à l’autre et d’un hôpi­­­­­­­­­­­tal à l’autre).

Cette réforme n’est pas en elle-même porteuse de l’en­­­­­­­­­semble des problèmes qui touchent le secteur hospi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­lier. Sans doute même peut-elle en résoudre quelques-uns. Mais il n’em­­­­­­­­­pêche : elle s’in­­­­­­­­­tègre à une tendance lourde, celle qui dessine la carte des évolu­­­­­­­­­tions depuis un point de vue tech­­­­­­­­­nico-comp­­­­­­­­­table qui place le respect des  contraintes budgé­­­­­­­­­taires au sommet de la hiérar­­­­­­­­­chie des prio­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­tés. Or ce n’est qu’un élément parmi d’autres. Les gens, patient.e.s et person­­­­­­­­­nel hospi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­lier, ont sûre­­­­­­­­­ment d’ex­­­­­­­­­cel­­­­­­­­­lents conseils à donner, un autre ordre de prio­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­tés à établir depuis un autre point de vue. Comment les hôpi­­­­­­­­­taux s’agencent dans un paysage global, ils n’en ont cure au fond. Ce qui compte pour eux, n’est-ce pas la qualité et l’ac­­­­­­­­­ces­­­­­­­­­si­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­lité du soin, qualité qui n’est pas seule­­­­­­­­­ment tech­­­­­­­­­nique mais aussi rela­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­nelle, humaine ? Et au niveau socié­­­­­­­­­tal, comme le rappelle à juste titre Florence Daury, les soins de santé font partie d’un système de soli­­­­­­­­­da­­­­­­­­­rité, la sécu­­­­­­­­­rité sociale, dont on fait peser certains ajus­­­­­­­­­te­­­­­­­­­ments budgé­­­­­­­­­taires sur le fonc­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­ment des hôpi­­­­­­­­­taux. C’est grave. Car «  notre système de soli­­­­­­­­­da­­­­­­­­­rité est aussi le fruit d’un constat : quand les citoyens craignent pour leur santé, leurs compor­­­­­­­­­te­­­­­­­­­ments et leurs votes sont dictés par la crainte. La menace qui en découle est autre­­­­­­­­­ment plus grave qu’un défi­­­­­­­­­cit de la sécu. »

Autre­­­­­­­­­ment dit, respec­­­­­­­­­ter le budget, c’est raison­­­­­­­­­nable, mais l’ajus­­­­­­­­­ter, ce qui est indis­­­­­­­­­pen­­­­­­­­­sable pour la vie et pour la soli­­­­­­­­­da­­­­­­­­­rité collec­­­­­­­­­tive, c’est au fond encore plus raison­­­­­­­­­nable. Et comme disait le géné­­­­­­­­­ral de Gaulle, a fortiori s’il a nié l’avoir dit et même jamais pensé : « l’in­­­­­­­­­ten­­­­­­­­­dance suivra ». Il s’agis­­­­­­­­­sait de libé­­­­­­­­­rer la France. C’était d’une première impor­­­­­­­­­tance. Soigner les gens ne l’est pas moins. L’in­­­­­­­­­ten­­­­­­­­­dance budgé­­­­­­­­­taire, en la matière, est essen­­­­­­­­­tielle mais doit forcé­­­­­­­­­ment rester seconde.


1. Thomas Cler­­­get, « Les urgen­­­tistes dénoncent de nouvelles ferme­­­tures de lits dans les hôpi­­­taux cet été », Basta­­­mag, 3 juillet 2019.
2. « Les ferme­­­tures d’hô­­­pi­­­taux sont possibles, pas obli­­­ga­­­toires », Commu­­­niqué Belga, 5 avril 2017.
3. Idem.
4. https://www.inami.fgov.be/fr
5. « Réseaux hospi­­­ta­­­liers dès 2020 : feu vert de la Chambre », expli­­­ca­­­tions sur le site du Guide Social, 15/02/19, https://pro.guide­­­so­­­cial.be.
6. « Réforme des réseaux hospi­­­ta­­­liers : l’inquié­­­tude des syndi­­­cats ! », Le Guide Social, 19/02/19, https://pro.guide­­­so­­­cial.be.
7. « Carte blanche : comment éviter les dysfonc­­­tion­­­ne­­­ments de la réforme hospi­­­ta­­­lière », dans Le Soir, 13/06/2017, par le Dr Philippe Devos, chef de Service des Soins inten­­­sifs, président du Conseil Médi­­­cal CHC Liège, admi­­­nis­­­tra­­­teur fédé­­­ral ABSYM/BVAS.
8. Lettre ouverte à Maggie De Block : « Pas de centra­­­li­­­sa­­­tion des soins à tout prix », par le Dr Serge Markie­­­wicz, chef du service de chirur­­­gie abdo­­­mi­­­nale des Cliniques Saint-Joseph (CHC), 11/01/2019 sur Medi-Sphère, https://www.medi-sphere.be/fr
9. « Réforme du paysage hospi­­­ta­­­lier : la loi de la jungle », une opinion de Florence
Daury, char­­­gée de la gestion du Centre d’études et de recherches en admi­­­nis­­­tra­­­tion publique (CERAP) à l’ULB, dans La Libre, le mardi 30 juillet 2019