Analyses

LE TOURISME PRÊT À REDÉCOLLER ? (Juin 2021)

Guillaume Lohest, Contraste Juin 2021

Jan Vašek de Pixa­­­­­­­­­­­­­­­bay

Un dauphin aperçu dans les eaux de Venise rede­­­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­­­nues limpides. Le témoi­­­­­­­­­­­­­­­gnage d’une certaine Malika sur Face­­­­­­­­­­­­­­­book, annonçant qu’elle perd son emploi dans une agence de voyage. La saga du passe­­­­­­­­­­­­­­­port sani­­­­­­­­­­­­­­­taire euro­­­­­­­­­­­­­­­péen. Voyez-vous un point commun entre ces trois « événe­­­­­­­­­­­­­­­ments » ? Non, il y en a deux ! Le Covid, évidem­­­­­­­­­­­­­­­ment… mais aussi le tourisme inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­­­­­­­nal : un immense moteur écono­­­­­­­­­­­­­­­mique qui pesait 10 % du PIB mondial et repré­­­­­­­­­­­­­­­sen­­­­­­­­­­­­­­­tait près de 15 % des emplois en 2019.

Que la pandé­­­­­­­­­­­­­­­mie soit une oppor­­­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­­­nité pour une mino­­­­­­­­­­­­­­­rité d’en­­­­­­­­­­­­­­­tre­­­­­­­­­­­­­­­prises, nul ne le contes­­­­­­­­­­­­­­­tera. Néan­­­­­­­­­­­­­­­moins, pour la grande majo­­­­­­­­­­­­­­­rité d’entre elles, le Covid est une catas­­­­­­­­­­­­­­­trophe. Le secteur touris­­­­­­­­­­­­­­­tique fait partie des plus grandes victimes. Rien qu’en 2020, on parle de 1.300 milliards de dollars perdus pour le secteur, le nombre de voyages inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­­­­­­­naux ayant chuté de… 74 % ! Ce chiffre colos­­­­­­­­­­­­­­­sal se décline évidem­­­­­­­­­­­­­­­ment en mille et une réali­­­­­­­­­­­­­­­tés dans le monde entier : pertes d’em­­­­­­­­­­­­­­­plois et chute de reve­­­­­­­­­­­­­­­nus pour des millions de travailleurs dont l’ac­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­vité dépend direc­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­ment ou indi­­­­­­­­­­­­­­­rec­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­ment du tourisme. L’OMT (Orga­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­tion mondiale du tourisme) estime à 120 millions le nombres d’em­­­­­­­­­­­­­­­plois mena­­­­­­­­­­­­­­­cés. Nul doute que « 2020 aura été la pire année de l’his­­­­­­­­­­­­­­­toire du tourisme avec 1 milliard d’ar­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­vées inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­­­­­­­nales en moins » par rapport à 2019. S’il y a bien une chose qui est certaine, c’est que le Covid-19 n’est pas un complot orga­­­­­­­­­­­­­­­nisé par le lobby du touris­­­­­­­­­­­­­­­me…

Et pour­­­­­­­­­­­­­­­tant. Remon­­­­­­­­­­­­­­­tons à peine deux ans en arrière, au moment de la publi­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­tion du baro­­­­­­­­­­­­­­­mètre OMT pour l’an­­­­­­­­­­­­­­­née 2019. « Dans le contexte actuel, incer­­­­­­­­­­­­­­­tain et chan­­­­­­­­­­­­­­­geant, le tourisme reste un secteur écono­­­­­­­­­­­­­­­mique sur lequel on peut s’ap­­­­­­­­­­­­­­­puyer » affir­­­­­­­­­­­­­­­mait alors le secré­­­­­­­­­­­­­­­taire géné­­­­­­­­­­­­­­­ral de l’or­­­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­tion, Zurab Polo­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­ka­­­­­­­­­­­­­­­sh­­­­­­­­­­­­­­­vili. Les chiffres parlaient d’eux-mêmes : 2019 était alors la dixième année consé­­­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­­­tive d’aug­­­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­tion du tourisme mondial, avec 1,5 milliard d’ar­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­vées inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­­­­­­­nales et 4 % de crois­­­­­­­­­­­­­­­sance sur l’an­­­­­­­­­­­­­­­née, après des années record en 2017 (+7%) et 2018 (+6%). Ces chiffres lais­­­­­­­­­­­­­­­saient présa­­­­­­­­­­­­­­­ger que l’éco­­­­­­­­­­­­­­­no­­­­­­­­­­­­­­­mie du voyage tour­­­­­­­­­­­­­­­nait bien, et repré­­­­­­­­­­­­­­­sen­­­­­­­­­­­­­­­tait une valeur sûre !

Cette soudaine mise à l’ar­­­­­­­­­­­­­­­rêt du tourisme inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­­­­­­­nal est une leçon d’hu­­­­­­­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­­­­­­­lité pour l’ar­­­­­­­­­­­­­­­ro­­­­­­­­­­­­­­­gance des discours des écono­­­­­­­­­­­­­­­mistes, consi­­­­­­­­­­­­­­­dé­­­­­­­­­­­­­­­rés depuis des décen­­­­­­­­­­­­­­­nies comme les prophètes de l’évo­­­­­­­­­­­­­­­lu­­­­­­­­­­­­­­­tion du monde. Le Covid est un premier aver­­­­­­­­­­­­­­­tis­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­ment sévère : le réel ne se plie pas à des modèles de crois­­­­­­­­­­­­­­­sance. Il est parti­­­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­­­liè­­­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­­­ment cocasse de relire les mots d’in­­­­­­­­­­­­­­­tro­­­­­­­­­­­­­­­duc­­­­­­­­­­­­­­­tion au baro­­­­­­­­­­­­­­­mètre 2019 de l’OMT cité plus haut, qui affir­­­­­­­­­­­­­­­mait : « Cette crois­­­­­­­­­­­­­­­sance confirme le rôle moteur du tourisme et sa rési­­­­­­­­­­­­­­­lience en tant que secteur écono­­­­­­­­­­­­­­­mique, eu égard en parti­­­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­­­lier aux incer­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­tudes actuelles. » Rési­­­­­­­­­­­­­­­lience, vrai­­­­­­­­­­­­­­­ment ? Ce mot ne peut que mentir quand il est utilisé pour vendre des tendances de marché.

Un autre tourisme est-il possible ? Un « tourisme d’après » ? Notons que la néces­­­­­­­­­­­­­­­sité de chan­­­­­­­­­­­­­­­ger ne date évidem­­­­­­­­­­­­­­­ment pas du Covid, lequel « n’a fait qu’am­­­­­­­­­­­­­­­pli­­­­­­­­­­­­­­­fier une néces­­­­­­­­­­­­­­­sité déjà patente depuis des années. Jusqu’en 2019, les excès de toutes sortes avaient, en partie au moins, été dissi­­­­­­­­­­­­­­­mu­­­­­­­­­­­­­­­lés par une crois­­­­­­­­­­­­­­­sance inin­­­­­­­­­­­­­­­ter­­­­­­­­­­­­­­­rom­­­­­­­­­­­­­­­pue : satu­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­tion de terri­­­­­­­­­­­­­­­toires qui, à l’ins­­­­­­­­­­­­­­­tar des Baléares, esti­­­­­­­­­­­­­­­maient déjà qu’ils deve­­­­­­­­­­­­­­­naient trop dépen­­­­­­­­­­­­­­­dants d’une acti­­­­­­­­­­­­­­­vité touris­­­­­­­­­­­­­­­tique dont le rende­­­­­­­­­­­­­­­ment décrois­­­­­­­­­­­­­­­sait ; lassi­­­­­­­­­­­­­­­tude des habi­­­­­­­­­­­­­­­tants de nombreux lieux, qui voyaient les touristes boule­­­­­­­­­­­­­­­ver­­­­­­­­­­­­­­­ser des parts de plus en plus impor­­­­­­­­­­­­­­­tantes de leur univers quoti­­­­­­­­­­­­­­­dien ; satu­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­tion, enfin, de la planète, mena­­­­­­­­­­­­­­­cée par le réchauf­­­­­­­­­­­­­­­fe­­­­­­­­­­­­­­­ment clima­­­­­­­­­­­­­­­tique et l’em­­­­­­­­­­­­­­­prise crois­­­­­­­­­­­­­­­sante des hommes sur des écosys­­­­­­­­­­­­­­­tèmes fragiles . »

Le Covid, avec les prises de conscience qui l’ont accom­­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­­gné, pourra-t-il enfin modi­­­­­­­­­­­­­­­fier l’ap­­­­­­­­­­­­­­­proche des acteurs du tourisme ? Après un tel élec­­­­­­­­­­­­­­­tro­­­­­­­­­­­­­­­choc, que peut-on espé­­­­­­­­­­­­­­­rer ? Envi­­­­­­­­­­­­­­­sage-t-on un revi­­­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­­­ment, un chan­­­­­­­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­­­­­­­ment de para­­­­­­­­­­­­­­­digme ? Les consom­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­teurs-touristes ont-ils changé leur fusil d’épaule ? Sont-ils prêts à voya­­­­­­­­­­­­­­­ger autre­­­­­­­­­­­­­­­ment ?

Peut-être sentez-vous poindre un peu d’iro­­­­­­­­­­­­­­­nie dans ces ques­­­­­­­­­­­­­­­tions. C’est qu’en effet, l’été 2021 ne semble pas être celui de la remise en ques­­­­­­­­­­­­­­­tion de nos façons de voya­­­­­­­­­­­­­­­ger. La seule ques­­­­­­­­­­­­­­­tion qui a occupé le débat public – mais aussi les discus­­­­­­­­­­­­­­­sions entre amis et entre collègues à ce sujet – est : « quand va-t-on à nouveau pouvoir partir ? » (sous-entendu : comme avant). Il est ques­­­­­­­­­­­­­­­tion de « reprise » du tourisme, et les sondages écono­­­­­­­­­­­­­­­miques s’in­­­­­­­­­­­­­­­ter­­­­­­­­­­­­­­­rogent sur le moment où l’on retrou­­­­­­­­­­­­­­­vera les « niveaux de 2019 » (sic). Cela ne laisse guère présa­­­­­­­­­­­­­­­ger d’un « monde d’après » dans lequel le tourisme aurait profon­­­­­­­­­­­­­­­dé­­­­­­­­­­­­­­­ment changé de natu­­­­­­­­­­­­­­­re…

Qui faut-il blâmer ? Un réflexe mili­­­­­­­­­­­­­­­tant pour­­­­­­­­­­­­­­­rait nous pous­­­­­­­­­­­­­­­ser à dénon­­­­­­­­­­­­­­­cer les pratiques de l’in­­­­­­­­­­­­­­­dus­­­­­­­­­­­­­­­trie touris­­­­­­­­­­­­­­­tique, comme si le problème ne touchait pas aussi chacun.e de celles et ceux qui ont les moyens de voya­­­­­­­­­­­­­­­ger aujourd’­­­­­­­­­­­­­­­hui, c’est-à-dire envi­­­­­­­­­­­­­­­ron 60 % des citoyens de pays occi­­­­­­­­­­­­­­­den­­­­­­­­­­­­­­­taux . Selon Saskia Cousin, une socio­­­­­­­­­­­­­­­logue et anthro­­­­­­­­­­­­­­­po­­­­­­­­­­­­­­­logue du tourisme, il y a un déca­­­­­­­­­­­­­­­lage entre l’ima­­­­­­­­­­­­­­­gi­­­­­­­­­­­­­­­naire du tourisme inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­­­­­­­nal (avion, plages, piscine) et les moti­­­­­­­­­­­­­­­va­­­­­­­­­­­­­­­tions profondes des gens : « L’im­­­­­­­­­­­­­­­por­­­­­­­­­­­­­­­tant c’est de se poser la ques­­­­­­­­­­­­­­­tion des récits et des valeurs asso­­­­­­­­­­­­­­­ciées au voyage en sortant de l’ima­­­­­­­­­­­­­­­gi­­­­­­­­­­­­­­­naire de l’avion. Car dans la réalité des pratiques, la plupart des gens voyagent autre­­­­­­­­­­­­­­­ment que ce que nous montrent ces images. La majo­­­­­­­­­­­­­­­rité des gens cherchent d’abord à se retrou­­­­­­­­­­­­­­­ver en famille, entre amis, pour se repo­­­­­­­­­­­­­­­ser. Le désir de vacances près de chez soi, doit être respecté en soi, d’au­­­­­­­­­­­­­­­tant plus que ce sont ces personnes qui font vivre les terri­­­­­­­­­­­­­­­toires ».

Comme dans d’autres domaines – pensons par exemple à l’ali­­­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­tion –, le déve­­­­­­­­­­­­­­­lop­­­­­­­­­­­­­­­pe­­­­­­­­­­­­­­­ment d’al­­­­­­­­­­­­­­­ter­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­tives est primor­­­­­­­­­­­­­­­dial pour aider à quit­­­­­­­­­­­­­­­ter cet imagi­­­­­­­­­­­­­­­naire touris­­­­­­­­­­­­­­­tique domi­­­­­­­­­­­­­­­nant. Mais il n’est pas suffi­­­­­­­­­­­­­­­sant et risque de n’être qu’une « tendance » mino­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­taire seule­­­­­­­­­­­­­­­ment connue de quelques touristes vertueux ou bran­­­­­­­­­­­­­­­chés. « Il faut bien sûr conti­­­­­­­­­­­­­­­nuer à travailler sur l’offre, en produi­­­­­­­­­­­­­­­sant des offres durables, écolo­­­­­­­­­­­­­­­gique­­­­­­­­­­­­­­­ment respon­­­­­­­­­­­­­­­sables, des inno­­­­­­­­­­­­­­­va­­­­­­­­­­­­­­­tions pour gérer les flux de touris­­­­­­­­­­­­­­­tes… Mais quid de la demande ? Comment soutient-on les partants, mais aussi les non-partants ? » s’in­­­­­­­­­­­­­­­ter­­­­­­­­­­­­­­­roge Bertrand Réau, co-auteur avec Saskia Cousin d’une Socio­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­gie du tourisme . Selon lui, il est néces­­­­­­­­­­­­­­­saire de travailler à une véri­­­­­­­­­­­­­­­table « poli­­­­­­­­­­­­­­­tique du temps libre ». Cela implique de consi­­­­­­­­­­­­­­­dé­­­­­­­­­­­­­­­rer que le « temps libre prolongé, notam­­­­­­­­­­­­­­­ment des congés et des vacances, est un temps de produc­­­­­­­­­­­­­­­tion de liens sociaux, d’ap­­­­­­­­­­­­­­­pren­­­­­­­­­­­­­­­tis­­­­­­­­­­­­­­­sage, de socia­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­tion et pas seule­­­­­­­­­­­­­­­ment un temps vacant laissé aux inéga­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­tés des uns et des autres et au libre cours, sans avoir le moindre enjeu poli­­­­­­­­­­­­­­­tique. »

L’as­­­­­­­­­­­­­­­pi­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­tion au voyage est irré­­­­­­­­­­­­­­­sis­­­­­­­­­­­­­­­tible. Le besoin de sortir du quoti­­­­­­­­­­­­­­­dien est indis­­­­­­­­­­­­­­­pen­­­­­­­­­­­­­­­sable. Comment tenir compte et prendre soin de ces réali­­­­­­­­­­­­­­­tés fonda­­­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­­­tales tout en dimi­­­­­­­­­­­­­­­nuant dras­­­­­­­­­­­­­­­tique­­­­­­­­­­­­­­­ment le tourisme inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­­­­­­­nal ? Comment dimi­­­­­­­­­­­­­­­nuer dras­­­­­­­­­­­­­­­tique­­­­­­­­­­­­­­­ment le tourisme inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­­­­­­­nal tout en prenant soin de la qualité de vie des personnes dont le revenu en dépend à l’heure actuelle ? Ce nœud entre imagi­­­­­­­­­­­­­­­naire (du voyage), besoins (de temps libéré), contraintes (du réel et des limites envi­­­­­­­­­­­­­­­ron­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­­­tales) et marché (touris­­­­­­­­­­­­­­­tique) ne pourra pas être démêlé à l’em­­­­­­­­­­­­­­­porte-pièce, ni par les refrains de la « reprise », ni par les publi­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­tés des agences de voyage, ni par quelques slogans mili­­­­­­­­­­­­­­­tants. Il faudra, encore et toujours, après les vacances, faire de la poli­­­­­­­­­­­­­­­tique – au sens noble du terme.


  1. « Le tourisme mondial conso­­­­­­­­­­­­­lide sa crois­­­­­­­­­­­­­sance en 2019 », OMT, https://www.unwto.org, janvier 2020
  2. Rémy Knafou, « Après le Covid, le tourisme repar­­­­­­­­­­­­­tira. Il importe que ce rebond ne se fasse pas sur des bases iden­­­­­­­­­­­­­tiques », Tribune dans Le Monde, 7 mai 2021.
  3. Données pour la France : 40 % des gens ne partent jamais.
  4. Saskia Cousin (Socio­­­­­­­­­­­­­logue) : « Ce n’est pas parce qu’il y a moins de tourisme inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­tio­­­­­­­­­­­­­nal qu’il y aura moins de voyage », propos recueillis par Romain Pommier, TourMag, le 17 novembre 2020.
  5. Bertrand Réau : « Quels enjeux pour le tourisme et les loisirs en temps de crise ? », Entre­­­­­­­­­­­­­tien avec Bertrand Réau, profes­­­­­­­­­­­­­seur du CNAM, titu­­­­­­­­­­­­­laire de la Chaire « Tourisme voyage et loisirs », propos recueillis par Anaïs Borios, TourMag, le Jeudi 17 décembre 2020.
  6. Saskia Cousin et Bertrand Réau, Socio­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­gie du tourisme, La Décou­­­­­­­­­­­­­verte, 2016.

_