Analyses

UN ETAT SOCIAL TRÈS ACTIF… DANS LA CHASSE À LA FRAUDE SOCIALE (Avril 2022)

Samuel Legros, Contrastes avril 2022, p 19 à 20

©iStock

La violence insti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nelle envers les personnes préca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sées se géné­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lise depuis l’ins­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tau­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion du mal nommé « Etat social actif » dans les années 90 (voir inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­view de Céline Nieu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­wen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­huys). Depuis lors en effet, l’aide sociale n’est plus une obli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion, mais un droit sous condi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions. La lutte contre la fraude sociale est une autre expres­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion de cette violence. Surtout quand on la compare avec la lutte contre la fraude fiscale.

En septembre 2021, le Procu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­reur géné­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ral de Bruxelles aver­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sait : vu l’état des effec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tifs de la police judi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ciaire, le choix a été fait de limi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter le trai­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment des enquêtes « Ecofin » (les enquêtes touchant à la crimi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lité finan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cière, comme le blan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­chi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment d’argent ou la fraude fiscale). Le juge d’ins­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­truc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion Michel Claise, spécia­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lisé dans les matières finan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cières, le martèle1 : cet état de fait est une catas­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­trophe, surtout vu les sommes que ces dossiers repré­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sentent. On estime en effet que le manque à gagner de l’Etat lié à la fraude fiscale s’élève à 20 milliards d’eu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ros. Ceux-ci viennent s’ajou­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter à la perte pour le budget belge d’entre 22 et 31 milliards d’eu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ros liés à l’éva­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion fiscale. Près de 6% du PIB belge. L’équi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­valent du défi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cit budgé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taire natio­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nal. Eton­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nam­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, la volonté poli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tique ne semble pas orien­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tée vers la lutte contre la fraude et l’éva­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion fiscale.

4% de frau­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­deurs au RIS… contre 60% qui n’y ont pas accès
Le manque de volon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­risme pour suivre les affaires de crimi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lité finan­­­­­­­­­­­­­­­­­ cière contraste avec les moyens qui sont mis en œuvre dans la lutte contre la fraude sociale2 , et notam­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment dans la lutte contre la fraude aux pres­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions sociales. Pensons par exemple à l’ex­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ten­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion constante des compé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tences d’enquête des travailleurs sociaux des CPAS et des insti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions de la sécu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rité sociale (ONSS, INASTI, INAMI, ONEM, etc.).

Lors du dernier conclave budgé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taire (octobre 2021), le gouver­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment De Croo a d’ailleurs décidé d’en­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ger 45 personnes supplé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taires pour venir renfor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cer les services d’ins­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion sociale.

La fraude aux allo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions (ou pres­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions) sociales peut prendre diffé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rentes formes : travail au noir, fraude à la domi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lia­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion (comme par exemple la non-décla­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion d’un statut de coha­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tant), fraude aux allo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions fami­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­liales, etc.3

La lutte contre la fraude aux pres­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions sociales vise dans la très grande partie des cas, des personnes forte­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment fragi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sées. Les rapports de l’ADAS4 ou le travail des Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­laires et du MOC de Namur présentent notam­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment plusieurs témoi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gnages qui mettent en évidence la souf­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­france due à la manière dont les personnes vivent les contrôles toujours plus intru­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sifs des CPAS.

A la fin 2013, la ministre des Affaires sociales Maggie De Block comman­­­­­­­­­­­­­­­­­­­di­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tait une enquête auprès de tous les CPAS de Belgique5 pour quan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fier l’am­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pleur de ces fraudes aux allo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions sociales. Si l’on compare le nombre de fraudes consta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tées au nombre moyen de béné­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ciaires des CPAS qui ont répondu à cette ques­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion, le pour­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tage de fraude s’élève à 4,14% pour le revenu d’in­­­­­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion, 4,47% pour l’aide sociale équi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­va­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lente et 1,69% pour l’aide médi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cale.

Un phéno­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mène presque anec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­do­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tique qui contraste de manière violente avec le discours poli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tique qui érige cette lutte en prio­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rité. Une violence d’au­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tant plus forte quand on envi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sage le problème par l’autre bout de la lorgnette : celui du non-recours aux droits sociaux. Ici, les chiffres sont autre­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment plus signi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tifs. D’après une étude6 réali­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sée plus ou moins au même moment que le rapport comman­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dité par la ministre De Block, 57% à 76% des ayants droit au RIS n’y ont concrè­­­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment pas accès !

La lutte contre la fraude sociale, une prio­­­­­­­­­­­­­­­­­rité gouver­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­­­­­tale
En mars 2022, on apprend que le gouver­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­ment a dépassé ses ambi­­­­­­­­­­­­­­­­­tions : la lutte contre la fraude sociale a rapporté 342 millions d’eu­­­­­­­­­­­­­­­­­ros au budget belge. Le gouver­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­ment avait budgé­­­­­­­­­­­­­­­­­tisé 200 millions d’eu­­­­­­­­­­­­­­­­­ros pour 2021 et 2022. L’in­­­­­­­­­­­­­­­­­fla­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des moyens mis dans la lutte contre la fraude sociale est payante. Pour­­­­­­­­­­­­­­­­­tant, sans hiérar­­­­­­­­­­­­­­­­­chi­­­­­­­­­­­­­­­­­ser les diffé­­­­­­­­­­­­­­­­­rents types de fraude, notons quand même que la diffé­­­­­­­­­­­­­­­­­rence avec ce que pour­­­­­­­­­­­­­­­­­rait rappor­­­­­­­­­­­­­­­­­ter une réelle
lutte contre la fraude fiscale et l’éva­­­­­­­­­­­­­­­­­sion fiscale ques­­­­­­­­­­­­­­­­­tionne. Pour de nombreux auteurs, les barrières admi­­­­­­­­­­­­­­­­­nis­­­­­­­­­­­­­­­­­tra­­­­­­­­­­­­­­­­­tives posées entre le deman­­­­­­­­­­­­­­­­­deur d’aide et son droit visent à complexi­­­­­­­­­­­­­­­­­fier (et donc décou­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­ger) les procé­­­­­­­­­­­­­­­­­dures d’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­cès aux droits sociaux (le discours poli­­­­­­­­­­­­­­­­­tique parle trom­­­­­­­­­­­­­­­­­peu­­­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­­­ment de « méca­­­­­­­­­­­­­­­­­nismes de régu­­­­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­­­­tion de la demande » !).

A mesure de cette complexi­­­­­­­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des procé­­­­­­­­­­­­­­­­­dures d’ob­­­­­­­­­­­­­­­­­ten­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des droits sociaux, les ayants droit sont plon­­­­­­­­­­­­­­­­­gés toujours plus profon­­­­­­­­­­­­­­­­­dé­­­­­­­­­­­­­­­­­ment dans un rôle de quéman­­­­­­­­­­­­­­­­­deur. Ceci explique qu’une des causes de non-recours aux droits sociaux est la non-demande du droit par les personnes qui y seraient pour­­­­­­­­­­­­­­­­­tant éligibles. En effet, le déve­­­­­­­­­­­­­­­­­lop­­­­­­­­­­­­­­­­­pe­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, ces dernières années, de discours poli­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques repré­­­­­­­­­­­­­­­­­sen­­­­­­­­­­­­­­­­­tant le béné­­­­­­­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­­­­­­­ciaire d’aide comme poten­­­­­­­­­­­­­­­­­tiel­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­ment frau­­­­­­­­­­­­­­­­­deur et se complai­­­­­­­­­­­­­­­­­sant dans une posture d’as­­­­­­­­­­­­­­­­­sisté décou­­­­­­­­­­­­­­­­­rage très proba­­­­­­­­­­­­­­­­­ble­­­­­­­­­­­­­­­­­ment les ayants droit d’ef­­­­­­­­­­­­­­­­­fec­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­­­­­ment reven­­­­­­­­­­­­­­­­­diquer leurs droits.

Notes de bas de page

1. Voir par exemple, l’ar­­­­­­­­­­­­­ticle de La Libre Belgique du 24 septembre 2021 : « Michel Claise, juge d’ins­­­­­­­­­­­­­truc­­­­­­­­­­­­­tion à Bruxelles : « Nous sommes dans un pays corrompu, c’est quelque chose d’épou­­­­­­­­­­­­­van­­­­­­­­­­­­­table » ».
2. La notion de « fraude sociale » regroupe un certain nombre de domaines liés aux légis­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­tions sociales. Dans son « Plan stra­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­gique
de lutte contre la fraude sociale et le dumping social 2022–2025 », le gouver­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­ment De Croo rappelle ce que cette lutte englobe :
• lutte contre le dumping social
• lutte contre le travail non déclaré
• lutte contre la fraude aux coti­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­tions
• lutte contre la fraude aux allo­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­tions
• lutte contre la traite des êtres humains et l’ex­­­­­­­­­­­­­ploi­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­tion écono­­­­­­­­­­­­­mique
3. Pour conti­­­­­­­­­­­­­nuer dans les exemples chif­­­­­­­­­­­­­frés, signa­­­­­­­­­­­­­lons que la fraude à la domi­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­lia­­­­­­­­­­­­­tion repré­­­­­­­­­­­­­sente 24 millions d’eu­­­­­­­­­­­­­ros en Belgique. La fraude aux allo­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­tions fami­­­­­­­­­­­­­liales, un peu plus de 2 millions.
4. L’as­­­­­­­­­­­­­so­­­­­­­­­­­­­cia­­­­­­­­­­­­­tion de défense des allo­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­taires sociaux. https://www.adasasbl.be/
5. PWC, « SPP Inté­­­­­­­­­­­­­gra­­­­­­­­­­­­­tion Sociale. Etude sur la fraude sociale au sein des CPAS. Rapport final ». https://www.mi-is.be/fr/etudes-publi­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­tions-statis­­­­­­­­­­­­­tiques/etude-fraude-sociale-dans-lesc­­­­­­­­­­­­­pas. Notons que la même année, et malgré la faiblesse des résul­­­­­­­­­­­­­tats de l’enquête, la ministre De Block proposa tout de même d’ins­­­­­­­­­­­­­tau­­­­­­­­­­­­­rer un système d’in­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­tant finan­­­­­­­­­­­­­cier pour encou­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­ger les CPAS dans leur lutte contre la fraude sociale. Heureu­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­ment, ceux-ci ont refusé.
6. Bouckaert & Schok­­­­­­­­­­­­­kaert, « L’ac­­­­­­­­­­­­­cès au revenu d’in­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­gra­­­­­­­­­­­­­tion sociale », 2011.