Analyses

Sous le masque, un besoin vital de sourires (Mars-Avril 2021)

Clau­­­­­­­­­­­­­­­­­dia Bene­­­­­­­­­­­­­­­­­detto, Contrastes mars-avril 2021, p3–5

Aujourd’­­­­­­­­­­­­­­­­­­­hui, plus qu’en n’im­­­­­­­­­­­­­­­­­­­porte quel autre temps, une pensée nous­­ frappe inva­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ria­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ble­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment l’es­­­­­­­­­­­­­­­­­­­prit : « Nous avons besoin de lien social ! » Une éviden­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ce… qui aujourd’­­­­­­­­­­­­­­­­­­­hui devient un éten­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dard, un cri de déses­­­­­­­­­­­­­­­­­­­poir face à la crise sani­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taire que nous connais­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sons tous sans excep­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion. Nous avons besoin de : dire, embras­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ser, rire, crier, pleu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rer, être ensemble, se regar­­­­­­­­­­­­­­­­­­­der, se toucher. Ce manque criant de liens, de chaleur humaine provoque des dégâts que nous aurons encore à évaluer.

Santé mentale

Lors de la première vague, en mars 2020, le Conseil supé­­­­­­­­­­­­­­­­­rieur de la santé décla­­­­­­­­­­­­­­­­­rait déjà que la COVID-19 aurait des réper­­­­­­­­­­­­­­­­­cus­­­­­­­­­­­­­­­­­sions à long terme sur la santé mentale, en parti­­­­­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­­­­­lier sur celle des personnes qui vivent sépa­­­­­­­­­­­­­­­­­rées de leurs familles ou de leurs proches. En effet, nous ne sommes pas tous égaux face aux troubles mentaux. Les personnes qui ont un problème psychique préexis­­­­­­­­­­­­­­­­­tant ou qui ont un statut socio-écono­­­­­­­­­­­­­­­­­mique faible sont plus expo­­­­­­­­­­­­­­­­­sées que les autres. Mais les 18–24 ans, les familles mono­­­­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­­­­ren­­­­­­­­­­­­­­­­­tales et les allo­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­taires sociaux sont aussi consi­­­­­­­­­­­­­­­­­dé­­­­­­­­­­­­­­­­­rés comme des groupes à risque. Lors de la deuxième vague, on a pu consta­­­­­­­­­­­­­­­­­ter que la santé mentale des Belges s’est dété­­­­­­­­­­­­­­­­­rio­­­­­­­­­­­­­­­­­rée. Chez les 18 ans et plus, 64% ne sont pas satis­­­­­­­­­­­­­­­­­faits de leurs contacts sociaux. Et les troubles de l’an­xiété (23%) et les troubles dépres­­­­­­­­­­­­­­­­­sifs (20%) augmentent sensi­­­­­­­­­­­­­­­­­ble­­­­­­­­­­­­­­­­­ment1. La crise sani­­­­­­­­­­­­­­­­­taire que nous vivons a accen­­­­­­­­­­­­­­­­­tué un mal-être géné­­­­­­­­­­­­­­­­­ral de la popu­­­­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­­­­tion qui exis­­­­­­­­­­­­­­­­­tait déjà, souli­­­­­­­­­­­­­­­­­gnons-le.

La soli­­­­­­­­­­­­­­­­­tude, le manque de soutien social accen­­­­­­­­­­­­­­­­­tuent souvent les problèmes de santé mentale. Dans une enquête d’oc­­­­­­­­­­­­­­­­­tobre 2020, 78% des 18 ans et plus estiment que le coro­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­rus a un impact néga­­­­­­­­­­­­­­­­­tif sur leur vie sociale. Et 58% d’entre eux indiquent que la crise a un impact néga­­­­­­­­­­­­­­­­­tif sur leurs pers­­­­­­­­­­­­­­­­­pec­­­­­­­­­­­­­­­­­tives d’ave­­­­­­­­­­­­­­­­­nir2.

« L’iso­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­ment est un facteur de risque impor­­­­­­­­­­­­­­­­­tant sur la dété­­­­­­­­­­­­­­­­­rio­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­tion de l’état de santé : il augmen­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­rait par quatre le risque d’épi­­­­­­­­­­­­­­­­­sode dépres­­­­­­­­­­­­­­­­­sif carac­­­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­­­risé, par deux la détresse psycho­­­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­­­gique et par cinq les pensées suici­­­­­­­­­­­­­­­­­daires3. »

Comme le souligne Renaud Maes, rédac­­­­­­­­­­­­­­­­­teur en chef de la Revue nouvelle, « La crise que nous vivons nous marque toutes et tous profon­­­­­­­­­­­­­­­­­dé­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, y compris dans nos corps, dans nos sens, dans nos repré­­­­­­­­­­­­­­­­­sen­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­tions, dans nos émotions. Cette marque n’est pas anodine, elle n’est pas quelque chose qui s’ou­­­­­­­­­­­­­­­­­bliera vite. Les mesures décré­­­­­­­­­­­­­­­­­tées par les gouver­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­ments, les encou­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­­­­­­­­­ments à la distan­­­­­­­­­­­­­­­­­cia­­­­­­­­­­­­­­­­­tion sociale viennent heur­­­­­­­­­­­­­­­­­ter nos habi­­­­­­­­­­­­­­­­­tudes, notre besoin d’in­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­rac­­­­­­­­­­­­­­­­­tions, d’échanges entre humains. Dans une société où le lien social est sans cesse plus affai­­­­­­­­­­­­­­­­­bli par l’in­­­­­­­­­­­­­­­­­cul­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des modèles valo­­­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­­­sant l’égoïsme le plus gros­­­­­­­­­­­­­­­­­sier et le calcul d’in­­­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­­­rêt person­­­­­­­­­­­­­­­­­nel perma­nent, ces mesures viennent encore fragi­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­ser le collec­­­­­­­­­­­­­­­­­tif. Et, d’une certaine manière, révèlent à quel point celui-ci n’est pas qu’une contrainte pour l’in­­­­­­­­­­­­­­­­­di­­­­­­­­­­­­­­­­­vidu : il est aussi parfois un refuge, un soutien, un lieu d’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­com­­­­­­­­­­­­­­­­­plis­­­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­­­ment et surtout de recon­­­­­­­­­­­­­­­­­nais­­­­­­­­­­­­­­­­­sance4 ».

Lorsqu’on est confronté à une crise, les liens sociaux nous permettent de nous sentir plus forts, plus aguer­­­­­­­­­­­­­­­­­ris pour affron­­­­­­­­­­­­­­­­­ter les diffi­­­­­­­­­­­­­­­­­cul­­­­­­­­­­­­­­­­­tés. Ils nous permettent de nous adap­­­­­­­­­­­­­­­­­ter plus rapi­­­­­­­­­­­­­­­­­de­­­­­­­­­­­­­­­­­ment. De nombreuses études indiquent que ces liens nous poussent à nous dépas­­­­­­­­­­­­­­­­­ser et augmentent les rési­­­­­­­­­­­­­­­­­liences non seule­­­­­­­­­­­­­­­­­ment indi­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­duelles mais aussi collec­­­­­­­­­­­­­­­­­tives. Le néoli­­­­­­­­­­­­­­­­­bé­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­lisme a accen­­­­­­­­­­­­­­­­­tué l’in­­­­­­­­­­­­­­­­­di­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­dua­­­­­­­­­­­­­­­­­lisme. Mais peut-être que la situa­­­­­­­­­­­­­­­­­tion inédite que nous vivons est un coup de boost qui nous fera re- nouer avec la soli­­­­­­­­­­­­­­­­­da­­­­­­­­­­­­­­­­­rité, avec l’es­­­­­­­­­­­­­­­­­sence même de notre huma­­­­­­­­­­­­­­­­­nité. C’est lorsque l’on a été privé d’un élément, que l’on se rend compte que celui-ci nous est essen­­­­­­­­­­­­­­­­­tiel, voire vital. C’est peut-être dans cette évidence que réside notre avenir à tous.

Se réin­­­ven­­­ter

Reste à voir comment retrou­­­­­­­­­­­­­­­­­ver ce lien social. D’au­­­­­­­­­­­­­­­­­tant plus, dans un contexte dont les règles sani­­­­­­­­­­­­­­­­­taires bous­­­­­­­­­­­­­­­­­culent profon­­­­­­­­­­­­­­­­­dé­­­­­­­­­­­­­­­­­ment nos codes, nos modes de vie, notre manière de « faire société ». Nous allons devoir et nous le faisons déjà, réap­­­­­­­­­­­­­­­­­prendre à commu­­­­­­­­­­­­­­­­­niquer autre­­­­­­­­­­­­­­­­­ment et réin­­­­­­­­­­­­­­­­­ven­­­­­­­­­­­­­­­­­ter les codes de nos inter­­­­­­­­­­­­­­­­­ac­­­­­­­­­­­­­­­­­tions.

Les nouvelles tech­­­­­­­­­­­­­­­­­no­­­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­­­gies nous permettent de garder malgré tout le contact : télé­­­­­­­­­­­­­­­­­phone, sms et surtout réseaux sociaux deviennent le refuge de personnes en manque de rela­­­­­­­­­­­­­­­­­tions.

« Heureu­­­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, qu’ils existent ! », diront beau­­­­­­­­­­­­­­­­­coup et c’est une certi­­­­­­­­­­­­­­­­­tude. Pendant ce confi­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, nous pouvons perce­­­­­­­­­­­­­­­­­voir que les gens luttent contre la soli­­­­­­­­­­­­­­­­­tude. De nouveaux liens se créent dans la sphère locale, avec les voisins et beau­­­­­­­­­­­­­­­­­coup redé­­­­­­­­­­­­­­­­­couvrent leurs quar­­­­­­­­­­­­­­­­­tiers. Ils utilisent l’hu­­­­­­­­­­­­­­­­­mour pour dédra­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­ser la situa­­­­­­­­­­­­­­­­­tion, il suffit d’en voir les mèmes5 qui circulent sur les réseaux. Mais ces réseaux sont aussi source d’an­xiété. Les infor­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­tions anxio­­­­­­­­­­­­­­­­­gènes y sont nombreuses et le tri entre infor­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­tions véri­­­­­­­­­­­­­­­­­fiées et opinion devient diffi­­­­­­­­­­­­­­­­­cile lorsque l’on est à ce point émotion­­­­­­­­­­­­­­­­­nel­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­ment impliqué et fragi­­­­­­­­­­­­­­­­­lisé. Ces plate­­­­­­­­­­­­­­­­­formes peuvent aussi accroitre le mal-être de personnes qui ne vivent pas aussi bien que d’autres le confi­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­ment. Tomber sur la photo parfaite d’une famille aux grands sou- rires dans sa splen­­­­­­­­­­­­­­­­­dide maison avec jardin est déjà, en soi, source de déprime pour certains.

Et il y a aussi tous ceux qui ne savent ou qui ne peuvent pas se connec­­­­­­­­­­­­­­­­­ter de par leur situa­­­­­­­­­­­­­­­­­tion sociale ou de par leur inex­­­­­­­­­­­­­­­­­pé­­­­­­­­­­­­­­­­­rience en infor­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­tique. Pour les personnes âgées, cela repré­­­­­­­­­­­­­­­­­sente une perte consi­­­­­­­­­­­­­­­­­dé­­­­­­­­­­­­­­­­­rable de rela­­­­­­­­­­­­­­­­­tions de qualité, tandis que pour les jeunes étudiants, cela entraine une inéga­­­­­­­­­­­­­­­­­lité d’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­cès à l’en­­­­­­­­­­­­­­­­­sei­­­­­­­­­­­­­­­­­gne­­­­­­­­­­­­­­­­­ment. La Croix-Rouge, notam­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, a répondu en partie à ces constats en propo­­­­­­­­­­­­­­­­­sant une collecte de tablettes et de smart­­­­­­­­­­­­­­­­­phones à desti­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des personnes dans le besoin. D’autres initia­­­­­­­­­­­­­­­­­tives soli­­­­­­­­­­­­­­­­­daires appa­­­­­­­­­­­­­­­­­raissent « online » comme la plate­­­­­­­­­­­­­­­­­forme Soli­­­­­­­­­­­­­­­­­dare-it qui met en rela­­­­­­­­­­­­­­­­­tion les citoyens aidés et les aidants6.

Heureu­­­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, l’être humain, au cours des siècles, a pu démon­­­­­­­­­­­­­­­­­trer des capa­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­tés d’adap­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­tion impres­­­­­­­­­­­­­­­­­sion­­­­­­­­­­­­­­­­­nantes et le contexte de la COVID-19 n’y échappe pas. On a vu fleu­­­­­­­­­­­­­­­­­rir toute une série d’ini­­­­­­­­­­­­­­­­­tia­­­­­­­­­­­­­­­­­tives qui ne sont pas anec­­­­­­­­­­­­­­­­­do­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques. Coudre des masques alors qu’il n’y en avait pas en suffi­­­­­­­­­­­­­­­­­sance, applau­­­­­­­­­­­­­­­­­dir les profes­­­­­­­­­­­­­­­­­sion­­­­­­­­­­­­­­­­­nels de la santé, dessi­­­­­­­­­­­­­­­­­ner ou écrire un mot gentil à son facteur, arri­­­­­­­­­­­­­­­­­ver à conti­­­­­­­­­­­­­­­­­nuer à mener des actions mili­­­­­­­­­­­­­­­­­tantes dans le respect des mesures sani­­­­­­­­­­­­­­­­­taires, aider des personnes âgées dans son quar­­­­­­­­­­­­­­­­­tier, faire du porte-à-porte, écrire une lettre à une connais­­­­­­­­­­­­­­­­­sance et l’in­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­ter à faire de même avec d’autres, faire les courses de personnes à risque, propo­­­­­­­­­­­­­­­­­ser des apéros virtuels, prendre soin du jardin de ses voisins qui ne peuvent plus le faire… Toutes des initia­­­­­­­­­­­­­­­­­tives qui traduisent un fait indé­­­­­­­­­­­­­­­­­niable : même la COVID-19 ne peut frei­­­­­­­­­­­­­­­­­ner le besoin enivrant de lien social si ancré dans nos chairs.

« Les personnes qui contri­­­­­­­­­­­­­­­­­buent au bonheur d’au­­­­­­­­­­­­­­­­­trui et les personnes qui éprouvent davan­­­­­­­­­­­­­­­­­tage d’ap­­­­­­­­­­­­­­­­­par­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­nance sont signi­­­­­­­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­­­­­ment plus heureuses. Le fait de ne pouvoir appor­­­­­­­­­­­­­­­­­ter qu’une faible contri­­­­­­­­­­­­­­­­­bu­­­­­­­­­­­­­­­­­tion au bonheur d’au­­­­­­­­­­­­­­­­­trui augmente en effet de 32%. »7

Le confi­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­ment a égale­­­­­­­­­­­­­­­­­ment eu un effet sur le senti­­­­­­­­­­­­­­­­­ment d’ap­­­­­­­­­­­­­­­­­par­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­nance à un collec­­­­­­­­­­­­­­­­­tif.
« Il s’illustre de diffé­­­­­­­­­­­­­­­­­rentes manières : par une peur parta­­­­­­­­­­­­­­­­­gée par tous, par une respon­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­lité vis-à-vis de ses proches, mais égale­­­­­­­­­­­­­­­­­ment vis-à-vis du quidam que l’on rencontre dans la rue. On évite de lui trans­­­­­­­­­­­­­­­­­mettre ou de rece­­­­­­­­­­­­­­­­­voir, de sa part, le virus. Tout cela peut créer du lien. Et puis, en termes de commu­­­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­tion gouver­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­­­­­tale égale­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, on rappelle le nombre de décès quoti­­­­­­­­­­­­­­­­­diens. C’est donc le corps social dans son ensemble qui est atteint et qui est en deuil. La mobi­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­tion de tous les services de l’Etat, les person­­­­­­­­­­­­­­­­­nels soignants, les mili­­­­­­­­­­­­­­­­­taires, les trans­­­­­­­­­­­­­­­­­ferts de malades d’un terri­­­­­­­­­­­­­­­­­toire à un autre, les forces de l’ordre comme d’autres agents de la fonc­­­­­­­­­­­­­­­­­tion publique, tout cela rappelle, si besoin était, que nous appar­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­nons à un collec­­­­­­­­­­­­­­­­­tif et que des moyens sont déga­­­­­­­­­­­­­­­­­gés au service de ce collec­­­­­­­­­­­­­­­­­tif auquel on appar­­­­­­­­­­­­­­­­­tient. Il y a une expé­­­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­tion très concrète du concept de commu­­­­­­­­­­­­­­­­­nauté natio­­­­­­­­­­­­­­­­­nale qui s’ex­­­­­­­­­­­­­­­­­prime dans cette affaire-là8. »

Le confi­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­ment a forcé beau­­­­­­­­­­­­­­­­­coup d’entre nous à faire cesser le bruit alen­­­­­­­­­­­­­­­­­tour, à écou­­­­­­­­­­­­­­­­­ter notre petite musique inté­­­­­­­­­­­­­­­­­rieure et à nous connec­­­­­­­­­­­­­­­­­ter davan­­­­­­­­­­­­­­­­­tage avec la nature. Bon nombre de méde­­­­­­­­­­­­­­­­­cins conseillent la marche en forêt et vantent les bien­­­­­­­­­­­­­­­­­faits du contact avec les arbres sur notam­­­­­­­­­­­­­­­­­ment la pres­­­­­­­­­­­­­­­­­sion arté­­­­­­­­­­­­­­­­­rielle. Prendre soin de son envi­­­­­­­­­­­­­­­­­ron­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­ment devient une évidence mais aussi prendre soin de soi par des acti­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­tés qui amènent le calme comme la médi­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­tion, le yoga, les puzzles, le dessin, sans oublier la pratique spor­­­­­­­­­­­­­­­­­tive.

« Ce que la période nous apprend, c’est préci­­­­­­­­­­­­­­­­­sé­­­­­­­­­­­­­­­­­ment que nous sommes des êtres sociaux qui avons besoin d’al­­­­­­­­­­­­­­­­­ler au-delà de l’entre-soi, de pouvoir être en inter­­­­­­­­­­­­­­­­­ac­­­­­­­­­­­­­­­­­tion avec une sphère plus large que la seule sphère fami­­­­­­­­­­­­­­­­­liale, et donc d’éprou­­­­­­­­­­­­­­­­­ver notre huma­­­­­­­­­­­­­­­­­nité en rela­­­­­­­­­­­­­­­­­tion, avec d’autres que soi. A long terme, nous avons besoin “d’être au monde”, et ce monde ne peut pas être limité tel qu’il l’est actuel­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­ment. Sinon, ce n’est peut-être plus vrai- ment “un monde” 9. »

Notre cerveau a une grande capa­­­­­­­­­­­­­­­­­cité d’adap­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­tion, il est impor­­­­­­­­­­­­­­­­­tant de le nour­­­­­­­­­­­­­­­­­rir de choses posi­­­­­­­­­­­­­­­­­tives. Il est conseillé de se décon­­­­­­­­­­­­­­­­­nec­­­­­­­­­­­­­­­­­ter de temps en temps, d’évi­­­­­­­­­­­­­­­­­ter les infor­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­tions anxio­­­­­­­­­­­­­­­­­gènes. Lire du contenu inspi­­­­­­­­­­­­­­­­­rant par exemple peut y contri­­­­­­­­­­­­­­­­­buer comme l’ex­­­­­­­­­­­­­­­­­plique Ilios Kotsou, docteur en psycho­­­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­­­gie, spécia­­­­­­­­­­­­­­­­­liste des émotions et du bien-être10. Et il ajoute que s’oc­­­­­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­­­­­per des autres, redonne du sens à notre quoti­­­­­­­­­­­­­­­­­dien.

Pas égaux face aux trau­­­mas

Même si on peut énumé­­­­­­­­­­­­­­­­­rer pour certains des réac­­­­­­­­­­­­­­­­­tions posi­­­­­­­­­­­­­­­­­tives au confi­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, il n’y a pas pour autant lieu de penser que nous sommes à égalité face à notre capa­­­­­­­­­­­­­­­­­cité d’adap­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­tion ; face à la rési­­­­­­­­­­­­­­­­­lience. Selon Boris Cyrul­­­­­­­­­­­­­­­­­nik, neuro­p­­­­­­­­­­­­­­­­sy­­­­­­­­­­­­­­­­­chiatre, les facteurs de protec­­­­­­­­­­­­­­­­­tion psycho­­­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­­­gique par rapport aux trau­­­­­­­­­­­­­­­­­mas sont inéga­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­ment répar­­­­­­­­­­­­­­­­­tis, ce qui augmen­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­rait l’am­­­­­­­­­­­­­­­­­pleur des dégâts psycho­­­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­­­giques pour les personnes déjà fragi­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­sées.« Ceux qui avant le confi­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­ment avaient acquis des facteurs de protec­­­­­­­­­­­­­­­­­tion (confort maté­­­­­­­­­­­­­­­­­riel, cultu­­­­­­­­­­­­­­­­­rel, affec­­­­­­­­­­­­­­­­­tif et fami­­­­­­­­­­­­­­­­­lial), vont faire un effort mais ils vont pouvoir profi­­­­­­­­­­­­­­­­­ter du confi­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­ment pour écrire, se remettre à la guitare, pour envoyer des messages à des copains qu’ils n’ont pas vus depuis 30 ans. Ils vont surmon­­­­­­­­­­­­­­­­­ter l’épreuve du confi­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­ment et ceux-là vont pouvoir déclen­­­­­­­­­­­­­­­­­cher un proces­­­­­­­­­­­­­­­­­sus de rési­­­­­­­­­­­­­­­­­lience facile11. »

Dans une émis­­­­­­­­­­­­­­­­­sion de France Culture12, celui qui a popu­­­­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­­­­risé le terme « rési­­­­­­­­­­­­­­­­­lience » en France rappelle que nous sommes dans l’af­­­­­­­­­­­­­­­­­fron­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­ment et pas encore dans la rési­­­­­­­­­­­­­­­­­lience puisque nous sommes encore en crise. « La rési­­­­­­­­­­­­­­­­­lience est un proces­­­­­­­­­­­­­­­­­sus qui se met en place après une déchi­­­­­­­­­­­­­­­­­rure trau­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­tique. »

Nous sommes donc encore dans le trauma, dans la crise. Diffi­­­­­­­­­­­­­­­­­cile de savoir avec exac­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­tude ce qu’il advien­­­­­­­­­­­­­­­­­dra de nos socié­­­­­­­­­­­­­­­­­tés, quelle empreinte, quelle marque aura laissé cette expé­­­­­­­­­­­­­­­­­rience inédite. On peut imagi­­­­­­­­­­­­­­­­­ner de grands boule­­­­­­­­­­­­­­­­­ver­­­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­­­ments notam­­­­­­­­­­­­­­­­­ment au niveau écono­­­­­­­­­­­­­­­­­mique et dans notre façon de faire société. Mais sans certi­­­­­­­­­­­­­­­­­tudes, et c’est ce qui nous déroute depuis le début : le court terme, ne pas pouvoir prévoir, program­­­­­­­­­­­­­­­­­mer, se proje­­­­­­­­­­­­­­­­­ter dans l’ave­­­­­­­­­­­­­­­­­nir. Aujourd’­­­­­­­­­­­­­­­­­hui, même si certains montrent leur désac­­­­­­­­­­­­­­­­­cord, il existe tout de même un large collec­­­­­­­­­­­­­­­­­tif qui est mû par la volonté de se proté­­­­­­­­­­­­­­­­­ger, de proté­­­­­­­­­­­­­­­­­ger les autres, d’ai­­­­­­­­­­­­­­­­­der le gouver­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­ment à atteindre son but. Mais c’est un drôle de collec­­­­­­­­­­­­­­­­­tif comme l’ex­­­­­­­­­­­­­­­­­plique le philo­­­­­­­­­­­­­­­­­sophe Marcel Gauchet13 : « Le souci de se proté­­­­­­­­­­­­­­­­­ger tourne vite à la para­­­­­­­­­­­­­­­­­noïa de l’évi­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­ment. C’est donc un drôle de collec­­­­­­­­­­­­­­­­­tif qui s’ex­­­­­­­­­­­­­­­­­prime puisqu’il se concré­­­­­­­­­­­­­­­­­tise dans la distance des uns aux autres. Une disci­­­­­­­­­­­­­­­­­pline collec­­­­­­­­­­­­­­­­­tive s’ap­­­­­­­­­­­­­­­­­plique mais dans une indi­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­dua­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­tion plus grande encore des compor­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­ments. C’est là que se trouve le para­­­­­­­­­­­­­­­­­doxe. Et la grande ques­­­­­­­­­­­­­­­­­tion est de savoir si on réus­­­­­­­­­­­­­­­­­sira à retour­­­­­­­­­­­­­­­­­ner ce para­­­­­­­­­­­­­­­­­doxe en recréant un collec­­­­­­­­­­­­­­­­­tif qui soit syno­­­­­­­­­­­­­­­­­nyme d’im­­­­­­­­­­­­­­­­­pli­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­tion de chacun dans un fonc­­­­­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­ment disci­­­­­­­­­­­­­­­­­pliné, mais au service d’une cause posi­­­­­­­­­­­­­­­­­tive et pas simple­­­­­­­­­­­­­­­­­ment défen­­­­­­­­­­­­­­­­­sive. »

_______________________________________

1. « Santé mentale en Belgique : les coûts cachés de la COVID-19 », Bureau du Plan, janvier 2021.Cinquième enquête de santé COVID-19, p.33, décembre 2020, Bruxelles, Belgique. Dispo­­­­­­­­­­­­­­­­­nible en ligne : https://doi.org/10.25608/jmgf-2028

2. Quatrième enquête de santé COVID-19 : résul­­­­­­­­­­­­­­­­­tats préli­­­­­­­­­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­­­­­­­­­naires, Bruxelles, Belgique. Dispo­­­­­­­­­­­­­­­­­nible en ligne : https://doi.org/10.25608/jmgf-2028

3. Analyse d’une rela­­­­­­­­­­­­­­­­­tion complexe en contexte de pandé­­­­­­­­­­­­­­­­­mie, Obser­­­­­­­­­­­­­­­­­va­­­­­­­­­­­­­­­­­toire de la santé du Hainaut, p.17, juin 2020.

4. MAES Renaud, « Covid-19 – Une revue face à la crise », in La Revue nouvelle, numéro 3, 2020.

5. Objet cultu­­­­­­­­­­­­­­­­­rel, le plus souvent humo­­­­­­­­­­­­­­­­­ris­­­­­­­­­­­­­­­­­tique, qui se diffuse très vite au sein d’une commu­­­­­­­­­­­­­­­­­nauté en ligne, chacun des membres de cette commu­­­­­­­­­­­­­­­­­nauté pouvant se réap­­­­­­­­­­­­­­­­­pro­­­­­­­­­­­­­­­­­prier l’objet et en créer sa propre version. www.lemonde.fr/tech­­­­­­­­­­­­­­­­­no­­­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­­­gies/article/2012/05/01/le-meme-ou-l-art-du-detour­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­ment-humo­­­­­­­­­­­­­­­­­ris- tique-sur-inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­net_1693705_651865.html

6. https://soli­­­­­­­­­­­­­­­­­dare-it.org

7. « Soli­­­­­­­­­­­­­­­­­tude, peur du coro­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­rus, déprime : le bonheur des Belges dimi­­­­­­­­­­­­­­­­­nue selon une enquête de l’Uni­­­­­­­­­­­­­­­­­ver­­­­­­­­­­­­­­­­­sité de Gand », 23/01/21, rtbf.be

8. « Le lien qui nous unit à l’épreuve du Covid-19 », 12/04/20, fran­­­­­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­­­­­cul­­­­­­­­­­­­­­­­­ture.fr

9. Emma­­­­­­­­­­­­­­­­­nuelle Lalle­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, Profes­­­­­­­­­­­­­­­­­seure des univer­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­tés à l’Ins­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­tut d’études euro­­­­­­­­­­­­­­­­­péennes de Paris-VIII. www.lemonde.fr/societe/article/2021/03/17/la-fete-est-un-element-essen­­­­­­­­­­­­­­­­­tiel-de-fonde­­­­­­­­­­­­­­­­­ment-et-de-renfor­­­­­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­­­­­ment-du-lien-dans-les-societes-humaines_6073478_3224.html

10. « Comment (re)trou­­­­­­­­­­­­­­­­­ver goût au bonheur après bien­­­­­­­­­­­­­­­­­tôt un an de crise sani­­­­­­­­­­­­­­­­­taire ? Les conseils d’Ilios Kotsou », 23/01/21, rtbf.be

11. Boris Cyrul­­­­­­­­­­­­­­­­­nik, « On est dans la résis­­­­­­­­­­­­­­­­­tance, pas encore dans la rési­­­­­­­­­­­­­­­­­lience », Emis­­­­­­­­­­­­­­­­­sion Confi­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­ment vôtre, France culture, 09/04/20.

12. Idem.

13. « Le lien qui nous unit à l’épreuve du Covid-19 », », 12/04/20, fran­­­­­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­­­­­cul­­­­­­­­­­­­­­­­­ture.fr »,