Analyses

DÉPASSER CE PASSÉ QUI GÈLE NOS RAPPORTS AUX AUTRES (Octobre 2021)

John Lucia-Flikr

Laurence Delper­­­­­­­­­­­­­­­dange, Contrastes octobre 2021, p 16 à 18

Suis-je raciste ? A cette ques­­­­­­­­­­­­­­­tion, nous répon­­­­­­­­­­­­­­­drons sans doute : non.
Et pour­­­­­­­­­­­­­­­tant, si l’on s’en­­­­­­­­­­­­­­­gage à y regar­­­­­­­­­­­­­­­der d’un peu plus près, bien des exemples nous prouvent que la couleur de peau n’est pas sans consé­quence. A ce moment de l’his­­­­­­­­­­­­­­­toire où bien des menaces pèsent sur les habi­­­­­­­­­­­­­­­tants des conti­­­­­­­­­­­­­­­nents voisins, il est urgent d’en­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­mer une décons­­­­­­­­­­­­­­­truc­­­­­­­­­­­­­­­tion de ces écha­­­­­­­­­­­­­­­fau­­­­­­­­­­­­­­­dages mis en place par ceux qui, à une époque, s’étaient érigés en maîtres du monde.

Dans l’en­­­­­­­­­­­­­­­tre­­­­­­­­­­­­­­­tien qu’il nous avait accordé pour Chro­­­­­­­­­­­­­­­niques du no jobs land1, un ouvrage qui rassem­­­­­­­­­­­­­­­blait des témoi­­­­­­­­­­­­­­­gnages de personnes sans emploi, Moha­­­­­­­­­­­­­­­med, 22 ans nous disait : « Je suis perdu  ». Porteur d’un diplôme de 7e année en élec­­­­­­­­­­­­­­­tri­­­­­­­­­­­­­­­cité dans l’en­­­­­­­­­­­­­­­sei­­­­­­­­­­­­­­­gne­­­­­­­­­­­­­­­ment profes­­­­­­­­­­­­­­­sion­­­­­­­­­­­­­­­nel, il mettait toute son éner­­­­­­­­­­­­­­­gie à trou­­­­­­­ver un emploi. Peine perdue. Il n’était pas le seul… Beau­­­­­­­­­­­­­­­coup de jeunes de son quar­­­­­­­­­­­­­­­tier à Ander­­­­­­­­­­­­­­­lecht étaient confron­­­­­­­­­­­­­­­tés aux mêmes diffi­­­­­­­­­­­­­­­cul­­­­­­­­­­­­­­­tés.

L’his­­­­­­­­­­­­­­­toire numé­­­­­­­­­­­­­­­rique de Béatrice2, une collègue congo­­­­­­­­­­­­­­­laise, racon­­­­­­­­­­­­­­­tait sa diffi­­­­­­­­­­­­­­­culté à trou­ver un loge­­­­­­­­­­­­­­­ment au moment où elle souhai­­­­­­­­­­­­­­­tait se rappro­­­­­­­­­­­­­­­cher de son lieu de travail. Celle de Fran­­­­­­­­­­­­­­­cesca commençait par ces mots : « Après la mort de mes parents en Angola, l’in­­­­­­­­­­­­­­­sé­­­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­­­rité régnait dans ma famille et mon entou­­­­­­­­­­­­­­­rage, j’avais 13 ans et j’avais peur de l’ave­­­­­­­­­­­­­­­nir. Parfois, j’ai même pensé mourir. Arri­­­­­­­­­­­­­­­vée en Europe, à 26 ans, j’ai été trans­­­­­­­­­­­­­­­fé­­­­­­­­­­­­­­­rée au centre d’ac­­­­­­­­­­­­­­­cueil du petit château. Enceinte, je me suis sentie très seule. Je n’avais pas de famille. Mon copain m’avait aban­­­­­­­­­­­­­­­don­­­­­­­­­­­­­­­née. J’avais besoin de soutien pour parta­­­­­­­­­­­­­­­ger mes émotions, la douleur et la souf­­­­­­­­­­­­­­­fran­­­­­­­­­­­­­­­ce…  » En recueillant ces témoi­­­­­­­­­­­­­­­gnages, nous étions à leur écoute et décou­­­­­­­­­­­­­­­vrions les visions stéréo­­­­­­­­­­­­­­­ty­­­­­­­­­­­­­­­pées qui leur étaient renvoyées. Aux Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­laires, nous affi­­­­­­­­­­­­­­­chons de diffé­­­­­­­­­­­­­­­rentes manières que nous sommes du côté de ceux qui subissent des discri­­­­­­­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­tions récur­­­­­­­­­­­­­­­rentes, de tous ceux qui, en raison de leur pays d’ori­­­­­­­­­­­­­­­gine sont stig­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­sés, niés, insul­­­­­­­­­­­­­­­tés parfois. Comment ? En conviant nos mili­­­­­­­­­­­­­­­tants à une jour­­­­­­­­­­­­­­­née d’étude sur le thème des préju­­­­­­­­­­­­­­­gés avec Ginette Herman comme inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­­­nante3 ; en invi­­­­­­­­­­­­­­­tant le philo­­­­­­­­­­­­­­­sophe Jean-Michel Longneaux lors d’un café citoyen sur le thème de la diver­­­­­­­­­­­­­­­sité après le massacre à la rédac­­­­­­­­­­­­­­­tion de Char­­­­­­­­­­­­­­­lie Hebdo ; en réali­­­­­­­­­­­­­­­sant le cahier d’ani­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­tion « En découdre avec les préju­­­­­­­­­­­­­­­gés »4 ; en travaillant dans nos groupes, les molé­­­­­­­­­­­­­­­cules de l’iden­­­­­­­­­­­­­­­tité5 ; en nous enga­­­­­­­­­­­­­­­geant acti­­­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­­­ment dans la dyna­­­­­­­­­­­­­­­mique Commune hospi­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­lière6 ; en parti­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­pant à l’or­­­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­tion de l’hé­­­­­­­­­­­­­­­ber­­­­­­­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­­­­­­­ment d’un petit groupe d’hommes réfu­­­­­­­­­­­­­­­giés lors des deux confi­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­ments ; en faisant campagne sur les dangers des discours popu­­­­­­­­­­­­­­­listes simplistes.

Nous pour­­­­­­­­­­­­­­­rions donc avoir le senti­­­­­­­­­­­­­­­ment d’en faire assez. Pour­­­­­­­­­­­­­­­tant cela ne suffit pas. Nous devons nous inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ro­­­­­­­­­­­­­­­ger sur ce qui fonde et perpé­­­­­­­­­­­­­­­tue les pratiques discri­­­­­­­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­­­­­­­nantes qui, sans que nous en ayons conscience, nous mettent dans une posi­­­­­­­­­­­­­­­tion privi­­­­­­­­­­­­­­­lé­­­­­­­­­­­­­­­giée qui nous protège de bien des humi­­­­­­­­­­­­­­­lia­­­­­­­­­­­­­­­tions, des géné­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­tions, des stig­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­tions qui blessent.

Sortir de l’entre nous

Comme le souligne Jean-Michel Longneaux, « donner une place à la diffé­­­­­­­­­­­­­­­rence qui dérange implique des deuils  ». Cela implique d’in­­­­­­­­­­­­­­­ter­­­­­­­­­­­­­­­ro­­­­­­­­­­­­­­­ger en profon­­­­­­­­­­­­­­­deur les méca­­­­­­­­­­­­­­­niques qui depuis des siècles se sont inscrites dans notre histoire collec­­­­­­­­­­­­­­­tive. Et aussi d’ou­­­­­­­­­­­­­­­vrir nos colonnes, nos bureaux, nos panels, nos lieux d’échanges, nos groupes aux repré­­­­­­­­­­­­­­­sen­­­­­­­­­­­­­­­tants de la diver­­­­­­­­­­­­­­­sité. Sans cela, nous conti­­­­­­­­­­­­­­­nue­­­­­­­­­­­­­­­rons à culti­­­­­­­­­­­­­­­ver un « entre nous » et nous ne nous lais­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­rons pas réel­­­­­­­le­­­­­­­ment inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pel­­­­­­­­­­­­­­­ler, secouer, boule­­­­­­­­­­­­­­­ver­­­­­­­­­­­­­­­ser par d’autres discours que le nôtre, domi­­­­­­­­­­­­­­­nant. Nous et eux. C’est le titre de l’his­­­­­­­­­­­­­­­toire numé­­­­­­­­­­­­­­­rique de Provi­­­­­­­­­­­­­­­dence, une jeune femme rwan­­­­­­­­­­­­­­­daise qui raconte comment s’est tissée au fil des années, cette stra­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­gie qui, en dres­­­­­­­­­­­­­­­sant au fil du temps la majo­­­­­­­­­­­­­­­rité hutue contre la mino­­­­­­­­­­­­­­­rité tutsie, a mené à la mons­­­­­­­­­­­­­­­truo­­­­­­­­­­­­­­­sité du géno­­­­­­­­­­­­­­­cide.
Ce n’est qu’en déco­­­­­­­­­­­­­­­dant ce qui nous place, nous les blancs, dans une posi­­­­­­­­­­­­­­­tion privi­­­­­­­­­­­­­­­lé­­­­­­­­­­­­­­­giée, que nous pour­­­­­­­­­­­­­­­rons aller de l’avant ; en réali­­­­­­­­­­­­­­­sant à quel point cette domi­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­tion se traduit aujourd’­­­­­­­­­­­­­­­hui encore par des préju­­­­­­­­­­­­­­­gés et des discri­­­­­­­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­tions, malgré des lois censées gommer ces inéga­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­tés érigées il y a quelques décen­­­­­­­­­­­­­­­nies ; mais aussi en inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ro­­­­­­­­­­­­­­­geant nos propres compor­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­ments.

En France, dans les années quatre-vingt fleu­­­­­­­­­­­­­­­ris­­­­­­­­­­­­­­­sait le slogan : « Touche pas à mon pote  » lancé par l’as­­­­­­­­­­­­­­­so­­­­­­­­­­­­­­­cia­­­­­­­­­­­­­­­tion SOS Racisme. Sur l’image : une main noire et une main blanche. Des années plus tard, force est de consta­­­­­­­­­­­­­­­ter que le racisme est de plus en plus décom­­­­­­­­­­­­­­­plexé. Chris­­­­­­­­­­­­­­­tiane Taubira, qui fut ministre de la Justice sous le gouver­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­ment de François Hollande en France constate que « Des insti­­­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­­­tions parti­­­­­­­­­­­­­­­cipent à l’ex­­­­­­­­­­­­­­­clu­­­­­­­­­­­­­­­sion et la margi­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­tion, écrêtent des trajec­­­­­­­­­­­­­­­toires de jeunes relé­­­­­­­­­­­­­­­gués dans des banlieues délais­­­­­­­­­­­­­­­sées, des centres-villes négli­­­­­­­­­­­­­­­gés, des villages aban­­­­­­­­­­­­­­­don­­­­­­­­­­­­­­­nés.  » C’est aussi l’his­­­­­­­­­­­­­­­toire de Moha­­­­­­­­­­­­­­­med dans son quar­­­­­­­­­­­­­­­tier de Bruxelles. C’est l’his­­­­­­­­­­­­­­­toire d’ac­­­­­­­­­­­­­­­cueils manqués aux consé­quences graves.

John Lucia-Flikr

Le poids des mots

Dans son discours lors de la remise de son prix Nobel de litté­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­ture en 93, Toni Morri­­­­­­­­­­­­­­­son, auteure noire améri­­­­­­­­­­­­­­­caine, consta­­­­­­­­­­­­­­­tait que « le langage offi­­­­­­­­­­­­­­­ciel forgé pour sanc­­­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­­­­­ner l’igno­­­­­­­­­­­­­­­rance et préser­­­­­­­­­­­­­­­ver les privi­­­­­­­­­­­­­­­lèges est une armure polie à outrance, une coquille délais­­­­­­­­­­­­­­­sée depuis long­­­­­­­­­­­­­­­temps par le cheva­­­­­­­­­­­­­­­lier… Il inspire le respect des écoliers, il offre un refuge aux despotes, il remé­­­­­­­­­­­­­­­more au public de faux souve­­­­­­­­­­­­­­­nirs de stabi­­­­­­­­­­­­­­­lité et d’har­­­­­­­­­­­­­­­mo­­­­­­­­­­­­­­­nie ». Toni Morri­­­­­­­­­­­­­­­son parle du pillage de la langue conçue pour alié­­­­­­­­­­­­­­­ner les mino­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­tés… « Des langages propres au main­­­­­­­­­­­­­­­tien de l’ordre et à la domi­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­tion qui ne permettent pas, inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­disent même, l’ac­qui­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­tion de connais­­­­­­­­­­­­­­­sances et l’échange d’idées. Le langage embel­­­­­­­­­­­­­­­lit pour élec­­­­­­­­­­­­­­­tri­­­­­­­­­­­­­­­ser les insa­­­­­­­­­­­­­­­tis­­­­­­­­­­­­­­­faits et les dému­­­­­­­­­­­­­­­nis afin qu’ils attaquent leurs voisins…  »
On raconte que dans un pays d’Afrique, des habi­­­­­­­­­­­­­­­tants amenés à travailler avec des respon­­­­­­­­­­­­­­­sables d’ONG euro­­­­­­­­­­­­­­­péens avaient traduit le mot « plani­­­­­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­tion » – lequel reve­­­­­­­­­­­­­­­nait régu­­­­­­­­­­­­­­­liè­re­ment dans les échanges – par « rêve de l’homme blanc  ». Traduc­­­­­­­­­­­­­­­tion géniale qui en dit long sur notre tendance à vouloir faire rentrer le foison­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­ment des réali­­­­­­­­­­­­­­­tés et des possibles, des visions du monde, dans des cases, des chiffres, des statis­­­­­­­­­­­­­­­tiques, des tableaux. C’est à partir de ces plani­­­­­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­tions que l’es­­­­­­­­­­­­­­­cla­­­­­­­­­­­­­­­vage a vu le jour, que les géno­­­­­­­­­­­­­­­cides ont été perpé­­­­­­­­­­­­­­­trés. Monter les hommes les uns contre les autres, pour tirer à soi la couver­­­­­­­­­­­­­­­ture est depuis long­­­­­­­­­­­­­­­temps, une manière d’éri­­­­­­­­­­­­­­­ger nos socié­­­­­­­­­­­­­­­tés.

Déco­­­­­­­­­­­­­­­der cela, être conscient que cela a forgé la société dans laquelle nous baignons est urgent à ce moment de l’his­­­­­­­­­­­­­­­toire où bien des menaces pèsent sur les habi­­­­­­­­­­­­­­­tants des conti­­­­­­­­­­­­­­­nents voisins. Pour James Bald­­­­­­­­­­­­­­­win, cet écri­­­­­­­­­­­­­­­vain noir améri­­­­­­­­­­­­­­­cain né à Harlem, la race serait une inven­­­­­­­­­­­­­­­tion qui ne sert qu’à leur­­­­­­­­­­­­­­­rer et déso­­­­­­­­­­­­­­­rien­­­­­­­­­­­­­­­ter. Dans la réédi­­­­­­­­­­­­­­­tion récente de son livre La prochaine fois, le feu7 dont elle signe la préface, Chris­­­­­­­­­­­­­­­tiane Taubira dit de lui : « Il sait la domi­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­tion fondée sur un mensonge auquel la majo­­­­­­­­­­­­­­­rité des citoyens adhère de bonne foi. Pour Bald­­­­­­­­­­­­­­­win, il faut d’abord découdre ce mensonge afin de créer la possi­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­lité d’une société ancrée sur ces prin­­­­­­­­­­­­­­­cipes et valeurs d’éga­­­­­­­­­­­­­­­lité bruyam­­­­­­­­­­­­­­­ment pro- clamés, si peu appliqués, mais fiévreu­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­ment convoqués chaque fois qu’une parole, un acte, une inten­­­­­­­­­­­­­­­tion assu­­­­­­­­­­­­­­­més s’érigent déli­­­­­­­­­­­­­­­bé­­­­­­­­­­­­­­­ré­­­­­­­­­­­­­­­ment en défi à cet ordre établi sur le désordre d’une inéga­­­­­­­­­­­­­­­lité insti­­­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­­­­­nel­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­ment orga­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­sée.  » Où et comment pouvons-nous faire société commune ? Dans une lettre à son neveu, James Bald­­­­­­­­­­­­­­­win dit : « Nous ne serons libres que le jour où les autres le seront  ».

« Le Nègre n’est pas. Pas plus que le Blanc. Tous deux ont à s’écar­­­­­­­­­­­­­­­ter des voix inhu­­­­­­­­­­­­­­­maines qui furent celles de leurs ancêtres respec­­­­­­­­­­­­­­­tifs afin que naisse une authen­­­­­­­­­­­­­­­tique communi­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­tion. Avant de s’en­­­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­­­ger dans la voix posi­­­­­­­­­­­­­­­tive, il y a pour la liberté un effort de désa­­­­­­­­­­­­­­­lié­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­tion… » « Pourquoi tout simple­­­­­­­­­­­­­­­ment ne pas essayer de toucher l’autre, de sentir l’autre, de me révé­­­­­­­­­­­­­­­ler l’autre ? »

Frantz Fanon

Notre commune huma­­­­­­­­­­­­­­­nité

Lire James Bald­­­­­­­­­­­­­­­win, Frantz Fanon, Patrick Chamoi­­­­­­­­­­­­­­­seau, Edouard Glis­­­­­­­­­­­­­­­sant, Toni Morri­­­­­­­­­­­­­­­son, Alain Maban­­­­­­­­­­­­­­­ckou, c’est lais­­­­­­­­­­­­­­­ser entrer dans nos esprits et nos cœurs une parole authen­­­­­­­­­­­­­­­tique et juste. C’est faire recu­­­­­­­­­­­­­­­ler notre enli­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­ment dans trop de fausses certi­­­­­­­­­­­­­­­tudes et d’igno­­­­­­­­­­­­­­­rance. « L’in­­­­­­­­­­­­­­­no­­­­­­­­­­­­­­­cence de ceux qui se sont inventé une histoire pour se prétendre supérieurs. Inno­­­­­­­­­­­­­­­cence, igno­­­­­­­­­­­­­­­rance, indif­­­­­­­­­­­­­­­fé­­­­­­­­­­­­­­­rence, incons­­­­­­­­­­­­­­­cien­­­­­­­­­­­­­­­ce… », dit Chris­­­­­­­­­­­­­­­tiane Taubira.
La méthode de l’ar­­­­­­­­­­­­­­­pen­­­­­­­­­­­­­­­tage – se parta­­­­­­­­­­­­­­­ger la lecture des chapitres d’un même ouvrage pour en débattre ensemble ensuite – pour­­­­­­­­­­­­­­­rait être une manière de s’im­­­­­­­­­­­­­­­pré­­­­­­­­­­­­­­­gner de ce que ces auteurs nous renvoient de leur posi­­­­­­­­­­­­­­­tion dans le monde. C’est aussi être touchés par leur récit, la force de leur réflexion, de leur regard sur ce qu’ils éprouvent au quoti­­­­­­­­­­­­­­­dien, sur la créa­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­vité de leur vie face aux claques régu­­­­­­­­­­­­­­­lières qui leur sont envoyées.

Le Kasàlà8, cette pratique ances­­­­­­­­­­­­­­­trale de litté­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­ture orale afri­­­­­­­­­­­­­­­caine, remise à l’hon­­­­­­­­­­­­­­­neur par Ngo Semsara Kabuta, profes­­­­­­­­­­­­­­­seur émérite en langues et litté­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­ture afri­­­­­­­­­­­­­­­caines de l’uni­­­­­­­­­­­­­­­ver­­­­­­­­­­­­­­­sité de Gand, pour­­­­­­­­­­­­­­­suit l’objec­­­­­­­­­­­­­­­tif de remettre l’homme debout : « Nous vous invi­­­­­­­­­­­­­­­tons à parta­­­­­­­­­­­­­­­ger un rêve : amener l’hu­­­­­­­­­­­­­­­main, par-delà la famille, l’eth­­­­­­­­­­­­­­­nie, la couleur de la peau, la classe sociale à déve­­­­­­­­­­­­­­­lop­­­­­­­­­­­­­­­per une soli­­­­­­­­­­­­­­­da­­­­­­­­­­­­­­­rité citoyenne, à retrou­­­­­­­­­­­­­­­ver sa nobles­­­­­­­­­­­­­­­se…  » peut-on lire sur le site dédié au Kasàlà. Et aussi : « Je suis moi par et pour les autres. » Retour à notre commune huma­­­­­­­­­­­­­­­nité. A ce qui nous lie plutôt que ce qui nous dé-lie.

L. Delper­­­­­­­­­­­­­dange

Comprendre et agir

Le secteur de l’édu­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­tion perma­­­­­­­­­­­­­­­nente permet d’en­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­ger diffé­­­­­­­­­­­­­­­rentes manières de s’ins­­­­­­­­­­­­­­­crire dans la lutte contre le racisme struc­­­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­­­rel : le champ du « déco­­­­­­­­­­­­­­­dage » pour comprendre, connaître, ressen­­­­­­­­­­­­­­­tir, décons­­­­­­­­­­­­­­­truire ; le champ poli­­­­­­­­­­­­­­­tique à partir d’une parole et de reven­­­­­­­­­­­­­­­di­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­tions clai­­­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­­­ment énon­­­­­­­­­­­­­­­cées ; le champ rela­­­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­nel à travers la rencontre aussi bien dans nos lieux de travail que dans les projets que nous menons avec nos mili­­­­­­­­­­­­­­­tants.
« Comment désa­­­­­­­­­­­­­­­mor­­­­­­­­­­­­­­­cer les préju­­­­­­­­­­­­­­­gés et récon­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­lier, comment créer des ponts et des liens entre ceux auxquels le hasard a donné la natio­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­lité belge à la nais­­­­­­­­­­­­­­­sance et ceux qui, par néces­­­­­­­­­­­­­­­sité vitale ou par choix rejoignent notre pays ? » Ce sont les ques­­­­­­­­­­­­­­­tions auxquelles notre mouve­­­­­­­­­ment a décidé de répondre concrè­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­ment. Par les temps qui courent, il est urgent que l’édu­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­tion perma­­­­­­­­­­­­­­­nente s’em­­­­­­­­­­­­­­­pare de ces ques­­­­­­­­­­­­­­­tions.


  1. Chro­­­­­­­­­­­­­­­niques du No job land. Douze témoins en quête d’em­­­­­­­­­­­­­­­ploi, Laurence Delper­­­­­­­­­­­­­­­dange, Photos Chris­­­­­­­­­­­­­­­tophe Smets, Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­laires, PAC, 2013

  2. Voir histoires-digi­­­­­­­­­­­­­­­tales.be Site dédié aux ateliers de créa­­­­­­­­­­­­­­­tion d’his­­­­­­­­­­­­­­­toires digi­­­­­­­­­­­­­­­tales menés par Les Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­laires. Les histoires digi­­­­­­­­­­­­­­­tales sont de courtes vidéos asso­­­­­­­­­­­­­­­ciant commen­­­­­­­­­­­­­­­taire person­­­­­­­­­­­­­­­nel et illus­­­­­­­­­­­­­­­tra­­­­­­­­­­­­­­­tions et mis en musique. Voir aussi Face­­­­­­­­­­­­­­­book : Comm’une histoire
  3. Les stéréo­­­­­­­­­­­­­­­types : une réalité omni­­­­­­­­­­­­­­­pré­­­­­­­­­­­­­­­sente et pour­­­­­­­­­­­­­­­tant malé­­­­­­­­­­­­­­­fique, Ginette Herman, inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ven­­­­­­­­­­­­­­­tion lors de la Jour­­­­­­­­­­­­­­­née d’études des Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­laires, 28–2–2015
  4.  En découdre avec les préju­­­­­­­­­­­­­­­gés, cahier d’ani­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­tion n°16 : 8 anima­­­­­­­­­­­­­­­tions sur les stéréo­­­­­­­­­­­­­­­types, les préju­­­­­­­­­­­­­­­gés et les discri­­­­­­­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­tions, Les Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­laires, 2016
  5. Les molé­­­­­­­­­­­­­­­cules de l’iden­­­­­­­­­­­­­­­tité, un modèle d’ani­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­tions qui permet d’abor­­­­­­­­­­­­­­­der les concepts d’iden­­­­­­­­­­­­­­­tité, de discri­­­­­­­­­­­­­­­mi­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­tions, préju­­­­­­­­­­­­­­­gés, stéréo­­­­­­­­­­­­­­­types à partir de la manière dont nous construi­­­­­­­­­­­­­­­sons chacun notre iden­­­­­­­­­­­­­­­tité. R.A.I.C. asbl (Centre Régio­­­­­­­­­­­­­­­nal d’In­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­gra­­­­­­­­­­­­­­­tion). www.ceraic.be
  6. Rendons notre commune hospi­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­lière une action de mobi­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­tion qui invite les citoyens à se mobi­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­ser pour inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pel­­­­­­­­­­­­­­­ler leur commune en vue d’amé­­­­­­­­­­­­­­­lio­­­­­­­­­­­­­­­rer l’ac­­­­­­­­­­­­­­­cueil des personnes migrantes. commu­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­hos­­­­­­­­­­­­­­­pi­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­liere.be
  7. James Bald­­­­­­­­­­­­­­­win, La prochaine fois, le feu, réédi­­­­­­­­­­­­­­­tion Folio, 2018, avec une préface de Chris­­­­­­­­­­­­­­­tiane Taubira (1e édition Galli­­­­­­­­­­­­­­­mard, 1963)
  8. Le kasàlà pour faire l’éloge de nous, une inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­view de Jean Kabuta par Laurence Delper­­­­­­­­­­­­­­­dange, in Contrastes n°203, mars-avril 2021