Analyses

Mieux vaut-il être seul que mal accom­pa­gné ? (Mars-Avril 2021)

Monique Van Dieren, Contrastes Mars-Avril 2021, p 12–14

Dans la litté­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­ture et le langage quoti­­­­­­­­­­­­­­­dien, la soli­­­­­­­­­­­­­­­tude a géné­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­ment une conno­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­tion néga­­­­­­­­­­­­­­­tive. La manière dont elle est vécue (choi­­­­­­­­­­­­­­­sie, subie ou suppor­­­­­­­­­­­­­­­tée) est pour­­­­­­­­­­­­­­­tant multiple et dépend de nombreux facteurs.
Il est cepen­­­­­­­­­­­­­­­dant une certi­­­­­­­­­­­­­­­tude : si un dicton dit qu’« il vaut mieux vivre seul que mal accom­­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­­gné », les études médi­­­­­­­­­­­­­­­cales montrent que de manière géné­­­­­­­­­­­­­­­rale, le senti­­­­­­­­­­­­­­­ment de soli­­­­­­­­­­­­­­­tude a une inci­­­­­­­­­­­­­­­dence néga­­­­­­­­­­­­­­­tive sur la santé. Et la crise sani­­­­­­­­­­­­­­­taire n’ar­­­­­­­­­­­­­­­range pas la santé mentale des personnes isolées.

C’est une réalité de plus en plus évidente dans les pays occi­­­­­­­­­­­­­­­den­­­­­­­­­­­­­­­taux : le nombre de personnes seules augmente. Diffé­­­­­­­­­­­­­­­rents facteurs objec­­­­­­­­­­­­­­­tifs expliquent cette évolu­­­­­­­­­­­­­­­tion ; les plus fréquem­­­­­­­­­­­­­­­ment cités sont le fait de se marier plus tard, le nombre de divorces en hausse et le vieillisse- ment de la popu­­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­­tion.

Selon Cécile Van de Velde1, « Les travaux socio­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­giques sur la soli­­­­­­­­­­­­­­­tude vont se struc­­­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­­­rer à partir de la fin des années 1970, autour de deux figures fonda­­­­­­­­­­­­­­­trices, celle du vieillard et celle de la femme seule ; l’une parce qu’elle est exclue, l’autre parce qu’elle est trans­­­­­­­­­­­­­­­gres­­­­­­­­­­­­­­­sive. La soli­­­­­­­­­­­­­­­tude y reste fonda­­­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­ment appro­­­­­­­­­­­­­­­chée par le prisme du manque ou de l’ab­­­­­­­­­­­­­­­sence de liens, et donc asso­­­­­­­­­­­­­­­ciée à un défaut d’in­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­gra­­­­­­­­­­­­­­­tion sociale ». Pour la socio­­­­­­­­­­­­­­­logue, « la soli­­­­­­­­­­­­­­­tude renvoie à un senti­­­­­­­­­­­­­­­ment d’inexis­­­­­­­­­­­­­­­tence : ne pas exis­­­­­­­­­­­­­­­ter vis-à-vis de l’autre (rela­­­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­­­­­nelle), vis-à-vis de soi (exis­­­­­­­­­­­­­­­ten­­­­­­­­­­­­­­­tielle), et vis-à-vis de la société (sociale). Le danger, c’est le cumul des trois ». Ce qui l’a cepen­­­­­­­­­­­­­­­dant frap­­­­­­­­­­­­­­­pée en analy­­­­­­­­­­­­­­­sant une récente enquête de la Fonda­­­­­­­­­­­­­­­tion de France sur dix ans de soli­­­­­­­­­­­­­­­tude, c’est le para­­­­­­­­­­­­­­­doxe entre la très forte progres­­­­­­­­­­­­­­­sion de l’iso­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­ment rela­­­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­­­­­nel d’une part, et le fait que les personnes isolées ne se sentent pas plus seules que les autres, comme si le fait de vivre seul était de plus en plus norma­­­­­­­­­­­­­­­lisé. Si les études socio­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­giques s’in­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­ressent davan­­­­­­­­­­­­­­­tage au phéno­­­­­­­­­­­­­­­mène de soli­­­­­­­­­­­­­­­tude, elles se heurtent cepen­­­­­­­­­­­­­­­dant à la diffi­­­­­­­­­­­­­­­culté de la défi­­­­­­­­­­­­­­­nir et la carac­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­ser. Comment diffé­­­­­­­­­­­­­­­ren­­­­­­­­­­­­­­­cier la soli­­­­­­­­­­­­­­­tude de l’iso­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­ment ? La soli­­­­­­­­­­­­­­­tude est-elle le fait de vivre seul.e, d’être seul.e , ou de se sentir seul.e ?

© M. Van Dieren

Les diffé­­­­­­­­­­­­­­­rents visages de la soli­­­­­­­­­­­­­­­tude

Pour Cécile Van de Velde, la notion de « vivre seul.e » fait réfé­­­­­­­­­­­­­­­rence au fait de ne pas parta­­­­­­­­­­­­­­­ger sa rési­­­­­­­­­­­­­­­dence avec un autre adulte. C’est une situa­­­­­­­­­­­­­­­tion objec­­­­­­­­­­­­­­­tive, vécue par un nombre crois­­­­­­­­­­­­­­­sant de personnes : jeunes ayant quitté le nid fami­­­­­­­­­­­­­­­lial, couples qui se séparent, personnes âgées touchées par le deuil du conjoint, etc. (voir enca­­­­­­­­­­­­­­­dré). Cela peut aussi être un mode de vie choisi et assumé, allant de pair avec un impor­­­­­­­­­­­­­­­tant réseau rela­­­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­­­­­nel d’amis, de famille, de collè­­­­­­­­­­­­­­­gues… On parle alors plutôt de « vie en solo » pour se distin­­­­­­­­­­­­­­­guer d’une concep­­­­­­­­­­­­­­­tion néga­­­­­­­­­­­­­­­tive de la soli­­­­­­­­­­­­­­­tude subie. Elle cite l’ou­­­­­­­­­­­­­­­vrage d’Erik Klinen­­­­­­­­­­­­­­­berg, Going solo, qui défend l’idée que ce mode de vie tend à s’im­­­­­­­­­­­­­­­po­­­­­­­­­­­­­­­ser comme une nouvelle norme de réfé­­­­­­­­­­­­­­­rence. Plutôt que d’iso­­­­­­­­­­­­­­­ler, la vie en solo devien­­­­­­­­­­­­­­­drait au contraire un vecteur d’in­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­gra­­­­­­­­­­­­­­­tion sociale. « Vivre seul pour vivre mieux », en quelque sorte… Selon Arnaud Campéon2, le fait de vivre seul quand on est jeune peut être ressenti comme une expé­­­­­­­­­­­­­­­rience posi­­­­­­­­­­­­­­­tive d’éman­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­­tion, c’est-à-dire un mode de vie tran­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­toire, alors qu’à des âges plus avan­­­­­­­­­­­­­­­cés, il revêt plutôt un carac­­­­­­­­­­­­­­­tère durable et possi­­­­­­­­­­­­­­­ble­­­­­­­­­­­­­­­ment irré­­­­­­­­­­­­­­­ver­­­­­­­­­­­­­­­sible. Lorsque le fait de vivre seul.e est bien accepté, Arnaud Campéon défi­­­­­­­­­­­­­­­nit cette situa­­­­­­­­­­­­­­­tion comme une « soli­­­­­­­­­­­­­­­tude habi­­­­­­­­­­­­­­­tée », qui peut être appri­­­­­­­­­­­­­­­voi­­­­­­­­­­­­­­­sée comme une douce compagne grâce à des stra­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­gies mises en place pour s’en accom­­­­­­­­­­­­­­­mo­­­­­­­­­­­­­­­der. « Il arrive que des personnes vivant seules ont une plus grande faculté que les couples à nouer des contacts avec leur entou­­­­­­­­­­­­­­­rage parce que leur socia­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­lité est tour- née vers l’ex­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­rieur. » Une autre manière de dé- finir la soli­­­­­­­­­­­­­­­tude est le fait d’« être seul.e », de connaître un manque ou une absence de rela­­­­­­­­­­­­­­­tions aux autres, un isole­­­­­­­­­­­­­­­ment social. Sont consi­­­­­­­­­­­­­­­dé­­­­­­­­­­­­­­­rées comme étant en situa­­­­­­­­­­­­­­­tion d’isole- ment objec­­­­­­­­­­­­­­­tif les personnes qui n’ont aucune rela­­­­­­­­­­­­­­­tion sociale signi­­­­­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­tive au sein des cinq grands réseaux de socia­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­lité : réseau fami­­­­­­­­­­­­­­­lial, réseau profes­­­­­­­­­­­­­­­sion­­­­­­­­­­­­­­­nel, réseau asso­­­­­­­­­­­­­­­cia­­­­­­­­­­­­­­­tif, réseau amical, réseau de voisi­­­­­­­­­­­­­­­nage3 .

Cette forme de soli­­­­­­­­­­­­­­­tude est liée notam­­­­­­­­­­­­­­­ment aux trajec­­­­­­­­­­­­­­­toires de vie. Les jeunes par exemple peuvent connaître des moments de grande soli­­­­­­­­­­­­­­­tude face à de multiples incer­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­tudes : choix des études, recherche d’un emploi, ruptures senti- menta­­­­­­­­­­­­­­­les… A l’autre bout de la ligne du temps, les personnes âgées sont parti­­­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­­­liè­­­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­­­ment touchées par l’iso­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­ment. La perte du conjoint, les diffi­­­­­­­­­­­­­­­cul­­­­­­­­­­­­­­­tés finan­­­­­­­­­­­­­­­cières, les problèmes de santé sont autant de freins aux contacts sociaux et, contrai­­­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­­­ment aux jeunes, le manque – voire l’ab­­­­­­­­­­­­­­­sence – de rela­­­­­­­­­­­­­­­tions est vécue comme irré­­­­­­­­­­­­­­­ver­­­­­­­­­­­­­­­sible. Notons que cette forme d’iso­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­ment social peut parfois être bien vécue et assu­­­­­­­­­­­­­­­mée par certaines personnes. Dans son livre Walden ou La vie dans les bois, l’écri­­­­­­­­­­­­­­­vain améri­­­­­­­­­­­­­­­cain Henry David Thoreau perçoit l’iso­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­ment comme « un moyen de renouer avec l’in­­­­­­­­­­­­­­­ten­­­­­­­­­­­­­­­sité de la vie4 ».

A contra­­­­­­­­­­­­­­­rio, certaines personnes ont de nombreux liens sociaux, mais ceux-ci ne viennent pas toujours combler une soli­­­­­­­­­­­­­­­tude ressen­­­­­­­­­­­­­­­tie. Cela amène Cécile Van de Velde à distin­­­­­­­­­­­­­­­guer une troi­­­­­­­­­­­­­­­sième forme de soli­­­­­­­­­­­­­­­tude, celle de « se sentir seules ». Contrai­­­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­­­ment aux deux premières approches qui peuvent se mesu­­­­­­­­­­­­­­­rer objec­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­­­ment (la rési­­­­­­­­­­­­­­­dence pour la première, le nombre de contacts sociaux pour la seconde), se sentir seul.e fait réfé­­­­­­­­­­­­­­­rence à un senti­­­­­­­­­­­­­­­ment tota­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­ment subjec­­­­­­­­­­­­­­­tif, non déter­­­­­­­­­­­­­­­miné par la situa­­­­­­­­­­­­­­­tion conju­­­­­­­­­­­­­­­gale ou par le nombre de contacts sociaux. En France, le minis­­­­­­­­­­­­­­­tère des Soli­­­­­­­­­­­­­­­da­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­tés a publié des statis­­­­­­­­­­­­­­­tiques sur le senti­­­­­­­­­­­­­­­ment de soli­­­­­­­­­­­­­­­tude5. Si le genre joue peu dans le senti­­­­­­­­­­­­­­­ment de soli­­­­­­­­­­­­­­­tude, l’âge compte davan­­­­­­­­­­­­­­­tage, et la posi­­­­­­­­­­­­­­­tion sociale inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vient encore plus : 18% des ouvriers se sentent souvent seuls, soit trois fois plus que les cadres supé­­­­­­­­­­­­­­­rieurs. Les constats sont simi­­­­­­­­­­­­­­­laires pour le niveau de diplôme, le salaire ou les reve­­­­­­­­­­­­­­­nus. Avoir un travail, c’est aussi multi­­­­­­­­­­­­­­­plier les liens sociaux : 24% des chômeurs disent se sentir souvent seuls ; deux fois plus que les sala­­­­­­­­­­­­­­­riés. Par ailleurs, l’Ob­­­­­­­­­­­­­­­ser­­­­­­­­­­­­­­­va­­­­­­­­­­­­­­­toire des inéga­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­tés rappelle que le lien social ne se résume pas au nombre de contacts, loin de là, et la multi­­­­­­­­­­­­­­­pli­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­tion des contacts éphé­­­­­­­­­­­­­­­mères (notam­­­­­­­­­­­­­­­ment via les réseaux sociaux) ne consti­­­­­­­­­­­­­­­tuent pas néces­­­­­­­­­­­­­­­sai­­­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­­­ment un senti­­­­­­­­­­­­­­­ment de bien-être. Nombreuses sont les personnes qui sont entou­­­­­­­­­­­­­­­rées, mais sans véri­­­­­­­­­­­­­­­tables liens sociaux. Les sites de rencontre se sont d’ailleurs engouf­­­­­­­­­­­­­­­frés dans la brèche de la soli­­­­­­­­­­­­­­­tude et du manque de liens sociaux pour y déve­­­­­­­­­­­­­­­lop­­­­­­­­­­­­­­­per un busi­­­­­­­­­­­­­­­ness floris­­­­­­­­­­­­­­­sant, pour le meilleur et parfois pour le pire, comme dans la vraie vie…

Respon­­­­­­­­­­­­­­­sable de son bonheur… et de son malheur

Nous l’avons vu, la soli­­­­­­­­­­­­­­­tude a de nombreux vi- sages et sous ce terme se cachent des réali­­­­­­­­­­­­­­­tés très diffé­­­­­­­­­­­­­­­rentes. Pour Arnaud Campéon6, la soli­­­­­­­­­­­­­­­tude ressen­­­­­­­­­­­­­­­tie est égale­­­­­­­­­­­­­­­ment une carac­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­ris­­­­­­­­­­­­­­­tique des socié­­­­­­­­­­­­­­­tés occi­­­­­­­­­­­­­­­den­­­­­­­­­­­­­­­tales, où les liens fami­­­­­­­­­­­­­­­liaux et la soli­­­­­­­­­­­­­­­da­­­­­­­­­­­­­­­rité ont laissé place à « une société indi­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­dua­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­sée et libé­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­sée qui invite chacun d’entre nous à se construire une exis­­­­­­­­­­­­­­­tence auto­­­­­­­­­­­­­­­nome. Les indi­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­dus se retrouvent de plus en plus seuls face aux grandes étapes de leur exis­­­­­­­­­­­­­­­tence. La compé­­­­­­­­­­­­­­­tence pour produire subjec­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­­­ment son iden­­­­­­­­­­­­­­­tité, pour construire sa trajec­­­­­­­­­­­­­­­toire ou encore se remettre et se rele­­­­­­­­­­­­­­­ver d’épreuves diffi­­­­­­­­­­­­­­­ciles (divorce, chômage, etc.) est inéga­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­ment parta­­­­­­­­­­­­­­­gée. Cette capa­­­­­­­­­­­­­­­cité à rebon­­­­­­­­­­­­­­­dir est large­­­­­­­­­­­­­­­ment tribu­­­­­­­­­­­­­­­taire des ressources person­­­­­­­­­­­­­­­nelles et collec­­­­­­­­­­­­­­­tives mises à dispo­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­tion, au point de margi­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­ser ceux qui ne disposent pas des supports néces­­­­­­­­­­­­­­­saires pour les acti­­­­­­­­­­­­­­­ver et pour nouer des liens « éman­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­­toires ». Ainsi, dans la société indi­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­dua­­­­­­­­­­­­­­­liste moderne, l’éla­­­­­­­­­­­­­­­bo­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­tion du lien social exige égale­­­­­­­­­­­­­­­ment de plus en plus de compé­­­­­­­­­­­­­­­tences, ce qui rend plus vulné­­­­­­­­­­­­­­­rables ceux qui en sont dépour­­­­­­­­­­­­­­­vus. D’où les diffi­­­­­­­­­­­­­­­cul­­­­­­­­­­­­­­­tés rencon­­­­­­­­­­­­­­­trées par certaines popu­­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­­tions, éloi­­­­­­­­­­­­­­­gnées d’un réseau de « protec­­­­­­­­­­­­­­­tion rappro­­­­­­­­­­­­­­­chée », et qui vivent des situa­­­­­­­­­­­­­­­tions de vulné­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­lité signi­­­­­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­tives, tels les chômeurs de longue durée, les travailleurs à bas reve­­­­­­­­­­­­­­­nus, ou encore les personnes âgées isolées ». Autre­­­­­­­­­­­­­­­ment dit, l’in­­­­­­­­­­­­­­­di­­­­­­­­­­­­­­­vidu se retrouve seul face à la fragi­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­tion des liens sociaux provoqués par de nombreux boule­­­­­­­­­­­­­­­ver­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­ments socié­­­­­­­­­­­­­­­taux, notam­­­­­­­­­­­­­­­ment le vieillis­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­ment de la popu­­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­­tion et le place­­­­­­­­­­­­­­­ment en insti­­­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­­­tions, le boule­­­­­­­­­­­­­­­ver­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­ment des modèles fami­­­­­­­­­­­­­­­liaux, l’ur­­­­­­­­­­­­­­­ba­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­tion et la paupé­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­tion gran­­­­­­­­­­­­­­­dis­­­­­­­­­­­­­­­sante. Les rapports de la Fonda­­­­­­­­­­­­­­­tion de France depuis 2010 montrent que l’ac­­­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­­­mu­­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­­tion des désa­­­­­­­­­­­­­­­van­­­­­­­­­­­­­­­tages sociaux favo­­­­­­­­­­­­­­­rise l’iso­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­ment rela­­­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­­­­­nel et la soli­­­­­­­­­­­­­­­tude contrainte. De nombreuses études tendent égale­­­­­­­­­­­­­­­ment à démon­­­­­­­­­­­­­­­trer que la soli­­­­­­­­­­­­­­­tude, dans ses formes contraintes ou subies, aggrave certaines patho­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­gies mentales mais aussi physiques. Elle est un terreau favo­­­­­­­­­­­­­­­rable au stress et à la dépres­­­­­­­­­­­­­­­sion, mais égale­­­­­­­­­­­­­­­ment au déve­­­­­­­­­­­­­­­lop­­­­­­­­­­­­­­­pe­­­­­­­­­­­­­­­ment des ma- ladies neuro­­­­­­­­­­­­­­­dé­­­­­­­­­­­­­­­gé­­­­­­­­­­­­­­­né­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­tives, d’af­­­­­­­­­­­­­­­fai­­­­­­­­­­­­­­­blis­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­ment du système immu­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­taire et cardio­­­­­­­­­­­­­­­vas­­­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­­­laire notam­­­­­­­­­­­­­­­ment. Arnaud Campéon7 explique cepen­­­­­­­­­­­­­­­dant que la réponse à la soli­­­­­­­­­­­­­­­tude subie n’est pas avant tout médi­­­­­­­­­­­­­­­cale. « Il faut orga­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­ser des réponses de proxi­­­­­­­­­­­­­­­mité, favo­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­ser des espaces d’échanges et de discus­­­­­­­­­­­­­­­sion pour créer du lien, soute­­­­­­­­­­­­­­­nir les réseaux de proxi­­­­­­­­­­­­­­­mité, main­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­nir l’offre des services publics dans les terri­­­­­­­­­­­­­­­toires les plus désen­­­­­­­­­­­­­­­cla­­­­­­­­­­­­­­­vés, soit conce­­­­­­­­­­­­­­­voir des modes d’ac­­­­­­­­­­­­­­­tions souples, conte­­­­­­­­­­­­­­­nants et enve­­­­­­­­­­­­­­­lop­­­­­­­­­­­­­­­pants qui favo­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­ront le senti­­­­­­­­­­­­­­­ment d’ap­­­­­­­­­­­­­­­par­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­nance et qui permet­­­­­­­­­­­­­­­tront de penser collec­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­­­ment le « bien vivre » ensemble », argu­­­­­­­­­­­­­­­mente le socio­­­­­­­­­­­­­­­logue. Tiens, tiens… C’est exac­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­ment tout ce que nous prônons au travers de nos acti­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­tés d’édu­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­tion perma­­­­­­­­­­­­­­­nente, dans les- quelles le lien social occupe une place centrale et au travers desquelles nous soute­­­­­­­­­­­­­­­nons les réseaux de proxi­­­­­­­­­­­­­­­mité et le main­­­­­­­­­­­­­­­tien et le déve­­­­­­­­­­­­­­­lop­­­­­­­­­­­­­­­pe­­­­­­­­­­­­­­­ment des services collec­­­­­­­­­­­­­­­tifs.


1. Cécile Van de Velde est profes­­­­­­­­­­­­­­­seure de socio­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­gie à l’Uni­­­­­­­­­­­­­­­ver­­­­­­­­­­­­­­­sité de Montréal. Elle a analysé la manière dont la socio­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­gie appré­­­­­­­­­­­­­­­hende le phéno­­­­­­­­­­­­­­­mène de soli­­­­­­­­­­­­­­­tude dans l’ar­­­­­­­­­­­­­­­ticle : Socio­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­gie et soli­­­­­­­­­­­­­­­tude : Concepts, défis, pers­­­­­­­­­­­­­­­pec­­­­­­­­­­­­­­­tives, Article publié en 2018 par Erudit, un consor­­­­­­­­­­­­­­­tium inter­­­­­­­­­­­­­­­u­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­ver­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­taire québé­­­­­­­­­­­­­­­cois www.erudit.org/fr/revues/socsoc/2018-v50-n1-soc- soc04838/1063688ar/

2. Arnaud Campéon, Soli­­­­­­­­­­­­­­­tudes en France : Mise en forme d’une expé­­­­­­­­­­­­­­­rience sociale contem­­­­­­­­­­­­­­­po­­­­­­­­­­­­­­­raine, revue Infor­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­tions sociales, 2015 www.cairn.info/revue-in- forma­­­­­­­­­­­­­­­tions-sociales-2015–2-page-20.htm

3. Défi­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­tion propo­­­­­­­­­­­­­­­sée par la Fonda­­­­­­­­­­­­­­­tion de France, citée par Arnaud Campéon dans Soli­­­­­­­­­­­­­­­tudes en France : Mise en forme d’une expé­­­­­­­­­­­­­­­rience sociale contem­­­­­­­­­po­­­­­­­­­raine, revue Infor­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­tions sociales, 2015

4. Lyna Ali-Chaouch, Penser le confi­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­ment : Le regard de sept socio­­­­­­­­­­­­­­­logues et philo­­­­­­­­­­­­­­­sophes, 14 mai 2020 www.eyes-on-europe.eu/penser-le-confi­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­ment/

5. Publiées par l’Ob­­­­­­­­­ser­­­­­­­­­va­­­­­­­­­toire des inéga­­­­­­­­­li­­­­­­­­­tés dans un article
inti­­­­­­­­­tulé Inégaux face à la soli­­­­­­­­­tude ? le 23 décembre 2019
www.inega­­­­­­­­­lites.fr/Inegaux-face-a-la-soli­­­­­­­­­tude

6. Arnaud Campéon, Soli­­­­­­­­­tudes en France : Mise en
forme d’une expé­­­­­­­­­rience sociale contem­­­­­­­­­po­­­­­­­­­raine, revue
Infor­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­tions sociales, 2015 www.cairn.info/revue-infor­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­tions-sociales-2015–2-page-20.htm

7. Guillaume Narduzzi-Londinsky, La soli­­­­­­­­­tude est-elle
toxique pour l’être humain ? Les inrocks, 07/02/18 www.lesin­­­­­­­­­rocks.com/2018/02/07/actua­­­­­­­­­lite/societe/la-soli­­­­­­­­­tude-est-elle-toxique-pour-letre-humain