Analyses

Couture, produits d’en­tre­tien, jardi­na­ge… Du savoir-faire au faire pouvoir (Janv.-Févr. 2021)

Autrice Laurence Delper­­­­­­­­­­­­­dange, Contrastes Janvier-Février 2021, p.3–5

Pota­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gers collec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tifs, ateliers de fabri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion de produits d’en­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tre­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tien et cosmé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques, de répa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion d’élec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tro­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gers, de « reloo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­king » de vête­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ments… Comment ces réponses locales peuvent-elles parti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­per au renver­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment d’un mouve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment global dévas­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­teur ? Comment connec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter ces commu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nau­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés porteuses de soli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­da­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rité pour chan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ger le système libé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ral ?

Au fil des décen­­­­­­­­­­­­­nies, avec l’avè­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­ment de la révo­­­­­­­­­­­­­lu­­­­­­­­­­­­­tion indus­­­­­­­­­­­­­trielle, des savoir-faire se sont glis­­­­­­­­­­­­­sés dans les manu­­­­­­­­­­­­­fac­­­­­­­­­­­­­tures. Les machines se sont mises à trico­­­­­­­­­­­­­ter, tisser, labou­­­­­­­­­­­­­rer, culti­­­­­­­­­­­­­ver, supplan­­­­­­­­­­­­­tant ainsi ce qui, pendant des siècles, remplis­­­­­­­­­­­­­sait les jour­­­­­­­­­­­­­nées de femmes et d’hommes fabriquant les objets, meubles, vête­­­­­­­­­­­­­ments, conserves utiles à leur quoti­­­­­­­­­­­­­dien.

Long­­­­­­­­­­­­­temps désap­­­­­­­­­­­­­pro­­­­­­­­­­­­­priés de ces gestes héri­­­­­­­­­­­­­tés d’une expé­­­­­­­­­­­­­rience ances­­­­­­­­­­­­­trale, nous avions confié, un peu malgré nous et qui sait, trop heureux de nous en débar­­­­­­­­­­­­­ras­­­­­­­­­­­­­ser, la réali­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­tion de bien des « choses ». Le sala­­­­­­­­­­­­­riat mit arti­­­­­­­­­­­­­sans et ouvriers à la manœuvre, derrière les machines. Hier chez nous, et aujourd’­­­­­­­­­­­­­hui, de plus en plus dans des pays d’Asie, une main-d’œuvre spécia­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­sée contri­­­­­­­­­­­­­bue à inon­­­­­­­­­­­­­der le marché d’objets en tout genre, remplis­­­­­­­­­­­­­sant quelque temps après, les décharges.

Or, depuis quelques années, ces savoir-faire regagnent du galon à travers les gestes de ceux qui, de plus en plus nombreux, souhaitent « mettre la main à la pâte ». Indi­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­duel­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­ment ou collec­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­ment.

Partant d’un « ENTRE-SOI »

Chris­­­­­­­­­­­­­tian Boucq est admi­­­­­­­­­­­­­nis­­­­­­­­­­­­­tra­­­­­­­­­­­­­teur à Etopia et membre du Conseil Supé­­­­­­­­­­­­­rieur de l’édu­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­tion perma­­­­­­­­­­­­­nente. Nous lui avons demandé en quoi et comment faire soi-même plutôt que délé­­­­­­­­­­­­­guer à d’autres, peut être porteur de chan­­­­­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­­­­­ment de société ? Et à quelles condi­­­­­­­­­­­­­tions ces démarches se situe­­­­­­­­­­­­­raient-elles dans le champ de l’édu­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­tion perma­­­­­­­­­­­­­nente, de la trans­­­­­­­­­­­­­for­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­tion sociale et donc, du poli­­­­­­­­­­­­­tique. Avec Marc Maes­­­­­­­­­­­­­schalck, philo­­­­­­­­­­­­­sophe, il a construit une grille d’ana­­­­­­­­­­­­­lyse qui met en lumière le moment du bascu­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­ment. Celui qui, d’un entre-soi rassu­­­­­­­­­­­­­rant conduit le projet vers le champ poli­­­­­­­­­­­­­tique.

Si culti­­­­­­­­­­­­­ver son jardin, seul ou en groupe, a certes des béné­­­­­­­­­­­­­fices évidents en matière de santé, de convi­­­­­­­­­­­­­via­­­­­­­­­­­­­lité, d’échanges de savoirs et d’ex­­­­­­­­­­­­­pé­­­­­­­­­­­­­riences, d’ac­qui­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­tion de nouvelles compé­­­­­­­­­­­­­tences et connais­­­­­­­­­­­­­sances, cette acti­­­­­­­­­­­­­vité semble se réali­­­­­­­­­­­­­ser en vase clos. On plante, récolte ensemble, on partage ses connais­­­­­­­­­­­­­sances, héri­­­­­­­­­­­­­tées d’un aïeul d’ici ou d’ailleurs ; on s’ouvre à la lune, aux bien­­­­­­­­­­­­­faits de certaines plantes aroma­­­­­­­­­­­­­tiques, aux tech­­­­­­­­­­­­­niques respec­­­­­­­­­­­­­tueuses de la terre, aux cultures asso­­­­­­­­­­­­­ciées.

Les effets sont posi­­­­­­­­­­­­­tifs, multiples ; ils touchent à l’in­­­­­­­­­­­­­ter­­­­­­­­­­­­­cul­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­rel parfois, au respect de l’en­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­ron­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­ment, à la remise en cause d’un système parfois. Mono­­­­­­­­­­­­­cul­­­­­­­­­­­­­ture et culture inten­­­­­­­­­­­­­sive sont ques­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­­­nées.

L’étape initiale consiste à se deman­­­­­­­­­­­­­der quels acquis indi­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­duels découlent du projet. Jardi­­­­­­­­­­­­­ner, cuisi­­­­­­­­­­­­­ner requièrent l’ap­­­­­­­­­­­­­pren­­­­­­­­­­­­­tis­­­­­­­­­­­­­sage de nouveaux savoir-faire. Faire en commun implique égale­­­­­­­­­­­­­ment de s’or­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­ser collec­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­ment. Se répar­­­­­­­­­­­­­tir les tâches, les rôles de chacun, déci­­­­­­­­­­­­­der ensemble des manières de faire, négo­­­­­­­­­­­­­cier, s’ac­­­­­­­­­­­­­cor­­­­­­­­­­­­­der, parta­­­­­­­­­­­­­ger connais­­­­­­­­­­­­­sances et expé­­­­­­­­­­­­­riences, prendre des déci­­­­­­­­­­­­­sions collec­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­ment…

Il faudra pour chacun, trou­­­­­­­­­­­­­ver sa place. Toutes ces actions néces­­­­­­­­­­­­­saires à la bonne marche du projet permettent à chacun de réac­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­ver la confiance en soi et d’ajou­­­­­­­­­­­­­ter de nouvelles compé­­­­­­­­­­­­­tences à sa pratique. Il est ques­­­­­­­­­­­­­tion de SAVOIR FAIRE, de déve­­­­­­­­­­­­­lop­­­­­­­­­­­­­per une expres­­­­­­­­­­­­­sion, de produire une éman­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­tion à partir de l’ex­­­­­­­­­­­­­pé­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­tion. Tous ces aspects traversent les acti­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­tés menées dans le secteur de l’édu­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­tion perma­­­­­­­­­­­­­nente. Elles amènent une conscien­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­tion et peu à peu une cohé­­­­­­­­­­­­­sion au sein d’un groupe. Il s’agit de décou­­­­­­­­­­­­­vrir ensemble, d’ex­­­­­­­­­­­­­pri­­­­­­­­­­­­­mer, d’ana­­­­­­­­­­­­­ly­­­­­­­­­­­­­ser. DE POUVOIR FAIRE.

Mais peut-on dire qu’on se situe ainsi sur le champ poli­­­­­­­­­­­­­tique ? Et si pas, pourquoi ?

Allez vers l’ENTRE NOUS

Lors de ces étapes, les personnes se situent dans un certain entre-soi, une zone de confort. Si le pouvoir d’agir est présent, pour s’ins­­­­­­­­­­­­­crire réel­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­ment dans un champ poli­­­­­­­­­­­tique, il va falloir sortir de cette zone de confort pour aller vers l’ex­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­rieur. En déve­­­­­­­­­­­­­lop­­­­­­­­­­­­­pant des capa­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­tés nouvelles d’ac­­­­­­­­­­­­­tion collec­­­­­­­­­­­­­tive. Inves­­­­­­­­­­­­­tir l’es­­­­­­­­­­­­­pace public néces­­­­­­­­­­­­­site donc un levier supplé­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­taire. Les deux cher­­­­­­­­­­­­­cheurs parlent alors de POUVOIR FAIRE en déve­­­­­­­­­­­­­lop­­­­­­­­­­­­­pant des modes d’or­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­tion parti­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­tive, des capa­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­tés d’ACTION COLLECTIVE. C’est là que se dessine le FAIRE SAVOIR qui va entraî­­­­­­­­­­­­­ner le groupe dans une navi­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­tion entre CONFLIT et COOPERATION. En dévoi­­­­­­­­­­­­­lant le projet et les objec­­­­­­­­­­­­­tifs qui le sous-tendent, le groupe s’ouvre tout à la fois à la critique mais aussi à la coopé­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­tion.

Rencon­­­­­­­­­­­­­trer d’autres groupes, asso­­­­­­­­­­­­­cia­­­­­­­­­­­­­tions… avec lesquels construire des alliances, des auteurs, des confé­­­­­­­­­­­­­ren­­­­­­­­­­­­­ciers qui ont déve­­­­­­­­­­­­­loppé leur analyse et permet­­­­­­­­­­­­­tront d’af­­­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­­­ner les posi­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­ments, voire les reven­­­­­­­­­­­­­di­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­tions du groupe permet­­­­­­­­­­­tront de construire un savoir propre au groupe. Mettre en forme celui-ci, par exemple, à partir d’un tuto­­­­­­­­­­­riel à parta­­­­­­­­­­­ger, ouvrira à de nouvelles alliances qui seront elles aussi des pistes de lance­­­­­­­­­­­ment pour aller plus loin, pour endos­­­­­­­­­­­ser une véri­­­­­­­­­­­table respon­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­lité dans l’es­­­­­­­­­­­pace public.

Par exemple, lorsque quelques mili­­­­­­­­­­­tants décident, à partir d’une réflexion sur l’ali­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­tion et l’agri­­­­­­­­­­­cul­­­­­­­­­­­ture, de lancer un projet qui consis­­­­­­­­­­­tera à lutter, entre autres, contre le gaspillage alimen­­­­­­­­­­­taire en récol­­­­­­­­­­­tant des inven­­­­­­­­­­­dus du marché pour prépa­­­­­­­­­­­rer un repas mensuel convi­­­­­­­­­­­vial, il leur faudra trou­­­­­­­­­­­ver un lieu. Cette recherche va les amener à aller vers des gérants de cuisines collec­­­­­­­­­­­tives, à négo­­­­­­­­­­­cier avec ceux-ci.

A quit­­­­­­­­­­­ter l’Entre-soi pour s’ou­­­­­­­­­­­vrir au NOUS, co-élabo­­­­­­­­­­­rer un projet plus vaste. L’ac­­­­­­­­­­­tion collec­­­­­­­­­­­tive doit être un aller-retour perma­nent entre FAIRE SAVOIR et FAIRE POUVOIR.

Se préoc­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­per du TIERS ABSENT

Une autre dimen­­­­­­­­­sion essen­­­­­­­­­tielle : celle de l’émer­­­­­­­­­gence du TIERS ABSENT dans la réflexion. Il doit être inclus dans l’ana­­­­­­­­­lyse et dans ce qui met le groupe en mouve­­­­­­­­­ment pour mener des actions en appe­­­­­­­­­lant à la justice sociale. Comment penser consom­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­tion, alimen­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­tion, sans se soucier de ceux qui n’y ont pas réel­­­­­­­­­le­­­­­­­­­ment accès, qu’ils vivent ici ou dans les pays du sud ? Comment ne pas invi­­­­­­­­­ter dans les discus­­­­­­­­­sions, les partages d’ex­­­­­­­­­pé­­­­­­­­­riences, les analyses, les personnes dont les faibles reve­­­­­­­­­nus ne permettent pas toujours de se nour­­­­­­­­­rir avec des produits de qualité mais aussi les paysans, les pêcheurs du sud qui subissent de plein fouet, dans leur quoti­­­­­­­­­dien, les effets dévas­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­teurs des indus­­­­­­­­­tries agroa­­­­­­­­­li­­­­­­­­­men­­­­­­­­­taires et du dumping ?

C’est à partir de tous ces éléments qu’une action collec­­­­­­­­­tive permet d’al­­­­­­­­­ler vers une action trans­­­­­­­­­for­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­trice sous-tendue par des capa­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­tés d’ac­­­­­­­­­tion nouvelles ; lesquelles impliquent de se placer d’une manière critique dans l’es­­­­­­­­­pace public, en marquant clai­­­­­­­­­re­­­­­­­­­ment les valeurs portant l’ac­­­­­­­­­tion qui seront régu­­­­­­­­­liè­­­­­­­­­re­­­­­­­­­ment réin­­­­­­­­­ter­­­­­­­­­ro­­­­­­­­­gées et réex­­­­­­­­­pri­­­­­­­­­mées lorsqu’il faudra en débattre, par exemple avec les auto­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­tés publiques, des rive­­­­­­­­­rains parfois, d’autres collec­­­­­­­­­tifs avec qui créer peut-être de nouvelles alliances. Expé­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­men­­­­­­­­­ter un modèle critique qui trans­­­­­­­­­forme les choses dans un rapport de force par rapport à l’idéo­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­gie domi­­­­­­­­­nante, c’est bien de cela qu’il s’agit pour se situer dans un acte poli­­­­­­­­­tique.

Mener à bien, péren­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­ser les projets imposent l’adhé­­­­­­­­­sion de chacun à toutes les étapes du proces­­­­­­­­­sus. Plus les discus­­­­­­­­­sions seront riches, plus chaque démarche d’éla­­­­­­­­­bo­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­tion du proces­­­­­­­­­sus sera ques­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­née, chaque déci­­­­­­­­­sion mûre­­­­­­­­­ment réflé­­­­­­­­­chie, plus le projet sera fort de l’adhé­­­­­­­­­sion de chacune et chacun. Un réel exer­­­­­­­­­cice de démo­­­­­­­­­cra­­­­­­­­­tie pour amener des chan­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­ments qui mettent l’hu­­­­­­­­­main au cœur du projet de société.