Analyses

L’ESSENTIEL, C’EST LE GROUPE (Juin 2022)

Françoise Caudron, Contrastes juin 2022, p 3 à 5

La spéci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cité des Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­laires est de rassem­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bler des citoyens à l’éche­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lon local, dans la proxi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mité, en prônant des valeurs d’éga­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lité. Si les formes varient, le prin­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cipe du travail en groupe est et reste fonda­­­­­­­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tal. Il est un lieu d’échange, d’éman­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion indi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­duelle et de construc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion d’un savoir collec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tif.

Si vous fréquen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tez quelque peu les Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­laires, vous avez certai­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment déjà entendu cette petite maxime « L’es­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tiel c’est le groupe ! ». Nous l’avons encore réaf­­­­­­­­­­­­­­­­­­­firmé lors de la réécri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ture de nos orien­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions en 2017. Il est cepen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dant loin le temps où les groupes avaient tous la même forme et le même type de fonc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, celui d’une « équipe » qui se réunit à tour de rôle chez un de ses membres pour débattre d’un sujet d’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tua­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lité ou d’un thème lié à la réalité de vie de chacun.

Aujourd’­­­­­­­­­­­­­­­­­­­hui les groupes et projets menés au sein du mouve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment prennent des formes multiples, touchent un public diver­­­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fié, ont des tempo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés variées et s’or­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nisent régu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­liè­­­­­­­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment en parte­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­­­riat avec d’autres struc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tures. Entre groupes à thème, démarches créa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tives, expé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions par le « faire soi-même » et orga­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion de débats publics, la diver­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sité est de mise.

Le groupe est le lieu d’échange et de construc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion d’un savoir collec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tif, où se vit et se construit dans la durée une éman­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion indi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­duelle mais aussi et surtout collec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tive. Il permet à chacun d’ex­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mer son avis, d’échan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ger et de parta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ger dans le respect des idées de chacun, de décou­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vrir, comprendre, expliquer, accep­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter la complexité du débat et d’y prendre part acti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment en tant que citoyen.

Des groupes à thèmes prio­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taires

Il n’est pas rare qu’un groupe ou une initia­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tive se construise au départ d’un thème, d’une problé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tique précise. Ainsi, les groupes d’achats collec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tifs se sont construits au départ de l’enjeu de l’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cès à une alimen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion saine et durable pour tous. Les ateliers « ques­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion loge­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment », eux, se mettent en place pour répondre aux ques­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions de nombreux loca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taires sur leurs droits et devoirs mais visent aussi à construire des reven­­­­­­­­­­­­­­­­­­­di­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions communes pour faci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter l’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cès à un loge­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment décent pour tous…

Des démarches créa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tives

Les initia­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tives de théâtre-action, les ateliers de rédac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion et de
créa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion d’his­­­­­­­­­­­­­­­­­­­toires digi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tales, d’écri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ture de contes, de concep­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion de jeux de socié­­­­­­­­­­­­­­­­­­­té… sont autant de manières de faire de l’édu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion perma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nente autre­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment que par des réunions clas­­­­­­­­­­­­­­­­­­­siques. Ici, c’est par et grâce à la créa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vité que se libère la parole. L’avan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tage de ces formes créa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tives est qu’elles permettent faci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment d’al­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ler vers le grand public et donc de faire connaître le travail réalisé, de confron­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter les réflexions du groupe et de
susci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter le débat public.

Comme dirait notre président Guillaume Lohest, « Proxi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mité – Citoyen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­neté – Egalité » sont trois mots en « té » qui résument à l’ex­­­­­­­­­­­­­­­­­­­trême la démarche déployée au quoti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dien par le mouve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment. J’au­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rais envie de complé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter ces trois mots par deux autres : « Diver­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sité et Créa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vité ».

Des expé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions par le faire soi-même

Le « faire soi-même » s’est aussi beau­­­­­­­­­­­­­­­­­­­coup déve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­loppé au cours de ces dernières années : des pota­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gers collec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tifs, des ateliers pratiques de réali­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion de produits d’en­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tre­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tien ou de produits cosmé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques, des ateliers de couture, de tricot… Autant d’oc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sions de se rencon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­trer, d’échan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ger et d’ex­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter ensemble des pratiques qui nous ouvrent la porte des possibles vers une société plus juste et plus respec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tueuse de l’en­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ron­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment. Bien plus que des actes pratiques ou tech­­­­­­­­­­­­­­­­­­­niques, ces initia­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tives sont le fruit de réflexions sur l’im­­­­­­­­­­­­­­­­­­­passe dans laquelle nous mène la société capi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­liste néoli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rale. Faire de petits gestes ensemble,
c’est déjà appor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter sa contri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion à la construc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion d’un monde plus juste. C’est aussi l’oc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion d’échan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ger, de débattre, de libé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rer la parole et de faire connaître nos démarches auprès d’un plus large public.

Des parte­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­­­riats multiples

Comme notre nom l’in­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dique, nous reven­­­­­­­­­­­­­­­­­­­diquons le fait de travailler avec un public popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­laire. Pour aller vers ce public, les régio­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nales ont pris l’op­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion de colla­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rer avec des asso­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cia­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions de première ligne, en contact quoti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dien avec des personnes fragi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sées : des centres d’in­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ser­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion socio-profes­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nelle, des AID, des CPAS, des plans de cohé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion sociale, des maisons médi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­les… C’est comme ça que sont nés, notam­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, les « ateliers conso » ou les « écoles de consom­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­teurs ». D’autres parte­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­­­riats se mettent en place égale­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment avec des centres cultu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rels, avec d’autres asso­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cia­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions d’édu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion perma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­te… parce que cela fait sens pour le projet et permet de lui donner une enver­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gure plus impor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tante.

De nombreux débats citoyens

La plupart des régio­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nales orga­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nisent des cycles récur­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rents de débats citoyens. Qu’ils s’ap­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pellent « rencontres citoyennes », « midi-cinés » ou encore « cafés citoyens », ce sont autant de lieux d’an­­­­­­­­­­­­­­­­­­­crage local qui suscitent une dyna­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mique de débat, déve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­loppent l’es­­­­­­­­­­­­­­­­­­­prit critique et permettent de toucher un public plus large et diver­­­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fié. C’est l’oc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion de confron­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter les points de vue et de se lais­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ser bous­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ler par la multi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cité des regards sur les sujets abor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dés.

Voir-Juger-Agir, avec le groupe

« Pour moi, l’édu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion perma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nente dans des groupes, c’est d’abord tisser des liens entre les parti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pants. La convi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­via­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lité y est donc fort impor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tante. C’est d’abord en se connais­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sant les uns les autres, en appre­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nant les diffé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rences des autres et en les respec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tant que l’on peut mieux agir de concert tout en soli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­da­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rité et bien­­­­­­­­­­­­­­­­­­­veillance. On apprend à connaître la réalité des autres, à partir de l’ex­­­­­­­­­­­­­­­­­­­per­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tise du vécu de chacun. On confronte les avis de toutes les personnes, on débat et on fait réflé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­chir. On fait évoluer notre façon de penser. On décons­­­­­­­­­­­­­­­­­­­truit nos préju­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gés. » [une mili­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tante]

Tisser des liens, ouvrir des lieux d’ex­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pres­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion collec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tive, d’ana­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lyse critique avec les gens, là où ils se trouvent, au départ de leur réalité de vie, c’est le leit­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tiv des EP. Le proces­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sus « Voir-Juger-Agir » (VJA) initié par Joseph Cardijn est toujours plei­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment d’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tua­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lité.

La démarche VJA place les personnes au centre du proces­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sus. Ce sont ceux et celles qui sont direc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment confron­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés aux situa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions injustes, qui vivent au quoti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dien les inéga­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés sociales, qui sont les mieux placés pour en parler. Chacun va pouvoir faire part de son indi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gna­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion, expri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mer sa colère face à des situa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions d’ex­­­­­­­­­­­­­­­­­­­clu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion et d’injus­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tices. On analyse ensemble ces situa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions et on iden­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fie les méca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nismes sous-jacents qui les provoquent. Dans le proces­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sus VJA, l’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion n’est pas un objec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tif en soi mais fait partie inté­­­­­­­­­­­­­­­­­­­grante du proces­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sus. Il n’est pas rare d’ailleurs que ce soit l’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion qui mobi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lise des citoyens pour les amener ensuite vers une réflexion plus appro­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­die.

« J’ai osé prendre la parole et appris à la donner aux autres. J’ai appris des méca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nismes que je ne connais­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sais pas. On découvre nos propres capa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés grâce à la prépa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des réunions à tour de rôle (inves­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions, anima­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion du débat), on en apprend beau­­­­­­­­­­­­­­­­­­­coup sur nous-mêmes et sur les autres. » [un mili­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tant]

Le partage des tâches au sein des groupes, la mise en respon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lité de chacun, permettent de valo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ser les capa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés des uns et des autres. Etre solli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cité pour prépa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rer et animer une réunion, pour prendre la parole en public quand on ne l’a jamais fait sont des moments très valo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sants qui déve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­loppent la confiance en soi. Oser sortir de sa zone de confort est une
étape fonda­­­­­­­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tale.
« La méthode VJA n’est pas une simple méthode péda­­­­­­­­­­­­­­­­­­­go­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gique,
c’est d’abord et avant tout un proces­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sus de trans­­­­­­­­­­­­­­­­­­­for­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion sociale vers une société plus démo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tique, qui place au centre de sa démarche l’édu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion arti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lée à l’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion collec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tive et le déve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lop­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pe­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment de toutes les facettes de la person­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lité de ceux et celles qui s’y engagent ».1

Plusieurs décen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nies plus tard, on constate que la méthode initiée par Joseph Cardijn n’a rien perdu de sa perti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nence !

IL ET ELLES TÉMOIGNENT

Marie-Helene Ska

Ce que je retiens des Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­laires c’est d’abord et avant tout le fort ancrage local, dans les loca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés. C’est égale­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment le travail de long terme qui est mené, au départ des attentes et besoins des « équi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­piers » afin d’être des citoyens actifs et soli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­daires au cœur des lieux de vie. Loin des approches théo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­riques mais en mobi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sant les éner­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gies de la popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion telle qu’elle est dans sa diver­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sité, les Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­laires pratiquent la démo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tie parti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tive, au fond, dans la durée. Telle est la marque de fabrique des Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­laires. Il ne s’agit pas d’une marque dépo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sée mais éprou­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vée et recon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nue. Nul besoin de sondage pour cerner les angoisses et les peurs, pour iden­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fier les besoins de protec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion à travailler, juste une écoute atten­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tive des épreuves de la vie traver­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sées par les un·e·s et les autres. Humi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lité et constance dans le travail de terrain, convi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­via­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lité et frater­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nité carac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­­­­­risent le travail quoti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dien. Chapeau pour cela. Marie-Hélène Ska, secré­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taire géné­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rale de la CSC

Pour moi les Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­laires c’est : Un mouve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment réparti en groupes, des équipes, c’est-à-dire des gens qui avancent dans la même direc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion. Popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­laire, j’y vois une force qui
vient des citoyens, de la popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion. C’est d’abord l’oc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion pour chacun de parta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ger des ressen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tis entre citoyens et de le faire savoir à nos auto­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés de façon construc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tive, par le dialogue. Pour y arri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ver, nous avons besoin d’ap­­­­­­­­­­­­­­­­­­­prendre, d’échan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ger et c’est là que l’Édu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion perma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nente inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vient. Notre mouve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment tend à aller vers toutes les popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions, il essaie d’at­­­­­­­­­­­­­­­­­­­teindre les gens qui n’ont que rare­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment droit à la parole. De plus il chemine avec chacun où qu’il se situe dans la société. Je suis chré­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tienne et je retrouve le message renver­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sant
de Jésus-Christ dans les EP. J’aime la recherche de justice sociale, la volonté de ne jamais lais­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ser en arrière les droits fonda­­­­­­­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taux de chaque humain. Je repren­­­­­­­­­­­­­­­­­­­drai les termes de
Guillaume Lohest : « Se ques­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ner ensemble, débattre, à l’aide de tous les outils que nous donne l’Édu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion perma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nente, deve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nir des citoyens qui prennent part à la vie de la Cité. »
Monique Renard, mili­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tante aux Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­laires de Verviers

Ça fait… 75 ans que les Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­laires mènent un travail remarquable avec leurs mili­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tant.e.s intrin­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sèque­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment ancrés dans les milieux popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­laires, au niveau rural comme urbain.
75 ans que les Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­laires mènent un travail cultu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rel pour trans­­­­­­­­­­­­­­­­­­­for­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mer la société vers une société plus égali­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taire, plus respec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tueuse et plus accueillante. 75 ans que les Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­laires travaillent en appro­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sant des enjeux de société qui se trouvent au cœur de l’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tua­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lité, tels que le loge­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, l’éner­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gie ou encore la démo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tie et le rapport aux insti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions. 75 ans que les Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­laires réalisent un travail fonda­­­­­­­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tal de péda­­­­­­­­­­­­­­­­­­­go­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gie et de déli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion collec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tive autour de ces enjeux en se faisant le relais entre les citoyen.ne.s, les
poli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques et les struc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tures sociales. 75 ans que les Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­laires se font le porte-voix des colè­­­­­­­­­­­­­­­­­­­res… 75 ans que les Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­laires façonnent de la dignité.
Ariane Estenne, prési­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dente du MOC

Depuis 1972, je fais partie des Equipes Popu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­laires. J’ai décou­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vert un monde très varié, de couches sociales diverses, et la venue des femmes nous a ouvert une autre approche de la société. Aux EP on se parle, on s’écoute sur tous les sujets de société : l’éco­­­­­­­­­­­­­­­­­­­no­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mie, le social, le monde de l’en­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tre­­­­­­­­­­­­­­­­­­­prise, le monde du travail (les restruc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions, la souf­­­­­­­­­­­­­­­­­­­france au travail et la vie des jeunes dans le monde du travail), mais aussi les enfants, l’école et le sens de la vie. On s’écoute, on s’ex­­­­­­­­­­­­­­­­­­­prime, on ne juge pas et on prend de l’as­­­­­­­­­­­­­­­­­­­su­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rance. Même dans les diffi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cul­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés, on peut se racon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter et se sentir moins seul. On ose prendre des respon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés. Un jour on découvre que nos limites ont changé. On gran­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dit. Pour ma part, ayant été président de la régio­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nale de Char­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­roi, accom­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gné du perma­nent et du comité fédé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ral, j’ai commencé à écrire des articles pour le bulle­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tin de liai­­­­­­­­­­­­­­­­­­­son régio­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nal. Et je conti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nue encore aujourd’­­­­­­­­­­­­­­­­­­­hui à écrire pour « Equi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pons-nous » sur beau­­­­­­­­­­­­­­­­­­­coup de sujets pour invi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter les amis à la réflexion sur la société. Décou­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vrir la vie du mouve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment et colla­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rer comme mili­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tant au futur est une force et un enga­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment. L’édu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion perma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nente est le seul moyen pour deve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nir critique, respon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sable et être éman­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cipé. Vive le groupe local !
Georges Huybrechts, mili­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tant de la régio­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nale de Char­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­roi